"pro rege saepe, pro patria semper"

Le blog de descartes

Le blog de descartes

Blog de débat pour ceux qui sont fatigués du discours politiquement correct et de la bienpensance à gauche

Un blog pour parler politique, économie, société, poésie... bref, tout ce qui doit intéresser le citoyen d'une république.

Vos commentaires sont les bienvenus! Ouvrons le débat...

.

Tous les papiers de ce blog sont de reproduction libre à condition de mentionner l'auteur et la source

Publié le par Descartes

« Le sommeil de la raison engendre des monstres »

La soirée de dimanche 12 juillet 2015 restera marquée d’une pierre blanche dans les annales de l’Europe. Ce soir là, l’Europe est morte. Non pas le continent d’Europe en tant que réalité géographique. Non plus l’ensemble foisonnant d’institutions et de règles progressivement mis en place depuis l’après-guerre. Mais cette Europe-nation illusoire faite de l’amitié, de la solidarité, de la coopération entre les peuples. Le rêve est fini, nous sommes réveillés.

Rappellez vous du « rêve européen », celui d’une union « chaque jour plus étroite » qui donnerait naissance aux « Etrats-Unis d’Europe » dont les pays membres seraient les provinces. Imagine-t-on la France, l’Allemagne, l’Italie infliger à l’une de leurs régions pauvres le genre de remède qu’on impose aujourd’hui à la Grèce ? Imagine-t-on un gouvernement national faisant preuve à l’égard des autorités régionales de la hargne, la morgue, de l’insensibilité dont on fait preuve les dirigeants des pays de l’Eurogroupe à l’égard des autorités grecques ? Que se passerait-il en France si le Premier ministre infligeait au président de la région Corse ou Bretagne le genre d’humiliation qu’ont du subir les grecs ? Quelque soient les conflits, les suspicions, les différences à l’intérieur d’une nation, il y a une perception de son concitoyen comme un autre soi-même qui empêche ce genre d’instincts de se manifester. Il est clair qu’un demi-siècle de construction européenne n’a pas réussi à construire ce qu’on pourrait appeler une identité européenne.

On nous avait expliqué que la « construction européenne » devait nous protéger du retour de la brutalité dans les rapports entre états qui avait marqué les années vingt et trente. On voit aujourd’hui combien cette idée était fausse. La négociation de l’accord avec la Grèce a tous les relents de la négociation des accords de Munich en 1938. Tout y est : la prétention de l’Allemagne de mettre un état sous tutelle pour s’assurer de ses intérêts, la résistance d’un petit pays sommé de s’exécuter sous la menace de représailles terribles, la capitulation de la France qui préfère jouer les « monsieur bons offices » pour faire accepter au faible les conditions du fort, pour ensuite clamer qu’on a « sauvé » l’essentiel – la paix hier, l’Euro et l’Europe aujourd’hui. On a même eu droit au vote massif des deux chambres du Parlement pour remercier Hollande-Daladier d’avoir joué ce rôle. En 1938, le PCF fut le seul parti politique a dénoncer l’accord. Aujourd’hui, il s’est trouvé à peine une quarantaine de députés pour faire de même.

Les échanges autour de la table communautaire n’étaient pas ceux de partenaires réunis pour résoudre un problème commun. C’était une rencontre ou les forts posaient leurs conditions aux faibles. Avec des rares et honorables exceptions, les états-membres créanciers n’ont guère accordé d’attention à la misère des citoyens grecs, au désespoir d’une jeunesse qui voit l’avenir bouché. Ils n’ont nullement cherché ce qui est mieux pour l’ensemble des européens. Non : leur seule et unique préoccupation, c’était celle que Margaret Thatcher avait si bien résumé en son temps : « I want my money back ». Il fallait donc non seulement mettre la Grèce sous tutelle pour s’assurer que toutes les ressources dégagées par l’austérité aillent dans les poches des créanciers, mais en plus la punir et l’humilier pour bien montrer aux autres pays en difficulté ce qui arrive à ceux qui choisissent de s’écarter de la logique austéritaire.

Tout cela ne me surprend guère. J’ai toujours pensé que la construction européenne n’était qu’une vaste fumisterie, qui déguisait – de moins en moins bien – la brutalité des rapports entre les Etats. Aujourd’hui les choses sont claires : Le citoyen allemand comme le citoyen grec savent qu’ils n’ont aucune protection à attendre de l’Europe. Ils auront compris qu’ils ne peuvent compter que sur leurs états nationaux pour défendre leurs intérêts. Le jeune grec comprendra que si son avenir est bouché, c’est parce que la Grèce est faible, alors que le jeune allemand saura que s’il a un avenir radieux, c’est parce que l’Allemagne est forte. Alors, que reste-t-il de « l’Europe qui protège » ? Qu’à-t-elle à offrir au jeune étudiant grec, autre que l’émigration vers une nation mieux lotie que la sienne ?

Même la fameuse « amitié franco-allemande », vache sacrée de la politique extérieure française, se révèle pour ce qu’elle est : une fiction utilisée dans les années 1960 par la France pour obtenir l’appui politique de l’Allemagne en échange de son soutien à la candidature allemande à la réadmission dans l’espèce humaine. Aujourd’hui, l’Allemagne est redevenue une puissance et n’en a plus besoin de ce boulet, ce qui place la France en position de suppliante. « L’amitié franco-allemande » est morte, elle a été remplacée par un rapport de puissance à puissance. Et nos élites ont tellement peur de devoir faire le deuil de leurs rêves européens qu’elles sont tétanisés à l’idée de signer l’acte de décès, préférant jouer le rôle de « bon flic » chargé d’expliquer aux grecs pourquoi ils doivent tout accepter, comme Daladier le fit hier lorsqu’il s’est agi de faire avaler à Benes le dépècement de son pays.

Pour constater combien la fiction qu’était le « projet européen » était devenue la colonne vertébrale d’une idéologie dominant totalement la politique française, il suffit d’observer les conséquences de l’effondrement de dimanche. La « béquille » mentale européenne s’est cassée, et du coup nos soi-disant « élites » sont obligées de penser par elles mêmes. On ne peut dire que les résultats soient brillants. Au contraire : cela a donné lieu à une suite de positions contradictoires qui montrent à quel point la « gauche » en général et la « gauche radicale » en particulier sont incapables d’une pensée cohérente.

Prenons le Parti socialiste. Par la voix de son secrétaire national, mais aussi par celle du président du groupe à l’Assemblée, le parti se réjouit de la signature de l’accord. Pourtant, on se souvient, les socialistes ont soutenu à chaque élection nationale la doctrine selon laquelle la politique d’austérité devait être modifiée pour faire place à une véritable relance européenne. Et les voilà se réjouissant au contraire de la signature d’un accord qui ne fait que consacrer la primauté absolue à une austérité toujours plus grande, un accord qui contient toutes les mesures que les socialistes ont toujours refusé à mettre en œuvre en France. Alors pourquoi ces réjouissances ? Et bien, parce qu’on a sauvé l’Euro ! L’Euro devient la nouvelle version de la « relique barbare » dont parlait Keynes, à laquelle l’économie réelle, c'est-à-dire, la vie des hommes et des femmes qui vivent de leur travail, doit être sacrifiée.

Mais si le Parti socialiste ne fait finalement que continuer dans la voie libérale-libertaire dans laquelle il s’était engagé, la cacophonie est bien pire dans la « gauche radicale », coincée entre ses sympathies pour Syriza et son eurolâtrie. Il faut dire que si toutes les eurolâtries sont imbéciles, celle de la « gauche radicale » l’est particulièrement, puisqu’il s’agit d’une eurolâtrie de rejet. La « gauche radicale » est europhile parce qu’elle est nation-phobe. Sa détestation de tout ce qui se rapporte à la nation la conduit à rechercher une instance qui puisse lui servir d’alternative. Mais comme il arrive souvent chez les nouveaux convertis, la « gauche radicale » en fait trop. Ainsi, le 14 juillet Pierre Laurent félicite « le gouvernement grec (qui) a fait un choix responsable, celui de permettre avant tout la stabilité financière durable du pays » en évitant le « Grexit ». Cette déclaration appelle deux conclusions. La première, c’est que, pour le secrétaire national du PCF, le « choix responsable » pour un gouvernement de gauche, c’est « de permettre avant tout la stabilité financière durable ». Le second c’est que Laurent croit que ce accord est susceptible de garantir une telle « stabilité durable ». On se demande s’il faut rire ou pleurer…

Mais la suite est pire. Pendant que Pierre Laurent se félicite et félicite le gouvernement grec d’avoir signé l’accord, les députés du Front de Gauche s’apprêtent à voter contre au parlement français. Pourquoi ? Parce qu’il faut – du moins si on écoute André Chassaigne – « sauver le projet européen ». Mais… depuis quand « le projet européen » - notez bien l’article défini, il ne s’agit pas de sauver « un projet européen », ni même « un autre projet européen », mais « le » projet européen, le seul, l’unique – est-il digne d’être « sauvé » ? On découvre tout à coup que dans le désordre idéologique ambiant le PCF semble avoir fait sien le projet de Monnet et de Schuman, de Mitterrand et de Delors. Chaissaigne va plus loin encore : l’alternative, c’est le « projet européen » ou le « nationalisme » honni. C’est dire si on a les idées claires au PCF.

Chez la tribu Mélenchon, c’est encore plus confus. Après avoir qualifié de « maréchalistes » il y a seulement deux ans ceux qui veulent sortir de l’Euro, la tonique semble changer au PG : Ainsi, Eric Coquerel écrit curieusement que, s’agissant de l’Euro, « il nous faudra donc imposer sa transformation ou bien en sortir ». Laurent Mafféis va plus loin : « L’Allemagne a mis l’Europe dans une impasse dont il est peu probable qu’elle se relève. D’ailleurs ses méfaits économiques et sociaux ont déjà conduit le grand nombre à en faire le deuil. L’Europe n’a pas d’autre destin que celui que ses peuples pourraient lui donner. En l’état actuel elle n’en a donc plus. »

Allelouiah !, me direz vous. Enfin quelqu’un dans la gauche de la gauche s’aperçoit que le « projet européen » est condamné et qu’il faut faire autre chose. Seulement voilà : il est difficile de savoir au PG qui parle au nom de qui. S’agit-il de points de vue personnels ou bien d’une ligne assumée par l’organisation ? Difficile de le savoir dans l’étrange galaxie qu’est le PG, ou Mélenchon, qui pourtant n’a aucune fonction dans les organes de direction du parti, continue à signer des communiqués sur le site de celui-ci. Mais il faut rappeler qu’une motion appelant à l’inscription dans le programme du PG de la sortie de l’Euro a été battue au congrès du PG il y a deux semaines.

En fait, la « gauche » en général et la « gauche radicale » en particulier se bercent de douces illusions en imaginant des « Europes » bisounoursiennes, dont l’Allemagne empêcherait on ne sait pour quelles raisons la réalisation. L’Europe n’est pas une zone franche qui échapperait mystérieusement aux rapports de force qui régissent les relations entre les états. Si les nations sont toujours là, si leurs dirigeants mettent les intérêts de leur pays avant ceux de « l’Europe », ce n’est pas par égoïsme ou faiblesse morale, mais parce que la nation a une réalité en tant qu’unité politique que l’Europe n’a pas et ne peut pas avoir, quelque soient les ingéniosités institutionnelles qu’on puisse imaginer. Merkel et Tsipras ont une légitimité que ne peuvent pas avoir Juncker, Tusk ou l’ineffable Schultz. Et ce n’est pas dû au mode d’élection ou de désignation : le Parlement européen est élu au suffrage universel direct, et pourtant il n’arrive pas à avoir la légitimité que peuvent avoir les parlements nationaux. La question n’est pas seulement la procédure, mais aussi la question du « démos » au nom duquel on gouverne : derrière Merkel ou Tsipras, il y a un peuple constitué en unité politique, conscient d’une unité d’histoire et de destin. Derrière Juncker, Tusk ou Schultz, il n’y a rien d’autre qu’une procédure. Merkel, Tsipras, Hollande parcourent leur pays, serrent des mains, ont des réunions avec des « vraies gens », écoutent et prennent en permanence le pouls d’une collectivité dont ils sont membres et qu’ils connaissent parfaitement. Imaginez-vous Schultz, Juncker ou Tusk en train de dialoguer avec des paysans de Transylvanie ou des ouvriers de Bilbao ? Comment le pourraient-ils, puisqu’ils ne parlent pas la même langue ?

Quant à la droite… sa situation est peut-être un peu plus confortable, du moins pour les franges proches de la logique ordo-libérale allemande. Certains dirigeants de droite, Sarkozy en tête, ont essayé de jouer cette corde en prenant des positions « dures » vis-à-vis du gouvernement grec, oubliant la sagesse populaire qui veut qu’on ne tire pas sur un homme à terre. Ils s’en mordront à mon avis les doigts. La brutalité avec laquelle la procédure européenne a été conduite a mis beaucoup de gens qui au départ soutenaient la position européenne dans l’embarras, et la droite, fut-elle libérale, ne peut ignorer le fait que cette affaire risque de rendre les institutions européennes odieuses à beaucoup de français, et alimenter la fuite de voix vers le Front National, seule organisation politique à avoir dans cette affaire gardé une ligne politique claire. La droite aussi devrait réfléchir à cet épisode.

Si nos élites peuvent apprendre quelque chose de cette crise, c’est combien les vaches sacrées de « l’euro-pensée » ont stérilisé le débat politique et empêché de voir les problèmes. Il est urgent de jeter aux orties ce qui reste de cette idéologie néfaste, cesser de construire des châteaux dans l’air et revenir à une réflexion politique rationnelle et pragmatique, qui ne peut être construite à mon avis qu’autour de la nation. Cela n’implique en rien qu’on soit chauvin ou isolé. On peut parfaitement bâtir entre les nations des coopérations fondées sur un partage équitable des avantages et des inconvénients. L’option d’une « union » où les nations s’effacent pour laisser place à la magie du marché pour produire et partager équitablement les richesses a, de toute évidence, échoué. Et cet échec est définitif : il ne tient ni aux erreurs commises, ni à la faillibilité des hommes, mais à la structure même du projet.

Comme beaucoup de parisiens, je suis allé contempler le concert et le feu d’artifice qui marque la fin de la célébration du 14 juillet. C’était, comme à chaque fois, magnifique. Mais je voudrais noter deux choses : à la fin du concert, on a chanté « La Marseillaise », et deux fois plutôt qu’une. Et pendant le feu d’artifice, on l’a joué une deuxième fois, ce qui à ma connaissance ne s’était fait que très rarement. J’ai vu les jeunes chanter l’hymne national avec passion. J’ai vu à la télévision une jeune fille qui, interrogée sur ce qu’elle avait le plus aimé dans le spectacle, a parlé elle aussi de l’émotion de la Tour Eiffel éclairée par les couleurs nationales, et d’avoir chanté l’hymne composé il y a si longtemps par Rouget de l’Isle. Et mon cœur s’est serré en pensant que l’ambiance ne devait pas être très différente en 1938. « Si vis pacem, para bellum ».

Descartes

Commenter cet article

Coma81 30/07/2015 01:51

Très bon article.

Je suis un peu ce qui se passe au sein de la gauche radicale au sujet de l'euro. Depuis tout récemment je me demande si je ne vais pas me rapprocher du PG qui semble évoluer dans la bonne direction. A l'inverse du PCF qui décidément est maintenant tout à fait insignifiant tant sur le plan idéologique que sur le plan électoral.

Descartes 30/07/2015 17:05

@ Coma81

[Très bon article.]

Merci, c’est toujours encourageant de se sentir apprécié…

[Je suis un peu ce qui se passe au sein de la gauche radicale au sujet de l'euro. Depuis tout récemment je me demande si je ne vais pas me rapprocher du PG qui semble évoluer dans la bonne direction. A l'inverse du PCF qui décidément est maintenant tout à fait insignifiant tant sur le plan idéologique que sur le plan électoral.]

Le PG semble en effet évoluer – du moins dans le discours – dans la bonne direction. Mais comme cette évolution se fait en catimini et sans retour critique sur les raisons qui ont fait que le parti a tenu pendant des années la position inverse, j’ai une certaine tendance à me méfier. Même une montre cassée marque l’heure exacte deux fois par jour…

bernard 29/07/2015 11:49

J'ai remarqué que ça castagne dur entre Sapir et le PCF ces jours ci et que Jacques Sapir a relevé les contradictions dans le discours de la gauche radicale qui semble l'accuser de rouler pour la Droite et le FN , en tout cas le débat tant ici que dans ce qui précède nous éclaire . En tout cas moi je me régale a chaque fois que je consulte votre blog c'est très formateur et très lucide d'analyse . Je me bagarre dans mon organisation syndicale pour susciter le débat sur le sujet mais que c'est dur , que de levers de boucliers !

Descartes 30/07/2015 17:32

@ bernard

['ai remarqué que ça castagne dur entre Sapir et le PCF ces jours ci et que Jacques Sapir a relevé les contradictions dans le discours de la gauche radicale qui semble l'accuser de rouler pour la Droite et le FN , en tout cas le débat tant ici que dans ce qui précède nous éclaire.]

C’est que l’entretien donné par Laurent à « Marianne » et le document de travail préparé par le CEN dépassent les bornes du raisonnable, et même du vraisemblable. Je comptais en faire un papier commentant ces positions, mais malheureusement je n’ai pas beaucoup de temps en ce moment pour m’asseoir à écrire.

La « gauche radicale » est finalement confrontée à la vacuité de son discours. S’étant convertie à la logique eurolâtre pour des raisons essentiellement tactiques, elle se trouve contredite par la réalité. Ce qui est intéressant d’observer, c’est la diversité des stratégies. Mélenchon, pourtant un eurolâtre de la première heure qui, il y a seulement quelques mois, taxait de « maréchaliste » et de « capitulard » ceux qui proposaient une sortie de l’Euro, commence à faire la part du feu et à suggérer que la sortie de l’Euro est une stratégie admissible, même si l’admission se fait du bout des lèvres, au titre du « plan B ».

Au PCF, on préfère la logique de l’engagement, celle qui a si bien réussi à Dien Bien Phu. Pour ne pas reconnaître les bêtises qu’on a dit hier, on est obligé de dire des bêtises encore plus grosses, et on finit par quitter le champ de l’argumentation pour entrer dans celui du terrorisme intellectuel, comme celles que relève Jacques Sapir à juste titre.

Que la réponse de la « gauche radicale » soit d’accuser Sapir de rouler pour la droite et le FN, l’argument par excellence de ceux qui n’ont plus d’arguments, montre à quel point la « gauche radicale » est dans la merde. Incapable de proposer un projet crédible, incapable de manipuler d’autres idées que celles du « politiquement correct », incapable de mettre en avant des leaders ayant un minimum d’intelligence des situations et de culture politique…

[En tout cas moi je me régale a chaque fois que je consulte votre blog c'est très formateur et très lucide d'analyse. Je me bagarre dans mon organisation syndicale pour susciter le débat sur le sujet mais que c'est dur, que de levers de boucliers !]

Merci de l’encouragement. Et il faut continuer le combat.

odp 27/07/2015 15:28

[Imagine-t-on la France, l’Allemagne, l’Italie infliger à l’une de leurs régions pauvres le genre de remède qu’on impose aujourd’hui à la Grèce ? Imagine-t-on un gouvernement national faisant preuve à l’égard des autorités régionales de la hargne, la morgue, de l’insensibilité dont on fait preuve les dirigeants des pays de l’Eurogroupe à l’égard des autorités grecques ? Que se passerait-il en France si le Premier ministre infligeait au président de la région Corse ou Bretagne le genre d’humiliation qu’ont du subir les grecs ? Quelque soient les conflits, les suspicions, les différences à l’intérieur d’une nation, il y a une perception de son concitoyen comme un autre soi-même qui empêche ce genre d’instincts de se manifester. Il est clair qu’un demi-siècle de construction européenne n’a pas réussi à construire ce qu’on pourrait appeler une identité européenne.]

Et la Vendée mon Général?

Descartes 30/07/2015 16:37

@ odp

[Mais sauf votre respect, celle que vous faites des rapports entre la Grèce et l'UE et de ceux de la Corse et Paris n'est pas non plus exempte de reproches. Car si la Collectivité Territoriale de Corse se retrouvait en faillite, je peux vous dire que le "déni de démocratie" et la "purge austéritaire" qui se produirait serait alors sans commune mesure avec ce quel Grecs ont vécu. C'est très simple, la Corse passerait sous tutelle administrative (exeunt les "élus") et le Préfet de Région augmenterait les impôts et baisserait les dépenses jusqu'à ce que les comptes soient équilibrées.]

En matière d’impôts, il ne pourrait augmenter que les impôts locaux, or ceux-ci sont très strictement encadrés par la loi. Il ne pourrait pas réduire les salaires, pas plus que les retraites. Il ne pourrait pas changer les règles du licenciement, changer l’âge de départ à la retraite, pas plus qu’il ne pourrait imposer la privatisation des services publics ou des biens de la collectivité de Corse. En matière de dépenses, il ne pourrait « baisser » les dépenses que pour autant que la « baisse » ne compromet pas les services publics essentiels, qui sont des dépenses obligatoires dont la collectivité ne peut s’affranchir…

Pour le dire autrement, le Préfet se substitue aux élus dans la gestion du budget – et seulement dans ce domaine – mais sa marge de manœuvre est limitée par le principe d’égalité qui fait que les corses ont droit, constitutionnellement, aux mêmes services publics et aux mêmes protections légales que les autres citoyens.

[Quant à l'abandon de créances nul n'y songerait un instant.]

Bien sur que si. Une fois que le Préfet a mis les impôts locaux au taquet et qu’il a supprimé toutes les dépenses non obligatoires, l’Etat prend à sa charge les créances restantes.

[Dans toute construction politique une rébellion de la périphérie contre le centre se traduit par une forme de répression, d'où ma comparaison, avec la Vendée. Qu'aurait fait Staline à la place de Merkel à votre avis?]

Encore une fois, les rapports de la « périphérie » avec le « centre » ne sont pas les mêmes à l’intérieur d’une nation que dans un groupement de nations. A l’intérieur d’une nation, la solidarité inconditionnelle réduit considérablement la portée des « révoltes », sauf bien évidement en situation de guerre civile.

odp 29/07/2015 10:53

@ Descartes

[Je suis persuadé que vous voyez vous-même combien cette comparaison est absurde.]

Bien sûr. Mais sauf votre respect, celle que vous faites des rapports entre la Grèce et l'UE et de ceux de la Corse et Paris n'est pas non plus exempte de reproches. Car si la Collectivité Territoriale de Corse se retrouvait en faillite, je peux vous dire que le "déni de démocratie" et la "purge austéritaire" qui se produirait serait alors sans commune mesure avec ce quel Grecs ont vécu. C'est très simple, la Corse passerait sous tutelle administrative (exeunt les "élus") et le Préfet de Région augmenterait les impôts et baisserait les dépenses jusqu'à ce que les comptes soient équilibrées. Quant à l'abandon de créances nul n'y songerait un instant. Le problème avec la Grèce et la tactique de Tsipras, c'est que la périphérie est entrée en confrontation ouverte avec le centre, qui plus est sans aucune arme politique; que le centre se soit "vengé", rien de surprenant. Dans toute construction politique une rébellion de la périphérie contre le centre se traduit par une forme de répression, d'où ma comparaison, avec la Vendée. Qu'aurait fait Staline à la place de Merkel à votre avis?

Descartes 28/07/2015 17:11

@ odp

[Et la Vendée mon Général?]

Je suis persuadé que vous voyez vous-même combien cette comparaison est absurde. D’abord et avant tout, parce que les guerres de Vendée se sont déroulées dans un contexte de guerre civile, avec des atrocités commises de part et d’autre. Qui étaient les « légitimes représentants » du peuple Vendéen ? Mais surtout, le conflit ne portait pas sur le refus du tout d’aider une partie (comme ce fut le cas en Grèce). La France n’a jamais refusé sa solidarité aux vendéens. Ce fut plutôt le contraire : dans un contexte de guerre extérieure, la révolte vendéenne fait partie d’un ensemble de révoltes contre la « levée en masse » nécessaire pour faire face aux attaques des Princes coalisés.

odp 26/07/2015 20:09

Bon, il y a deux ans vous compariez Hollande à Pétain; maintenant c'est Daladier. Voilà une nette amélioration! Et dans deux ans, s'il continue à remonter le temps comme ça, dans quel personnage historique se réincarnera-t-il? Poincaré? Clémenceau?

Descartes 28/07/2015 16:30

@odp

[Bon, il y a deux ans vous compariez Hollande à Pétain; maintenant c'est Daladier.]

Je ne « compare » pas les hommes, mais les situations. J’ai dit que le rôle joué par Hollande comme intermédiaire chargé de convaincre Tsipras d’accepter les conditions des allemands me rappelait le rôle joué par Daladier pour faire accepter à Benes les conditions posées par le IIIème Reich. Cela n’implique nullement que Hollande soit en tant que personne comparable au « taureau du Vaucluse ».

[Voilà une nette amélioration! Et dans deux ans, s'il continue à remonter le temps comme ça, dans quel personnage historique se réincarnera-t-il? Poincaré? Clémenceau?]

Qui peut le savoir ? La seule chose dont je sois convaincu, c’est qu’il y a un homme qu’il n’incarnera jamais : lui-même. On ne dit pas de Napoléon, de De Gaulle, de Clémenceau « il est comparable à untel ». Ils n’ont pas à être comparés à d’autres, parce qu’ils sont des modèles uniques, incomparables. Ce n’est pas le cas de Hollande qui, à force de ressembler à tout le monde, n’est personne.

dsk 22/07/2015 14:05

@ Descartes

A propos de cauchemars, il y a souvent, dans les films d'horreur, un certain type de personnages, qui présentent au premier abord un aspect tranquille et rassurant, mais qui, finalement, se révèlent être des monstres, œuvrant en secret à la perte des héros. Eh bien figurez-vous qu'Hollande m'y fait songer en ce moment. Je me demande si ce prétendu "homme normal" ne serait pas en réalité une espèce de "zombie", qui continuera à nous répéter sur un ton calme et serein que "l'Europe et notre avenir" lorsque la moitié de la population sera au chômage et que nos banlieues seront à feu et à sang. Je ne sais si Todd est un véritable chercheur, mais il est sans doute un polémiste assez brillant, qui a parfois des intuitions intéressantes. Ainsi son concept du "catholique zombie", qui formerait aujourd'hui la base électorale du PS. Sauf que généralement, il ne retient de cette expression que l'aspect "catholique", tandis que je me demande si le second terme de "zombie" ne contiendrait pas une vérité largement aussi profonde...

Descartes 22/07/2015 18:02

@ dsk

[A propos de cauchemars, il y a souvent, dans les films d'horreur, un certain type de personnages, qui présentent au premier abord un aspect tranquille et rassurant, mais qui, finalement, se révèlent être des monstres, œuvrant en secret à la perte des héros. Eh bien figurez-vous qu'Hollande m'y fait songer en ce moment.]

Je ne partage pas votre analogie. Je vois dans Hollande au contraire l’illustration du dicton qui veut que le chemin de l’enfer soit pavé de bonnes intentions. Votre image pouvait s’appliquer parfaitement à Mitterrand, mais j’ai du mal à l’appliquer à Hollande, personnage qui est tout sauf machiavélique. Hollande fait le mal parce qu’il ne sait pas comment faire le bien, et parce que cela au fond ne l’intéresse pas.

[Je me demande si ce prétendu "homme normal" ne serait pas en réalité une espèce de "zombie", qui continuera à nous répéter sur un ton calme et serein que "l'Europe et notre avenir" lorsque la moitié de la population sera au chômage et que nos banlieues seront à feu et à sang.]

Probablement. Mais en ce sens il est exactement l’inverse des « catholiques zombies » façon Todd auxquels vous faites référence. Pour Todd, les « catholiques zombies » sont des populations qui ont cessé de pratiquer le catholicisme mais en conservent les structures mentales. Hollande serait l’inverse : il continue à en pratiquer les cérémonies, alors qu’il a cessé d’y croire…

marc.malesherbes 18/07/2015 21:54

Grèce: quel avenir politique probable ?

lors du vote au parlement grec, Tsipras a vu la défection d'une partie de l'aile gauche de Syriza, et a réussi à gagner avec l'appui du restant des anciennes majorités de droite et du Pasok.

Il me semble prévisible que Syrisa va suivre la trajectoire de notre PS. Avec une forte minorité de gauche qui va progressivement s'étioler au profit d'une aile "centriste" croissante.

Reste à savoir qui va profiter de ce recentrage: les plus à droite (Aube dorée), ou les plus à gauche (le KKE , communiste) ?.

Compte tenu de l'extrémisme de ces deux extrêmes, ils ne pourront sans doute croître que marginalement. Syriza pourra sans doute bénéficier longtemps des délices des avantages du pouvoir.

Est-ce bien le plus probable ?

Descartes 19/07/2015 12:52

@ marc malesherbes

[Grèce: quel avenir politique probable ?]

J’avoue que je n’en sais rien. Il faut connaître intimement l’histoire et la société d’un pays pour pouvoir dire quelque chose de valable sur un tel sujet. Pour un observateur de l’extérieur, il semble que Tsipras reste, et de très loin, l’homme politique le plus populaire de son pays. Il semble que les gens aient apprécié la manière dont il a livré bataille, et ne lui tiennent pas rigueur d’avoir finalement cédé plutôt que de provoquer une sortie incontrôlée de l’Euro.

Après, je ne connais pas les équilibres internes de Syriza. Ce que certains appellent « l’aile gauche » de Syriza semble tout de même assez réaliste, et ne semble pas vouloir le renversement du gouvernement. ANEL, pourtant souverainiste et partisan de la sortie de l’Euro, semble là aussi considérer que l’accord obtenu était le meilleur possible. A partir de là, et quelque soient les démonstrations de mauvaise humeur, Tsipras garde une majorité et n’a pas besoin d’élections anticipées.

Y a-t-il intérêt ? Si l’on entend certains politologues grecs, cela lui assurerait une majorité solide. Mais en même temps, cela suppose une campagne électorale au cours de laquelle il faudra prendre des engagements. Or, en faisant voter un accord auquel, il l’a dit lui-même, Tsipras « ne croit pas », il s’est placé dans une position ambiguë. Et on sait bien qu’en politique on ne sort de l’ambiguïté qu’à son détriment…

[Il me semble prévisible que Syrisa va suivre la trajectoire de notre PS. Avec une forte minorité de gauche qui va progressivement s'étioler au profit d'une aile "centriste" croissante.]

Il est toujours difficile de plaquer notre histoire politique sur celle des autres. En France, le PS a grandi en étant le fédérateur des anticommunistes « de gauche », qu’ils viennent de la vieille maison socialiste, la SFIO ou des « libéraux-libertaires » qu’ils soient PSU, CFDT ou de l’extrême gauche. En Grèce, ce rôle est assumé depuis des décennies par le PASOK. Pourquoi les électeurs préféreraient l’imitation à l’original ?

marc.malesherbes 18/07/2015 21:38

je n'arrive pas à comprendre la séquence grecque que nous venons de vivre

1-Tsipras après des mois de négociations obtient des européens une proposition d'accord bien meilleure que celle proposée au départ.
2- Tsipras convoque alors un référendum "surprise" pour améliorer encore cet accord
3-Tsipras remporte brillamment ce référendum
4- à peine ce référendum gagné, Tsipras envoie des signaux de sa volonté d'arriver un accord (départ de Varoufakis, union avec les partisans du oui). Il rédige avec les Français une proposition d'accord déjà en retrait avec ce qu'il avait obtenu avant le référendum
5- il accepte une semaine plus tard un accord bien pire que celui qu'il avait obtenu avant le référendum.

Quel est la logique de cette séquence ? Pourquoi a-t-il, dés après le référendum, rabaissé ses objectifs ? alors qu’apparemment sa "main" était plus forte (sa victoire au référendum) ?
Tout semble montrer qu'il a pensé que sa victoire au référendum l'avait affaibli, ce qui est pour le moins paradoxal.

La seule explication logique que je vois est que le référendum a soudé les européens contre lui, et qu'il s'en est aperçu, mais trop tard, après avoir convoqué le référendum, ou après le vote. Est-ce la bonne explication ?

Descartes 19/07/2015 12:29

@ marc.malesherbes

[je n'arrive pas à comprendre la séquence grecque que nous venons de vivre]

Je pense que pour la comprendre, il faut se placer dans la logique dans laquelle était Tsipras, et qui a changé entre l’avant et l’après référendum. Je pense que Tsipras – et son ministre Varoufakis – sont des « vrais européens ». Ils ont donc attaqué la négociation dans la logique qui a toujours été celle des négociations européennes, celle ou à la fin on arrive toujours à un accord, ou personne ne veut casser la vaisselle. Je pense que Tsipras et son équipe poussaient l’idéalisme jusqu’à croire que leurs « partenaires » allaient chercher un accord qui, tout en préservant leurs intérêts, soit le meilleur possible pour la Grèce. Dans ce cadre, il a essayé de négocier puis, mis devant un projet qui lui paraissait absurde, il a appelé au référendum.

Je pense – mais c’est là mon interprétation à partir de ce que j’ai lu, et rien de plus – que Tsipras était alors dans la logique que j’ai décrite. Il pensait que les européens feraient des propositions pour éviter le référendum, et que dans le pire des cas le vote des grecs ouvrirait les yeux des européens quant aux difficultés de faire appliquer un tel accord en Grèce. Ce que Tsipras n’avait pas anticipé, c’est que l’Europe de 2015 n’est pas celle de Delors. Cela fait trente ans que les peuples européens – allemand inclus – sont appelés à toutes sortes de « réformes » - toujours synonymes de sacrifices pour les plus modestes – au nom de la « construction européenne ». Car on oublie souvent ce paramètre : l’Allemagne, on nous dit, va « bien ». Mais la vie des allemands, elle, va assez mal, avec la multiplication des travailleurs pauvres, le report sans fin de l’âge de la retraite, la baisse des pensions, etc.

Et ces peuples exaspérés sont de moins en moins enclins de faire preuve de « solidarité européenne » envers la Grèce. Se connaissant assez mal les uns les autres, ils ont tendance à sous-estimer les sacrifices déjà faits par les grecs, et surtout, ils ne comprennent pas que leur imposer des sacrifices supplémentaires revient à vouloir presser de l’eau dans une pierre. On est dans un syndrome du type « l’Allemagne paiera » d’après la première guerre mondiale, fondé sur une sorte de « justice abstraite » plutôt que sur les possibilités réelles d’une économie. Il est dur d’expliquer aux allemands que leur meilleure chance de récupérer l’argent investi en Grèce réside dans une politique de relance, alors qu’ils ont renoncé au même type de politique chez eux et qu’ils ont imposé l’austérité chez les autres…

En d’autres termes, Tsipras n’a pas compris que les gens avec qui il négociait étaient eux-mêmes coincés par la pression de leur propre électorat, et qu’ils n’avaient cure des difficultés de la Grèce. Qu’ils étaient mêmes prêts à sacrifier l’intégrité de la zone Euro – vache sacrée s’il en est – pour régler le problème. Au moment ou tous les leaders européens s’efforçaient de tenir à distance des négociations leurs propres peuples Tsipras, en appelant le sien à la table de négociation à travers le référendum, a rompu la règle non écrite des négociations européennes, qui veut justement que pour que des « accords raisonnables » puissent être conclus, les peuples doivent être tenus à distance. Dès lors que Tsipras invoque la volonté du peuple grec, Merkel ne peut qu’invoquer celle du peuple allemand.

L’appel au peuple a changé la nature de la négociation. D’une confrontation entre « gens raisonnables », c’est devenu une confrontation entre nations. Dès lors, les rapports de force se sont manifestés dans toute leur dureté. Alors que dans le cadre feutré d’une négociation européenne Merkel avait été plus accommodante, sous la lumière des projecteurs elle ne pouvait que donner satisfaction à son opinion publique en étant extrêmement dure. Et à partir de là, Tsipras avait le choix entre refuser l’accord – et donc sortir de l’Euro et peut-être de l’UE sans la moindre préparation – ou bien l’accepter « pour éviter la catastrophe » selon ses propres termes.

La moralité de cette affaire est qu’on ne peut pas montrer des armes si on n’est pas prêt à s’en servir. L’appel au peuple avait un sens si Tsipras avait été prêt à aller jusqu’au bout de la logique qu’il enclenchait. Mais demander au peuple de rejeter un accord ayant pour seule perspective de négocier un autre dans les mêmes conditions était, de toute évidence, une erreur.

[Quel est la logique de cette séquence ? Pourquoi a-t-il, dés après le référendum, rabaissé ses objectifs ? alors qu’apparemment sa "main" était plus forte (sa victoire au référendum) ?]

J’avoue que j’ai cru un moment, moi aussi, que le référendum renforçait la main de Tsipras. J’ai fait moi aussi une erreur d’analyse. Le référendum a accordé à Tsipras une légitimité démocratique, c’est certain. Mais la « légitimité démocratique » est un produit de consommation intérieure. Le référendum pouvait renforcer Tsipras devant l’opposition grecque, mais en dernière instance les créanciers se foutent de savoir si le peuple grec aime Tsipras ou pas. Sa légitimité en tant que gouvernement n’a jamais été en cause. Le référendum aurait certainement renforcé la main de Tsipras s’il s’était agi pour lui de rompre les négociations sans accord. Il lui aurait permis dans ce cas d’invoquer devant son parlement le mandat du peuple pour violer une de ses promesses de campagne. Mais Tsipras n’a jamais pensé à rompre, au contraire. Il voulait à tout prix conclure un accord qui lui permette de rester dans l’Euro. A partir de là, le référendum a plus affaibli sa main qu’il ne l’a renforcée.

morel 18/07/2015 01:27

Du « « rêve » au cauchemar ». Les faits sont là, bruts, incontournables et terriblement têtus.
Ils s’inscrivent résolument en faux contre tous les tenants d’une « autre Europe » (entretenant volontairement au passage la confusion entre un continent et une construction politico-économique basée sur la concurrence libre et non-faussée – ce, dès le traité de Rome-), d’une « Europe sociale » et autres fariboles et enfantillages.
Qui peut aujourd’hui prétendre sérieusement « réformer » l’UE de l’intérieur ? Qu’il est possible en négociant de changer la nature de cette construction ? Y compris même fort de la volonté d’un peuple ?
Le plan d’austérité durci depuis le référendum en Grèce fait litière de toutes ces rêveries, retour aux dures exigences des créanciers, aux « eaux glacées du calcul égoïste ».
Les auxiliaires angéliques de « l’Europe » version sociale auront du mal à maintenir leur position et c’est peut-être ce qui explique les textes que vous citez émanant du PG, même si celui-ci n’a pas changé d’orientation.
La reprise en mains du devenir de la Nation passe par sa pleine souveraineté.

Descartes 18/07/2015 13:04

@ morel

[Les auxiliaires angéliques de « l’Europe » version sociale auront du mal à maintenir leur position et c’est peut-être ce qui explique les textes que vous citez émanant du PG, même si celui-ci n’a pas changé d’orientation.]

La route sera très longue. Et malheureusement, le FN a pris sur ce terrain une longueur d’avance. Les commentateurs ironisaient sur l’engagement de l’équipe Philippot sur une sortie de l’Euro. Je me souviens même d’un dossier spécial du « Monde » qui donnait la parole à ceux qui, au FN, jugeaient que ce choix les empêchaient d’élargir leur électorat. On annonçait même que Marine Le Pen pourrait à la merci d’un rééquilibrage envoyer aux oubliettes ce point de son programme. Mais les derniers événements ont donné raison à Philippot, et il y a fort à parier que des sections de l’électorat qui jusqu’ici répugnaient à abandonner leurs espérances européennes deviendront accessibles au FN…

Le PCF, qui fut en son temps le fer de lance de la résistance à l’eurolâtrie du temps où cette position était impopulaire, aurait pu aujourd’hui toucher les fruits de son combat si seulement il avait choisi d’être cohérent. Sa tardive conversion à la religion européenne à réduit à néant le capital accumulé par les combats d’hier. C’est rageant !

Tite 17/07/2015 18:35

Pour ma part, j'ai eu la chance de suivre certains débats au Parlement européen et ce qui m'a frappé c'est l'argument martelé du: "les Lettons, les Portugais, les Irlandais ont souffert, ils ne comprendraient pas que l'on cède à la Grèce". Je trouve cet argument, dans la bouche de députés européens (souvent Allemands) assez étrange. D'une, Tsipras est là pour défendre son peuple. Deux, les élus de ces pays là n'ont qu'à faire entendre leur voix pour le rappeler (et honnêtement ce ne sont pas les premiers à entonner ce refrain). Trois, comme vous le soulignez, on en revient toujours aux peuples et pas au peuple européen. Quatre, il y a là une espèce de néo-dolorisme: la Grèce et les autres peuples "fautifs" doivent expier leurs péchés et alors seulement le paradis de la croissance et des comptes à l'équilibre s'ouvrira.

J'ai aussi eu l'occasion de discuter avec quelques fonctionnaires de la Commission qui disaient des horreurs sur les Grecs. Selon eux, ces derniers avaient trahi: trahi la confiance européenne, trahi le peuple grec en ne mettant pas en place les réformes, trahi en ne repectant pas les règles du jeu bruxellois. A ce titre, et je vous assure que c'était glaçant à entendre, il fallait leur faire rendre gorge.

Enfin, ce qui m'a véritablement surpris c'est qu'à l'exception de Nigel Farage et Marine Le Pen, aucun député européen n'a véritablement remis en cause le fonctionnement même des institutions et de la zone euro. Même en privé, c'est la même antienne de "la règle n'a pas été repectée le malheur s'est abattu sur eux"! Même par pur exercice intellectuel je n'en ai pas entendu disserter sur la possibilité que la règle en elle-même pouvait être mauvaise. Ces gens sont dans la croyance absolu du dogme de l'infaillibilité communautaire.

Les réponses qui sont en train d'être élaborées sont toutes aussi inquiétantes. Que ce soit la proposition de "contrats de réforme" contraignants poussée par les Allemands, ou la ruée de tous les responsable politiques sur l'idée d'une convergence fiscale et cela après avoir renforcé les procédures de sanction pour déficit excessif... au-delà de la simple absurdité de vouloir guérir le mal par le mal, ce qui me laisse totalement abasourdi c'est la volonté de nos hommes politique d'abdiquer le peu de pouvoir qu'ils ont encore.

Pour terminer, je dirai qu'il est effrayant que nos élus français laissent sombrer doucement le pays tout en continuant à battre leur coulpe parce que nous ne serions pas assez allemands (sérieux, respectueux de la règle, déterminés etc). Rajoutons à celà qu'avec nos opérations extérieures nous donnons de plus en plus l'impression de payer de notre sang la sécurité du continent pendant que les autres commercent... je ne sais plus trop quels avantages nous tirons de l'Union européenne.

Descartes 17/07/2015 19:23

@ Tite

[Pour ma part, j'ai eu la chance de suivre certains débats au Parlement européen et ce qui m'a frappé c'est l'argument martelé du: "les Lettons, les Portugais, les Irlandais ont souffert, ils ne comprendraient pas que l'on cède à la Grèce". Je trouve cet argument, dans la bouche de députés européens (souvent Allemands) assez étrange.]

Au contraire, c’est tout à fait compréhensible. Les députés européens appartiennent dans leur très grande majorité à des organisations politiques qui ont pour point commun le discours « il n’y a pas d’alternative à l’austérité ordo-libérale ». Si on « cède à la Grèce », les peuples européens pourraient au contraire trop bien comprendre que leurs élites politiques les ont menés en bateau, les persuadant qu’il fallait accepter tous les sacrifices. C’est pourquoi les députés européens tiennent ce discours-là.

[Quatre, il y a là une espèce de néo-dolorisme: la Grèce et les autres peuples "fautifs" doivent expier leurs péchés et alors seulement le paradis de la croissance et des comptes à l'équilibre s'ouvrira.]

Il y a de ça. Mais je pense que cela occulte en fait une logique bien moins « psychologique » et bien plus pragmatique. Admettre que les grecs puissent refuser de souffrir, c’est admettre que les portugais, les espagnols, les irlandais on les chypriotes ont été trompés.

[J'ai aussi eu l'occasion de discuter avec quelques fonctionnaires de la Commission qui disaient des horreurs sur les Grecs. Selon eux, ces derniers avaient trahi: trahi la confiance européenne, trahi le peuple grec en ne mettant pas en place les réformes, trahi en ne respectant pas les règles du jeu bruxellois. A ce titre, et je vous assure que c'était glaçant à entendre, il fallait leur faire rendre gorge.]

C’est la rage du bourgeois qui se rend compte qu’on lui a volé son portefeuille. Pire, qu’on lui a volé son portefeuille dans son club privé, ou ce genre de choses n’est pas censé arriver. Je connais le milieu… les fonctionnaires européens sont persuadés de « gouverner l’Europe ». Ils constatent aujourd’hui avec horreur qu’en fait le pouvoir reste aux Etats, et qu’ils sont impuissants lorsqu’un Etat ne veut pas faire.

[Enfin, ce qui m'a véritablement surpris c'est qu'à l'exception de Nigel Farage et Marine Le Pen, aucun député européen n'a véritablement remis en cause le fonctionnement même des institutions et de la zone euro.]

Que voulez-vous, la « gauche radicale » européenne est en plein désarroi. Elle s’est convertie sur le tard à l’Euro et au « projet européen », difficile pour elle de les dénoncer. Et encore plus difficile de se mettre en porte à faux par rapport à leur électorat essentiellement constitué des « classes moyennes »…

[Ces gens sont dans la croyance absolu du dogme de l'infaillibilité communautaire.]

C’est ça, le « projet européen »…

[(…) au-delà de la simple absurdité de vouloir guérir le mal par le mal, ce qui me laisse totalement abasourdi c'est la volonté de nos hommes politique d'abdiquer le peu de pouvoir qu'ils ont encore.]

Cela ne devrait pas vous étonner. Pour nos hommes politiques, « gouverner est devenu un pénible devoir entre deux élections ». On dit que nos hommes politiques aiment le pouvoir, et on a tort. Nos hommes politiques veulent les récompenses du pouvoir, les signes du pouvoir, mais au fond le pouvoir, celui qui permet de réaliser un projet, ne les intéresse guère. Tout simplement parce qu’ils n’ont pas de projet. Il n’y a qu’à voir les dernières « grandes lois » votées dans notre pays. Ce sont tous des textes faits de bric et de broc, regroupant des mesures disparates proposées par tel ou tel lobby, souvent fruit de processus de « grand débat » ou de « concertation » avec la « société civile ». Un peu comme si l’autorité politique n’avait pas de projet défini, et qu’une fois arrivée au pouvoir le gouvernant se disait « mais qu’est ce que je pourrais bien faire comme réforme pour laisser mon nom à une loi ? ».

Gouverner, c’est dangereux. On s’y fait des ennemis, on risque de faire des conneries et se trouver devant les juges. Mieux vaut laisser ça a des technocrates européens, comme ça ce sera leur faute. Les gens comme Monnet ou Delors avaient parfaitement compris la mécanique, et ont profité pour transférer autant de pouvoir que possible chez les bonzes de Bruxelles, sous les applaudissements de notre classe politique.

Maurice 17/07/2015 04:35

Cher Descartes,de la même écurie ,le PCF,mon grand père,père et moi sont membres?Je ne confirme qu'en partie évidemment votre phrase: 'J’ai eu cette chance – ou ce malheur, selon le point de vue. Il y en a qui sont intelligents, et il y en a qui sont bêtes, il y en a qui sont cultivés, et il y en a qui sont ignorants, il y en a qui sont sérieux, et il y en a qui sont des charlots, il y en a qui sont travailleurs, et il y en a qui sont fainéants. Mais mettez-les devant une salle remplie d’électeurs, et ils trouveront le mot juste pour les faire vibrer'.*En effet ,il ne reste que quelques élus au PCF,que Mélenchon est en train de dézinguer tout azimuts avec l'assentiment de Pierre Laurent?
Justement,ne croyez vous pas que le PCF dont je suis membre est victime de son impopularité aujourd'hui à cause des snobs et bobos actuellement au son sein,de sa co-'direction' avec Mélenchon ,hier à cause du Mac Carthysme,et Guerres froides,à l'extérieur?

Descartes 17/07/2015 11:12

@ Maurice

[Cher Descartes, de la même écurie, le PCF, mon grand père, père et moi sont membres?]

« Ecurie » ? Non, désolé, je n’ai jamais été cheval… et je n’en suis plus membre, mon parti m’ayant quitté depuis des années.

[Justement, ne croyez vous pas que le PCF dont je suis membre est victime de son impopularité aujourd'hui à cause des snobs et bobos actuellement au son sein,de sa co-'direction' avec Mélenchon, hier à cause du Mac Carthysme, et Guerres froides, à l'extérieur?]

Mais qu’est ce que vous appelez « impopularité » ? Si par « impopularité » vous entendez que les « faiseurs d’opinion » ont une mauvaise opinion de vous, je pense que le PCF n’est pas aujourd’hui particulièrement « impopulaire ». Il l’est certainement moins que pendant les années 1950 ou 1980, lorsque la presse « bienpensante » se déchaînait contre lui à la moindre opportunité. La « popularité » n’a rien à voir avec la puissance électorale. Le FN a beau fédérer un vote sur quatre, il est « impopulaire », alors que les écologistes sont plutôt « populaires » et n’arrivent pas à décoller.

Le problème du PCF n’est pas son « impopularité », mais plutôt son inexistence politique et idéologique. Les gens n’ont de lui ni une bonne ni une mauvaise opinion, ils n’ont tout simplement pas d’opinion. Lorsqu’ils sont interrogés, ils parlent du PCF historique, de celui d’il y a trente ans. Demandez à un passant dans la rue de vous citer trois dirigeants communistes, et il aura du mal. Demandez-leur de citer trois idées fortes du programme du PCF, et ils seront incapables. Concernant le PCF, ils ne savent pas ce qu’il est, ni ce qu’il fait. Et cela tient moins à un « boycott médiatique » qu’au fait qu’il n’a rien à dire. De Georges Marchais on se souvient encore du « bilan globalement positif », du « socialisme aux couleurs de la France », du choix d’adhérer à la dissuasion nucléaire. Pierre Laurent est secrétaire national depuis des années, et que retenez-vous de ses innombrables interventions dans l’Humanité ou dans les médias ? Rien, zéro.

Pour être impopulaire, il faut d'abord avoir quelque chose d'original à dire. Or, que dit le PCF aujourd'hui ? "Aimez-vous les uns lesautres". Avec un tel discours, comment peut-on être "impopulaire" ?

Dominique FILIPPI 16/07/2015 22:28

Ce qui apparait avec ce début de crise grecque, c'est combien l'UE telle qu'elle est est antinomique avec le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes. Ceci dit, je pense qu'il y aura grexit en septembre après les probables élections qui peuvent renforcer Syriza et se tenir le plus vite possible avant que l'opinion ne subisse l'effet des mesures austéritaires.Méfions nous de comportements irréfléchis et excessifs qui ne font que nous couper du plus grand nombre.Tsipras n'est pas un traître.Il a eu le mérite de montrer combien cette Europe n'est pas l'Europe des peuples mais celle du fric.

Descartes 18/07/2015 11:23

@ CVT

[D'où mon irritation quand j'entends les gauchistes parler de "souveraineté populaire"!]

Moi aussi. En général, ils ne comprennent pas comment les deux concepts de souveraineté s’emboîtent. La souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Mais une fois ce principe établi, la Nation peut l’exercer de différentes manières. La « souveraineté populaire » implique que la Nation exerce cette souveraineté par l’expression égalitaire, par l’intermédiaire du vote, des volontés individuelles.

La « souveraineté populaire » ne s’oppose donc pas à la « souveraineté nationale », au contraire, la deuxième implique nécessairement la première. L’expression du vote ne peut être « souveraine » que si la collectivité au sein de laquelle le vote se déroule l’est. C’est parce que la Nation ne reconnaît d’autre loi que celles qu’elle fait elle-même que le vote de ses membres devient l’ultime moyen de faire la loi.

[Pour moi, en France, je retiens de la Nation (en majuscule) la définition de 1792 lors de la proclamation de la Ière République: "La nation est le peuple réuni". En clair, le souverain royal a fait place au peuple comme détenteur de la souveraineté.]

Je partage votre définition, mais je pense que le mot « réuni » doit ici être interprété au sens de « constitué ». Il ne suffit pas de se réunir sur une place pour constituer une Nation. La Nation, c’est un peuple qui décide de se constituer en institution politique, se reconnaissant dans une histoire et dans un destin commun.

[Il faudra comprendre comme une notion comme la Nation, qui est née à gauche, a fini par être honnie par la gauche moderne: est-ce l'internationalisme marxiste? Le gauchisme trotskiste? L'embourgeoisement d'une partie des caciques de gauche, trop heureuse de se démarquer du peuple ?]

La question est intéressante. Je pense qu’il faut chercher l’origine de la méfiance de la gauche envers la Nation dans le phénomène de la guerre moderne. Pendant longtemps, la guerre est une affaire de professionnels qui touche peu de monde. Le développement de l’Etat-nation est parallèle avec la « modernisation » de la guerre et sa transformation dans une affaire de masse. Le traumatisme de la première guerre mondiale a poussé la gauche à conclure que puisque l’Etat-nation avait rendu possible la guerre, il en était responsable. Et qu’il était donc impératif de le faire disparaître pour assurer la paix. Vous trouvez cette pensée tout au long des années 1920 et 1930, jusqu’aux excès « pacifistes » de la fin des années 1930… Il est d’ailleurs intéressant de noter que cet « anti-nationalisme » va en parallèle avec les réflexions « anti-science » et « anti-technologie », deux concepts que la gauche associe aussi rapidement avec les guerres pour les honnir.

Tout ça, bien entendu, relève d’un raisonnement très primaire. Genre « puisqu’avec un marteau on peut tuer un homme, il faut interdire les marteaux ». Pourquoi cette idéologie a « pris » dans la gauche ? Parce que la « gauche moderne » est liée à l’apparition d’une puissante « classe moyenne ». Or, ces « classes moyennes » ont rapidement compris que l’idée de « nation » implique un devoir de solidarité qu’elles n’ont aucune intention d’assumer. L’idéologie « libérale-libertaire » est le produit de cette transformation. Et ce n’est pas par hasard si elle a combattu frontalement la « gauche archaïque » qui, elle, avait fait de la « nation » un concept central.

[Voilà pourquoi je tique toujours quand la gauche (européïste ou non, pro ou anti-UE) rejette la souveraineté nationale: c'est suspect.]

C’est surtout idiot. La souveraineté nationale est le fondement sur lequel est assise la souveraineté populaire. Sans l’une, il ne peut y avoir l’autre.

CVT 17/07/2015 22:47

@Descartes,
[L’utilisation à gauche du mot « peuple » dans ce contexte n’est pas innocente. On l’utilise pour éviter le mot « nation », qui sent le souffre. Pourtant, c’est le mot juste. L’UE ne s’est pas constituée contre les « peuples », ensembles de personnes partageant une origine, mais contre les « nations », ensembles de personnes qui non seulement partagent un certain nombre de choses, mais qui se sont constituées en unité politique. Alors que les peuples sont divisibles, et qu’on peut donc avoir une moitié du peuple pour et une autre moitié contre, la nation, elle, est indivisible et ne peut avoir qu’une position.

La souveraineté réside dans la nation, pas dans le « peuple ». C’est cette idée qui rend la gauche si nerveuse…]

D'où mon irritation quand j'entends les gauchistes parler de "souveraineté populaire"!
Pour moi, en France, je retiens de la Nation (en majuscule) la définition de 1792 lors de la proclamation de la Ière République: "La nation est le peuple réuni". En clair, le souverain royal a fait place au peuple comme détenteur de la souveraineté.
Il faudra comprendre comme une notion comme la Nation, qui est née à gauche, a fini par être honnie par la gauche moderne: est-ce l'internationalisme marxiste? Le gauchisme trotskiste? L'embourgeoisement d'une partie des caciques de gauche, trop heureuse de se démarquer du peuple?
Voilà pourquoi je tique toujours quand la gauche (européïste ou non, pro ou anti-UE) rejette la souveraineté nationale: c'est suspect. C'est la seule qui soit pertinente en France, si on admet que nous sommes une république, qui implique que souveraineté nationale et populaire se confondent...

Descartes 17/07/2015 10:54

@ Dominique Filippi

[Ce qui apparait avec ce début de crise grecque, c'est combien l'UE telle qu'elle est est antinomique avec le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes.]

Il ne faut pas tout confondre. L’UE est une union VOLONTAIRE de nations. Personne à ma connaissance n’a été forcé d’y adhérer. Et chacun peut s’en aller quand il veut. On ne peut donc pas dire que l’UE soit « antinomique avec le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ». La liberté d’un peuple de disposer de lui-même implique aussi la liberté pour le peuple allemand de ne pas aider la Grèce, non ?

Il ne faut pas utiliser des formules et des principes comme « le droit d’un peuple à disposer de lui-même » en étendant sa portée jusqu’à l’absurde. Le « droit » en question est un principe juridique bien précis, qui fait de chaque peuple un « souverain », ayant donc en droit la possibilité de décider des règles qui doivent le gouverner. Il a été inventé pour permettre à un certain nombre de peuples colonisés qui, n’ayant jamais bénéficié d’un Etat-nation, ne pouvaient pas revendiquer le principe de souveraineté – le cas du « peuple algérien » est un bon exemple – de se constituer en Etat-nation. Il a ensuite été abusé considérablement par les différentes communautés, chacune prétendant être un « peuple » et exigeant le droit à « disposer de lui-même ».

[Ceci dit, je pense qu'il y aura grexit en septembre après les probables élections qui peuvent renforcer Syriza et se tenir le plus vite possible avant que l'opinion ne subisse l'effet des mesures austéritaires.]

Franchement, je ne vois pas le moindre signe que Tsipras soit en train de préparer un « grexit ». Il s’agirait donc d’un « grexit désordonné ». Et pourquoi ferait-il en septembre ce qu’il a totalement exclu en juillet ?

[Méfions nous de comportements irréfléchis et excessifs qui ne font que nous couper du plus grand nombre. Tsipras n'est pas un traître.]

Bien entendu. Tsipras n’a jamais menti sur ce que seraient ses choix. Il a toujours dit qu’il était contre le « grexit », et dans son discours il est clair que cette position passe devant toutes les autres. Si Tsipras a « trahi » quelque chose, ce sont surtout les rêves idéalistes d’une partie de notre « gauche radicale », qui croit encore qu’on peut « désobéir » impunément aux traités et faire une « autre Europe » en gardant l’Euro. Mais ce n’est pas la faute de Tsipras si des gens lui demandent l’impossible.

[Il a eu le mérite de montrer combien cette Europe n'est pas l'Europe des peuples mais celle du fric.]

Il n’est jamais bon de penser en slogans. Non, le monde ne se réduit pas à une opposition « peuples vs. fric ». Et les « peuples » ne sont pas des ensembles homogènes. Cette Europe profite à une partie du « peuple » - la bourgeoisie, les « classes moyennes » - au détriment d’une autre – les couches populaires. Il ne vous a pas échappé que si le TCE a été rejeté chez nous et l’accord des créanciers rejeté à Athènes, il s’est trouvé 47% des français et 40% des grecs pour voter ces textes. Ces gens-là ne sont pas, eux aussi, le « peuple » ?

L’utilisation à gauche du mot « peuple » dans ce contexte n’est pas innocente. On l’utilise pour éviter le mot « nation », qui sent le souffre. Pourtant, c’est le mot juste. L’UE ne s’est pas constituée contre les « peuples », ensembles de personnes partageant une origine, mais contre les « nations », ensembles de personnes qui non seulement partagent un certain nombre de choses, mais qui se sont constituées en unité politique. Alors que les peuples sont divisibles, et qu’on peut donc avoir une moitié du peuple pour et une autre moitié contre, la nation, elle, est indivisible et ne peut avoir qu’une position.

La souveraineté réside dans la nation, pas dans le « peuple ». C’est cette idée qui rend la gauche si nerveuse…

Bruno 16/07/2015 20:13

Je n'attends rien de la gauche, mais j'ai honte de la droite, notamment de Sarkozy, qui se vante, comme en 2011 de ramper derrière Mme Merkel et cie...
Heureusement il reste mon député-maire, Jacques Myard, je ne sais pas si vous le connaissez Descartes, mais il brille par sa constance sur ces sujets.
http://videos.assemblee-nationale.fr/video.6948.2229885

Descartes 17/07/2015 19:31

@ Dominique Filippi

Ici chacun fait ce qu'il veut. Je ne vous impose pas le format de vos contributions, alors ayez l'obligeance de ne pas chercher à m'imposer le format de mes réponses. Et si vous n'avez pas envie de réécrire, et bien, ne réécrivez pas. J'en serai désolé, mais croyez moi, j'arriverai à m'en remettre.

Quant à votre "je vous répondrai sur le fond quand vous aurez changé de ton et fait preuve de modestie", je trouve cela assez cocasse chez quelqu'un qui dénonce chez les autres le "ton professoral et assez prétentieux" et qui donne des leçons de "modestie". Mais il est vrai que si tous pratiquaient ce qu'ils prêchent...

Dominique FILIPPI 17/07/2015 18:52

Faire un docte commentaire professoral et assez prétentieux long d'une page alors que je n'avais écrit que quelques lignes ne donne qu'une envie : ne plus y réécrire.Je vous répondrai sur le fond quand vous aurez changé de ton et fait preuve de modestie.

Descartes 16/07/2015 23:21

@ Bruno

[Je vous croyais du PCF?]

Je plaide volontiers coupable, même si mon parti m'a quitté depuis déjà quelques années. Mais être militant du PCF ne m'a jamais empêche de discuter avec et d'apprécier des gens de la crémerie d'en face. Ce n'est pas parce qu'on est adversaires qu'il faut se cracher à la gueule.

[Par quel biais donc avez-vous pu rencontrer Jacques Myard, si ce n'est pas trop indiscret?]

Je l'ai rencontré à l'Assemblée Nationale, il avait participé à une audition en commission sur un sujet dont je suis expert, et nous avons continué à discuter après la séance.

Bruno 16/07/2015 23:08

Je vous croyais du PCF? Par quel biais donc avez-vous pu rencontrer Jacques Myard, si ce n'est pas trop indiscret? Je sais je suis curieux...

Descartes 16/07/2015 21:01

@ Bruno

[Heureusement il reste mon député-maire, Jacques Myard (...)]

J'ai l'honneur de connaître Jacques Myard personnellement. Oui c'est un homme d'une remarquable constance sur ces questions. Je ne suis pas d'accord avec lui sur beaucoup de sujets, mais je dois lui reconnaître une remarquable constance et surtout un grand courage pour dire ce qu'il pense sans tenir compte du "politiquement correcte".

thierry_st_malo 16/07/2015 16:08

[Merkel, Tsipras, Hollande parcourent leur pays, serrent des mains, ont des réunions avec des « vraies gens », écoutent et prennent en permanence le pouls d’une collectivité dont ils sont membres et qu’ils connaissent parfaitement.]

Désolé de vous contredire une fois de plus, mon cher Descartes. D'habitude j'aime beaucoup vos billets, mais là je commence à me demander si vous ne seriez pas un bon gros naïf.

Hollande "serre des mains" nous sommes bien d'accord ( je me demande d'ailleurs où il trouve tant de gens aussi peu dégoûtés ) mais où avez-vous pris qu'il prend en permanence le pouls d’une collectivité dont il est membre et qu’il connaît parfaitement ?

Où avez-vous pris que lui ou un seul de ses ministres connaissent quoi que ce soit au peuple français pour lequel ils n'éprouvent qu'un immense mépris sauf quand ils pensent qu'à sa ré-élection en 2017 ? Où avez-vous pris que lui-même et ses ministres soient autre chose que des psychopathes, des sociopathes qui ne seraient même pas foutus de gérer la kermesse d'une école maternelle, et qui se réjouissent immondément quand ils voient EN EUROPE MEME une nation se suicider et un peuple réduit en esclavage ? Vous allez me dire que si les Grecs en sont là c'est de leur faute. Je vous réponds : sûrement, MAIS IL NE FALLAIT PAS LES AIDER A S'Y METTRE. Un "bon père de famille" au sens du législateur sait que si l'on prête de l'argent dont on sait qu'il ne sera jamais remboursé, d'abord il ne faut pas se plaindre, et ensuite il ne faut surtout pas reprocher quoi que ce soit à l'emprunteur. C'est le prêteur qui est en faute, pas l'emprunteur !

Et à votre avis et pour ne prendre qu'un seul exemple, le "vivrensemble" que l'on veut nous imposer est-il vraiment signe de la connaissance approfondie des "vraies gens" du peuple français ? N'est-ce-pas plutôt la méconnaissance TOTALE et le mépris TOTAL de ce que les Anglo-Saxons, beaucoup plus pragmatiques que nous, appellent non pas le "racisme" dont vivent les association anti-,
mais les "différences culturelles" ?

Et maintenant je vous laisse supprimer mon répugnant billet.

Descartes 16/07/2015 17:48

@ thierry st malo

[Désolé de vous contredire une fois de plus, mon cher Descartes. D'habitude j'aime beaucoup vos billets, mais là je commence à me demander si vous ne seriez pas un bon gros naïf.]

On m’a traité de beaucoup de choses, mais rarement de « naif ». C’est une nouvelle expérience pour moi…

[Hollande "serre des mains" nous sommes bien d'accord ( je me demande d'ailleurs où il trouve tant de gens aussi peu dégoûtés ) mais où avez-vous pris qu'il prend en permanence le pouls d’une collectivité dont il est membre et qu’il connaît parfaitement ?]

Je pense que vous sous-estimez beaucoup nos hommes politiques. On peut douter de leurs compétences, de leur hauteur de vues, de leur honnêteté même. Mais il y a une chose au moins à laquelle ils sont bons : se faire élire. Sans cela, ils ne seraient pas là. Et croyez-moi, se faire élire, ce n’est pas si simple qu’il n’y paraît.

Pour se faire élire, il faut une connaissance profonde, presque charnelle, du terrain électoral que vous labourez, puisqu’il vous faut être capable d’anticiper les réactions de vos électeurs à chacune de vos paroles. Pour séduire les français, il faut être l’un des leurs et les comprendre profondément. Je ne sais pas si vous avez fréquenté beaucoup d’hommes politiques. J’ai eu cette chance – ou ce malheur, selon le point de vue. Il y en a qui sont intelligents, et il y en a qui sont bêtes, il y en a qui sont cultivés, et il y en a qui sont ignorants, il y en a qui sont sérieux, et il y en a qui sont des charlots, il y en a qui sont travailleurs, et il y en a qui sont fainéants. Mais mettez-les devant une salle remplie d’électeurs, et ils trouveront le mot juste pour les faire vibrer.

[Où avez-vous pris que lui ou un seul de ses ministres connaissent quoi que ce soit au peuple français pour lequel ils n'éprouvent qu'un immense mépris sauf quand ils pensent qu'à sa ré-élection en 2017 ?]

On peut connaître et mépriser. Mais pensez-vous qu’on puisse se faire élire pendant des décennies dans sa circonscription sans « connaître quoi que ce soit au peuple » ? Non, croyez-moi. Ces gens méprisent peut-être le peuple, mais le connaissent parfaitement.

[Où avez-vous pris que lui-même et ses ministres soient autre chose que des psychopathes, des sociopathes qui ne seraient même pas foutus de gérer la kermesse d'une école maternelle,]

Mais alors, comment arrivent-ils à se faire élire ? Comment arrivent-ils, en n’étant que des psychopates ou des sociopathes infoutus de faire quoi que ce soit, à gérer une campagne électorale et à séduire suffisamment de gens pour se faire élire ?

[Et maintenant je vous laisse supprimer mon répugnant billet.]

Je ne vois pas en quoi votre billet serait « répugnant ».J’ai du manquer quelque chose…

Simone Milhé 16/07/2015 14:28

Quand je vois, dans votre titre ... le terme CAUCHEMAR(d) écrit avec un D en finale ... je n'ai même plus envie de LIRE ledit article !
Le CAUCHEMAR est déjà chez nous, en France ... avec cette méconnaissance de la Langue française qui en choque plus d'un(e) ;-(

Descartes 17/07/2015 16:08

Si je peux rajouter une remarque, je voudrais que mes lecteurs sachent que je suis très amoureux de la langue française, et que j'essaye de la respecter autant que possible... mais il est très différent de corriger un texte sur lequel on a beaucoup travaillé, et si je voulais vraiment faire ça bien, la publication prendrait beaucoup plus de temps et nuirait à "l'actualité" de ce blog. J'ai donc fait le choix de me relire une seule fois... mais je corrige toujours les fautes qui me sont signalées par mes lecteurs...

Marcailloux 17/07/2015 15:57

@Petit mot à Simone Milhé
Bonjour Simone,
Comme vous, et sans doute beaucoup d'autres, j'ai relevé la petite erreur de notre hôte. Comme nationalistejacobin la logique apparente du (d) me laissait pressentir la cause de la terminaison fautive. Mais l'essentiel est-il là?
J'invite par ailleurs les lecteurs à consulter le site Wikipédia qui présente un intéressant développement sur ce terme de cauchemar. On y apprend que dans ma région d'origine, par exemple, cauchemar d'écrivait "cauquevieille" (Lyon), « chauchi-vieilli » (Isère), « chauche-vieille » (Rhône).
Et puis, concernant les articles de ce blog, après le regard accroché par de nombreuses entorses à l'orthographe qui heurtaient ma rigueur orthographique, je me suis fais à cette idée que Descartes ne possédait pas un traitement de texte assez performant qui corrige presque automatiquement les fautes d'orthographe. Et surtout, je me suis dit que là n'était pas l'important et que je serais bien idiot de me priver de sa lecture au prétexte qu'il accorde moins d'importance que moi au formalisme de la langue française.
Henri IV a bien dit "Paris vaut bien une messe".
Les textes de Descartes méritent bien, eux, un peu de tolérance, surtout dans les conditions de réactivité et d’empathie intellectuelle qui sont les siennes.
Dernier petit détail, pourriez vous m'expliquer ce que signifie le dernier mot de votre réponse: d'un(e)?
Je n'en trouve aucune explication édifiante dans les manuels de grammaire, de syntaxe, d'orthographe. Dans un accès de "clitocratie" j'aurais mieux compris une conclusion en "plus d'un ou d'une". Pourquoi, après tout, pour simplifier la langue française, ne pas demander à l'Académie d'adopter la formule "unune" et bannir enfin, par extension du procédé toute formes d'épicènes.
Bien à vous

Descartes 16/07/2015 20:55

@nationalistejacobin

[« Comme beaucoup de parisiens, je suis allé contempler le concert et le feu d’artifice qui marque la fin de la célébration du 14 juillet. » Tiens, il m'avait semblé que vous n'étiez pas Parisien...]

Ca dépend des périodes…

[Je ne partage pas votre optimisme (ce qui n'est pas un scoop...).]

Si je vous ai donné l’impression d’être « optimiste », j’ai raté mon propos. Au delà de mon « optimisme méthodologique », je suis plutôt d’humeur pessimiste. L’affaire grecque montre qu’on est revenu à la brutalité des rapports entre états européens qui avaient cours dans les années 1930. La joie de ce feu d’artifice, à la fois aussi beau et aussi éphémère, m’a fait penser que de la même manière que la Grèce est mise au pas aujourd’hui, la France pourrait l’être demain. Et que nous sommes totalement impréparés à une telle crise.

[Je me suis rendu moi aussi aux festivités du 14 juillet dans ma ville. Personne n'a repris la "Marseillaise" lorsqu'un chanteur lyrique local l'a entonnée. Bon, on dira que c'était pour mieux écouter...]

Il vaut mieux : les français chantent particulièrement mal, et quelque soit leur bonne volonté la reprise par la foule de l’hymne national donne en général des résultats assez horripilants, sauf pour le refrain…

[Quant au feu d'artifice, ma foi, je ne suis pas sûr que les gens viennent le voir par "patriotisme". C'est surtout un spectacle populaire (et ce n'est pas une critique), gratuit de surcroît.]

Certainement. Mais j’ai trouvé plutôt réconfortant qu’après des années ou ces symboles tendaient à disparaître, non seulement ils soient revenus mais qu’ils soient en plus remarqués positivement par la foule… J’ajoute que les drapeaux et les symboles européens, omniprésents il y a dix ans, ont totalement diparu.

[Mais on n'est pas "patriote" simplement parce qu'on se souvient qu'on est Français une fois par an...]

Non. Mais après des années où on n’arrivait même pas à ce minimum, je trouve intéressant de constater un progrès, fut-il minime, de l’idée nationale.

[Et surtout, comme lors du 11 janvier, j'ai relevé l'absence quasi totale d'une certaine population que je ne nommerai pas... Population pourtant très visible par ailleurs.]

Ce n’était pas le cas à Paris.

[Je ne comprends pas bien ce que vous voulez dire. Quelle "guerre" nous attend selon vous?]

Celle qui s’est abattue sur la Grèce. Ce n’est pas à proprement parler d’une « guerre », mais c’est suffisamment violent pour que la métaphore soit valable. Ce que je dis, c’est qu’il est grand temps de nous préparer à la crise, qui arrivera tôt ou tard chez nous.

[Puisqu'on parle d'optimisme, je voulais vous demander ce que vous pensez de la thèse d'Emmanuel Todd sur les manifestations du 11 janvier (…)]

Franchement, je ne l’ai pas lu. Je l’ai feuilleté à la librairie, j’ai suivi un peu les débats dans les médias, et ça m’a enlevé toute envie de le lire. J’ai l’impression que Todd a le syndrome classique de la gauche française qui consiste dans toute situation à se chercher une victime puis à vitupérer en son nom. Je dois dire en plus que du point de vue marxiste, son analyse contient une contradiction. Admettons un instant que les manifestations qui ont suivi l’attentat de Charlie soient une réaction des français « intégrés » contre les nouveaux parias que sont les musulmans. Mais dans cette affaire, quel est l’intérêt ? Qu’est ce que les français « intégrés » ont a gagner en sortant quatre millions de personnes dans la rue ?

S’il s’agissait d’un mouvement « réactionnaire », alors les revendications de cet immense mouvement auraient été bien plus claires : la fermeture des mosquées, le dévoilement des voilées, l’expulsion des musulmans, que sais-je. Or, si l’on suit le raisonnement de Todd, on se retrouve avec un mouvement « réactionnaire » sans revendication réactionnaire. Ce n’est pas sérieux. Je pense que le raisonnement de Todd est fondé sur un défaut de raisonnement. Ce n’est pas parce qu’on manifeste plus dans les régions à tradition catholique que ce sont les catholiques qui manifestent.

nationalistejacobin 16/07/2015 17:37

Sachant que "cauchemar" donne le verbe "cauchemarder", je trouve que cette erreur est excusable. En tout cas, elle n'ôte rien à l'intérêt du contenu.

"Comme beaucoup de parisiens, je suis allé contempler le concert et le feu d’artifice qui marque la fin de la célébration du 14 juillet."
Tiens, il m'avait semblé que vous n'étiez pas Parisien...

Je ne partage pas votre optimisme (ce qui n'est pas un scoop...). Je me suis rendu moi aussi aux festivités du 14 juillet dans ma ville. Personne n'a repris la "Marseillaise" lorsqu'un chanteur lyrique local l'a entonnée. Bon, on dira que c'était pour mieux écouter... Quant au feu d'artifice, ma foi, je ne suis pas sûr que les gens viennent le voir par "patriotisme". C'est surtout un spectacle populaire (et ce n'est pas une critique), gratuit de surcroît. Mais on n'est pas "patriote" simplement parce qu'on se souvient qu'on est Français une fois par an... Je précise que je suis plutôt favorable à ces moments de "communion nationale", mais je n'ai rien ressenti de tel. Et surtout, comme lors du 11 janvier, j'ai relevé l'absence quasi totale d'une certaine population que je ne nommerai pas... Population pourtant très visible par ailleurs.

Enfin, chacun voit le verre à moitié plein ou à moitié vide, c'est selon.

"Et mon cœur s’est serré en pensant que l’ambiance ne devait pas être très différente en 1938. « Si vis pacem, para bellum »"
Je ne comprends pas bien ce que vous voulez dire. Quelle "guerre" nous attend selon vous?

Puisqu'on parle d'optimisme, je voulais vous demander ce que vous pensez de la thèse d'Emmanuel Todd sur les manifestations du 11 janvier, comme quoi il s'agirait en réalité d'une réaction "islamophobe" de la société française, portée par des éléments conservateurs traditionnellement hostiles à la laïcité, et surtout visibles dans des régions marquées par l'héritage catholique (Todd parle je crois de "catholicisme zombie"). Je pense que vous n'avez pas lu le livre de Todd mais peut-être avez-vous une opinion sur les grandes lignes de sa thèse qu'il a exposées dans les média.

Descartes 16/07/2015 14:39

@ Simone Milhé

Toutes mes excuses, l'erreur a été corrigée...

Marie A 16/07/2015 13:35

Ce nième épisode tragique pour la Grèce a aussi le mérite de montrer le rôle des Etats Unis dans la construction européenne et celle de l'euro; un habile tireur de ficelles qu'avait bien identifié de Gaulle.

Et pendant que les regards étaient tournés vers la Grèce, l'inique TAFTA était voté discrètement au parlement européen
Mais avancer à pas de loup dans le dos des peuples, n'est maintenant plus possible, et c'est là où les athéniens atteignirent ...! ;)

Simone Milhé 16/07/2015 20:48

S'EXCUSER, Cher Descartes dont je lis toujours avec plaisir les articles aussi bien documentés qu'analysés ...
S'excuser ... n'est pas JOUER !
Même si vous JOUEZ là dans la Cour des Grands :-)
A vous lire comme d'ordinaire, très bientôt ... pour apprécier vos VUES souventes fois si justes !
Merci et Amitiés !
S.Milhé

Descartes 16/07/2015 13:54

@Marie A

[Ce nième épisode tragique pour la Grèce a aussi le mérite de montrer le rôle des Etats Unis dans la construction européenne et celle de l'euro; un habile tireur de ficelles qu'avait bien identifié de Gaulle.]

Pourriez-vous expliquer à quoi vous faites référence précisément ? L'intervention américaine dans cette affaire a été pour le moins marginale...

Maurice 16/07/2015 13:16

Quel dommage que le congrès du pg ait eu lieu avant la séquence Tsiprassienne,ils auraient éviter de voter contre la sortie de l'Euro,tant les apparences sont importantes pour le Grand Timonier.Quant au PCF,comme à l'époque'du bilan globalement postif',une grand trouble saisira le militants rassérénaient par le vote contre de tous les députés fdg-PCF,Contre,parmi ces 4O députés de l'Honneur.
Cependant cher Descartes,les carottes ne sont pas encore cuites car tous les épisodes n'ont pas encore été visionnés,dans cette phase ,non guerrière,je précise bien NON Guerrière,malgré la férocité de la lutte,elle est fcitive,non sanguinaire et les grecs ont ce qu'ils de construsient ou pas,comme Nous,les français,qui avions voter Oui,in extrémis à Maastricht(Non pour moi).
Nousn' en subissons pas aujourd'hui les conséquences au niveau des grecs,mais ce n'est qu'une question de temps ?
'Si no vis Euro, para Ecu-franc' ?
Si nous ne voulons pas de cet 4euro,préparons nous à l'Ecu-franc,non?

Descartes 17/07/2015 10:31

@ maurice

[Quel dommage que le congrès du pg ait eu lieu avant la séquence Tsiprassienne, ils auraient éviter de voter contre la sortie de l'Euro, tant les apparences sont importantes pour le Grand Timonier.]

Le Petit Timonier, vous voulez dire… Le Grand, c’était l’autre…
Je ne sais pas si ça aurait changé grande chose. J’avoue que je n’ai pas trop suivi cette affaire de congrès. Je me suis contenté de ce qui est publié sur le site du PG, autant dire presque rien. Aucun des textes, pas même celui finalement voté, n’a eu les honneurs d’une publication. Quant aux organes dirigeants, on apprend curieusement que « le congrès a élu un secrétariat national exécutif », alors que les statuts prévoient que le « secrétariat national » (le terme « exécutif » ne figure pas) est élu par le bureau national, et non le congrès. Et pour couronner le tout, Mélenchon n’y figure pas mais continue à signer des communiqués au nom du PG comme si de rien n’était. J’ai l’impression qu’il règne dans cette organisation un joyeux bordel.

[Quant au PCF, comme à l'époque'du bilan globalement postif', une grand trouble saisira le militants rassérénaient par le vote contre de tous les députés fdg-PCF, Contre,parmi ces 4O députés de l'Honneur.]

Les militants du PCF ne se « troublent » pas pour si peu. Ils ont acquis une grande capacité lorsqu’il s’agit de ne pas voir les contradictions. On leur explique que voter « non » à l’accord, alors que Tsipras s’échine à Athènes à faire voter « oui », c’est « soutenir Tsipras », et que ce faisant on « sauve le projet européen », et ils sont tout contents…

[Nous n' en subissons pas aujourd'hui les conséquences au niveau des grecs, mais ce n'est qu'une question de temps ?]

Je le crains, oui.

[Si nous ne voulons pas de cet euro, préparons nous à l'Ecu-franc, non?]

La question n’est pas de vouloir ou non « cet euro ». D’abord, arrêtons de croire qu’il y a plusieurs euros possibles. Il n’y a qu’un seul, et c’est celui-ci. Un « autre » euro impliquerait de pouvoir imposer aux pays les plus riches de l’Europe des transferts permanents et inconditionnels vers les pays les plus pauvres, de la même manière que l’Ile de France ou Rhône-Alpes subventionne la Corse ou la Bretagne. Et cela, aucun des pays riches n’est prêt à l’accepter. Alors, arrêtons de rêver.

Si nous ne voulons pas devenir une colonie allemande, et nous voir dicter notre politique économique, sociale, fiscale depuis Berlin – en passant par Bruxelles – il nous faut dès maintenant préparer le passage au Franc (et non pas « l’écu Franc », c’est quoi ça ?), de manière à pouvoir le mettre en œuvre le jour venu. Cette position devrait par ailleurs pouvoir être partagée même par ceux qui sont partisans de l’Euro. C’est comme nos armées : il faut les avoir prêtes au cas où… et même si on n’a pas l’intention de s’en servir.