"pro rege saepe, pro patria semper"

Le blog de descartes

Le blog de descartes

Blog de débat pour ceux qui sont fatigués du discours politiquement correct et de la bienpensance à gauche

Un blog pour parler politique, économie, société, poésie... bref, tout ce qui doit intéresser le citoyen d'une république.

Vos commentaires sont les bienvenus! Ouvrons le débat...

.

Tous les papiers de ce blog sont de reproduction libre à condition de mentionner l'auteur et la source

Publié le par Descartes

C'est triste un enterrement... et c'est encore plus triste lorsque tout le monde s'en désintéresse. Les récentes obsèques des sept soldats français morts en Afghanistan a été encore l'opportunité de vérifier cet adage. Il est vrai que les plus hautes autorités de l'Etat étaient là hier pour leur rendre l'hommage de la Nation, et que les élus locaux des villes ou sont basées les unités concernées se déplacent souvent pour assister aux obsèques. Mais en dehors de cette participation, les citoyens s'en désintéressent.

 

Et il n'y a pas que les militaires qui sont concernés. Partout on voit des manifestations d'hommage et des "marches blanches" lorsqu'un jeune est victime d'une mort violente, mais on attend toujours de voir une "marche blanche" pour rendre hommage à un fonctionnaire de police tombé victime du devoir. Comme pour les militaires, le policier mort est veillé par sa famille et ses collègues. Mais les citoyens, c'est triste à dire, s'en foutent.

 

Personnellement, je trouve ceci extrêmement choquant. Policiers et militaires sont des fonctionnaires, soumis en tout aux ordres donnés par l'autorité politique. Et ce sont des fonctionnaires particuliers en ce que l'autorité civile peut leur demander - et leur demande quotidiennement - de risquer leur santé et leur vie pour exécuter les missions qu'elle leur confie. N'ont-ils pas droit, de ce fait, à une reconnaissance particulière de la part des citoyens qu'ils servent ?

 

On me dira que la guerre d'Afghanistan est une guerre injuste. C'est une fausse excuse. Ce ne sont pas les militaires qui ont décidé de quitter leurs casernes pour se dorer la couenne au soleil de la Kapisa ou d'ailleurs. Ce sont les autorités civiles, élues par nous, qui l'ont ainsi décidé. Pas plus que les policiers ne décident pas de la politique pénale ou des objectifs qui leur sont fixés, les militaires ne décident pas des guerres qu'il faut ou ne faut pas faire. C'est à chaque fois l'autorité civile, tirant sa légitimité d'un mandat populaire, qui a ce privilège et qui devrait donc en assumer la responsabilité. Ce qu'on demande au militaire, au policier - et plus généralement au fonctionnaire - c'est d'exécuter avec efficacité et loyauté les ordres qu'il reçoit. Et c'est sur ce point - et sur ce point seul - qu'il devrait être jugé.

 

C'est là que se trouve la grandeur du métier de fonctionnaire. C'est de mettre toute sa compétence en oeuvre pour exécuter les politiques décidées par les élus de la Nation, quand bien même on ne serait pas d'accord avec elles. Avant de porter au pinnacle les "rebelles" et autres "désobeisseurs", il faudrait se poser la question de ce qui se passerait si chacun agissait ainsi. Sommes nous prêts à vivre dans une société où chaque inspecteur des impôts fixe son propre barème ? Où chaque policier décide quels sont les actes - et les individus - qui doivent être punis ? Où chaque militaire décide quelle est la guerre qu'il a envie de faire ? Où chaque professeur enseigne ce qu'il a envie d'enseigner (1)?

 

Le français se débat depuis longtemps dans cette contradiction. Nous sommes un peuple qui d'un côté sacralise la loi, et d'un autre exige à tout bout de champ d'en être excusé. Nous voulons un Etat qui régule, réglementé et contrôle et en même temps éprouvons du ressentiment chaque fois que cette régulation et que ce contrôle s'applique à nous. Comme disait Mongénéral - avant 1968 -  "Les français attendent tout de l'Etat et ils le détestent. Ils ne se comportent pas en adultes".  Depuis, cela ne s'est pas arrangé. Et si ce phénomène touche la droite, il est encore pire à gauche, où la fibre anarcho-syndicaliste reste forte. Lorsque la référence est l'image romantique du "désobéisseur", comment pourrait-on rendre un hommage civique à ceux dont le principal mérite est justement de "marcher au pas" ?

 

La sortie d'Eva Joly sur le 14 juillet est de ce point de vue symptomatique. Elle nous propose d'échanger le défilé militaire contre un défilé civique dans les termes suivants:

 

"J’ai rêvé que nous puissions remplacer ce défilé (militaire) par un défilé citoyen où nous verrions les enfants des écoles, où nous verrions les étudiants, où nous verrions aussi les seniors défiler dans le bonheur d’être ensemble, de fêter les valeurs qui nous réunissent"

 

Et là, une question essentielle se pose: La participation des "enfants des écoles, étudiants, seniors" - notez que seuls les adultes sont exclus du "bonheur" en question (2) - serait elle obligatoire ou facultative ? Si la participation est obligatoire, on voit mal ce que le "bonheur" vient faire dans cette galère: il n'y a pas de "bonheur obligatoire". On doit donc conclure que le défilé dont rêve Eva Joly est un manifestation à présence facultative. C'est là le point le plus intéressant de la proposition d'Eva Joly, qui change totalement l'esprit du "défilé". Car les militaires - et les civils, car il y en a aussi - qui défilent aujourd'hui sur les Champs-Elysées ne le font pas volontairement. Leur présence ce jour-là n'est pas facultative, et ils ne peuvent pas se défiler sous prétexte qu'ils n'ont pas envie de venir, ou qu'ils ont décidé de prendre leurs vacances en juillet. Le défilé n'a pas seulement pour fonction de rendre honneur à celui qui défile. Il réaffirme aussi sa soumission absolue à l'autorité civile. C'est pourquoi parler d'un "défilé citoyen" n'a pas de sens. Cela peut-être une manifestation, une fête... mais pas un défilé. Tout simplement, parce que les citoyens ne peuvent pas être obligés à "partager des valeurs" ou a manifester "leur bonheur d'être ensemble" sur commande. Pétain a essayé, ça n'a pas vraiment pris.

 

Mais Eva Joly n'est pas la seule à gauche à ne pas avoir compris le problème. Ainsi, le PCF titre ainsi l'un de ses communiqués: "Indignation au jour de la Révolution: pendant que Sarkozy fait marcher les militaires, la gauche manifeste". Comme si le défilé militaire du 14 juillet était réductible à l'individu Sarkozy "faisant marcher" des militaires à sa botte. C'est ignorer que ce n'est pas Sarkozy qui "fait marcher" les militaires, mais le président de la République élu démocratiquement par les français. Il y a là une subtile mais importante différence que les rédacteurs du communiqué semblent ignorer. Mais la suite du communiqué est rassurante: "Pour la fête nationale française, des ONG et des activistes de gauche ont appelé à manifester à Paris contre le racisme et les politiques antisociales. Pendant qu’avait lieu le défilé militaire annuel sur les Champs-Elysées, une centaine de manifestants se réunissaient Place de la Bastille où la Révolution Française débuta il y a 222 ans. Ce rassemblement avait été organisé par la Ligue des Droits de l’Homme. Tous les partis de gauche l’ont soutenu". Oui, vous avez bien lu: une manifestation organisée à l'occasion de la fête nationale et soutenue par tous les partis de gauche a réuni "une centaine de manifestants". On est rassuré, on peut faire confiance aux citoyens pour séparer l'ivraie du bon grain.

 

N'en déplaise à Eva Joly et au PCF, nous ne vivons pas dans le monde des bisounours. Nous vivons dans un monde complexe, quelquefois inquiétant, souvent dangereux. Pour nous protéger, individuellement et collectivement, nous avons besoin de fonctionnaires à qui nous conférons des pouvoirs particuliers, dont celui d'être armés dans une société désarmée. Et nous leur confions ce pouvoir en échange d'une soumission absolue à l'autorité légitime et aux institutions de la République, précisément pour éviter qu'ils deviennent un danger pour nous tous. Loin de railler cet esprit de soumission - n'est-ce pas, Brassens ? - il faudrait au contraire le célébrer. Parce que nous avons besoin de lui pour assurer que l'Etat continue à fonctionner, mais surtout parce que cette soumission est la garantie de notre sécurité. Le jour ou militaires et policiers ne se sentiront plus liés par les décisions du pouvoir civil, on est mal barrés.

 

Il est donc fondamental de maintenir le lien de subordination entre la Nation et les fonctionnaires - qu'ils soient civils ou militaires, d'ailleurs - chargés de la protéger et de la servir. L'esprit anti-militariste, anti-flic, anti-juge, trois avatars de l'esprit soi-disant "anti-autoritaire", c'est très joli chez les poètes. Mais dans la pratique, il est éminemment dangereux. Il met les serviteurs publics dans la position intenable de vouloir servir quelqu'un qui les déteste. Ce n'est pas le genre de situation qui vous prédispose au don de soi. Ceux qui servent la République doivent être convaincus que leurs efforts sont reconnus, non seulement financièrement, mais aussi et surtout symboliquement. Et cela est encore plus vrai lorsqu'il s'agit de l'effort suprême.

 

Alors, mes amis, lorsque l'opportunité vous sera donnée de participer à la commémoration ou à l'hommage à ceux qui ont donné leur vie au service de la Nation, faites l'effort, sacrifiez quelques heures à ce rite nécessaire. C'est aussi cela, la citoyenneté.

 

 

Descartes

 

 

(1) J'aimerais savoir combien de mes lecteurs seraient tentés de répondre "non" aux trois premières questions et "oui" à la quatrième...

 

(2) Et ce n'est pas une coïncidence. L'âge adulte étant l'âge des responsabilités, il est normal qu'il soit exclu d'une vision qui veut transformer une célébration politique en "fête de la musique" dédiée au "bonheur d'être ensemble".

 

Commenter cet article

monsieur le chien 03/08/2011 00:18


Bravo.


Louise Michel 24/07/2011 12:00


Lecteurs, lectrices :

Descartes dit : "autrement je choisirais comme l'adage "vaut mieux mauvais connu que bon à connaître" et je voterais pour Sarkozy".

Rien à ajouter....que les quelques autres lecteurs passant ici expriment eux aussi leur position...

FIN (mes roses m'attendent avec leur parfum voluptueux et leur douceur incomparable ; j'ai bien besoin de me ressourcer après des échanges aussi toxiques...les orties oust)


Descartes 24/07/2011 12:25



Descartes dit : "autrement je choisirais comme l'adage "vaut mieux mauvais connu que bon à connaître" et je voterais pour Sarkozy". Rien à ajouter....que les quelques autres lecteurs passant
ici expriment eux aussi leur position...


Si vous n'avez rien à ajouter, à quoi bon écrire encore un message ?


Je ne vois pas d'ailleurs ce qui vous surprend dans mon commentaire. Quand j'étais membre d'un parti, j'étais discipliné et je votais le candidat à qui le Parti avait collectivement choisi de
donner ses voix. Maintenant que je ne le suis plus, je suis libre et je donne mon vote à celui qui le mieux défend mes intérêts et mes idées. Et si le choix se pose entre un beau parleur dont je
ne peux anticiper la manière de gouverner et un candidat dont je connais les vertus et les travers... et bien, je serai tenté de voter pour le second.


Le temps du vote "à la Pavlov" est révolu. On trouvera de moins en moins des gens qui seront prêts à voter pour un âne du moment qu'il est coiffé du bonnet "gauche". Et pour ce qui me concerne,
ma voix n'est acquise à aucun candidat. Celui qui la veut doit venir la prendre en répondant à mes interrogations et en me fournissant des raisons de voter pour lui. Et cela est vrai pour
Mélenchon, pour Chevènement, pour Aubry... ou pour Sarkozy. Je n'ai jamais été homme des "jamais" et des "toujours".


 



Louise Michel 24/07/2011 08:44


Mais Descartes, il ne suffit pas de décrocher un bac +5 pour obtenir l'emploi tant espéré qui permettra l'émancipation du fils d'ouvrier par la location d'un logement et vous le savez très bien !
et donc il n'est pas si rare que cela que l'on rencontre des jeunes gens diplômés si pas épaulés par des parents, qui ne se retrouvent pas dans une telle situation de SDF ou semi SDF, squattant par
ci par là l'appartement de quelques potes !

Le fils de bourge ou de classe moyenne supérieure, lui il a l'habitude depuis son plus jeune âge à avoir eu papa maman derrière qui a payé et le logement et la voiture du fiston et puis il trouvera
plus facilement du boulot grâce aux relations des parents !

Parce que Descartes l'intelligence, la capacité à suivre des études n'est pas lié au niveau social des parents ! moi j'en connais des fils d'ouvriers qui sont devenus docteur en math mais ils ont
buché dur pour en arriver là ! ils n'ont lésiné sur rien, se sont battus comme des diables, ont fait des petits boulots entre leurs heures de cours et n'ont compté que sur eux car les parents
derrière ne pouvaient rien pour eux et ceux là ils peuvent très bien, après avoir réussi haut la main leurs études, ne pas pour autant trouver le poste adéquat faute de relations ! là est tout
l'enjeu ! sans relations, plus difficile, voir impossible parfois, de trouver un poste à la hauteur du niveau d'étude ! parce que des emplois subalternes, il leur en sera proposés à ces diplômés et
même à la pelle et payés des cacahuètes et vu le contexte social actuel, peu peuvent se payer le luxe de refuser de se brader !

et la voilà la belle arnaque, faire croire aux gens qui font des études qu'ils trouveront un emploi correspondant à leur filière à la sortie ! le plus souvent l'offre en face est inexistante ou à
défaut il faut s'expatrier à l'étranger, bien souvent... Après on pourra aussi dire que l'aventure forge la jeunesse si on regarde cela de manière plus positive, n'est-ce-pas ?

Elles sont belles vos leçons en matière de stratégie du second tour ! et vous entre Sarkozy (ou Le Pen) et Mélenchon au second tour, vu les propos indignes que vous avez tenu à l'encontre du
candidat du front de gauche, vous voteriez pour qui ?
Et même ces traitres de socialistes, pas sur dans cette configuration qu'ils voteraient à gauche !!! Jamais Sapin n'a répondu par l'affirmative à la question de Mélenchon sur le report des voix du
PS au second tour dans le cas où ce dernier passerait devant le PS ! cela prouve bien que le PS n'est constitué que d'imbuvables prétentieux qui osent encore se dire proches du peuple d'en bas
!

En tout les cas, les français et notamment les fonctionnaires (ceux qui bossent bien et qui sont peu reconnus dans leur parcours professionnel) ne se laisseront pas faire si le gouvernement
français décidait d'amputer de 30 % leur déjà maigre salaire ! on verra Descartes si le peuple (privé/public) sera encore d'accord pour courber l'échine indéfiniment, on verra !

Voilà Descartes ! Après m'être bien frottée à vos épines (les miennes sont pas mal aiguisées également), j'ai besoin de retrouver un peu de douceur et de sérénité donc ne m'en veuillez point si
j'en venais à vous délaisser et à oublier de venir vous titiller sur votre blog, là où vous ne supportez point qu'on vous attaque !


Descartes 24/07/2011 11:38



Mais Descartes, il ne suffit pas de décrocher un bac +5 pour obtenir l'emploi tant espéré qui permettra l'émancipation du fils d'ouvrier par la location d'un logement et vous le savez très
bien !


Plus maintenant, c'est vrai. Il fut un temps - c'était le temps où les examens étaient des vrais examens, quand on ne donnait le bac qu'à ceux qui le méritaient - où le
système était véritablement méritocratique. Ceux qui décrochaient un bac+5 n'étaient alors pas nombreux, mais ils étaient sur d'obtenir un emploi, tout simplement parce que leurs mérites
correspondaient vraiment au morceau de papier qu'ils avaient entre leurs mains. A partir des années 1960, lorsque les places deviennent rares, cette logique devient insupportable pour les classes
moyennes, tout simplement parce qu'elle permet aux fils d'ouvriers méritants de faire concurrence à leurs propres rejetons. Le système meritocratique fut mis à bas, et la sélection à l'emploi ne
se fait plus sur le mérite, mais sur les "relations" et la connaissance du système. Ce qui donne aux rejetons des classes moyennes une bien meilleure chance d'eviter toute concurrence...


et donc il n'est pas si rare que cela que l'on rencontre des jeunes gens diplômés si pas épaulés par des parents, qui ne se retrouvent pas dans une telle situation de SDF ou semi SDF,
squattant par ci par là l'appartement de quelques potes !


"Il n'est pas si rare" ça veut dire quoi ? Un pour cent ? Un pour mille ? Un par million ? Ou ça veut dire simplement que c'est arrivé au fils du cousin du frere de ma concierge ? Si l'on veut
parler de cas individuels, on peut se passer de chiffres. Mais si on veut parler de phénomènes sociaux, alors il faut savoir quel est leur poids dans la société. Je regrette infiniment, mais les
cas de bac+5 SDF sont rarissimes en dehors des cas psychiatriques.


Le fils de bourge ou de classe moyenne supérieure, lui il a l'habitude depuis son plus jeune âge à avoir eu papa maman derrière qui a payé et le logement et la voiture du fiston et puis il
trouvera plus facilement du boulot grâce aux relations des parents !


Précisement. Et c'est pour cela que les classes moyennes sont les pires ennemies de la méritocratie. Dès lors qu'on commence à distribuer les postes en fonction du mérite, les
"relations" ne servent plus à rien. Mais contrairement à ce que vous croyez, le phénomène ne concerne pas que les "classes moyennes supérieures". Ce sont au contraire les enseignants qui tirent
le mieux leur épingle du jeu... à moins que pour vous un instituteur fasse partie des "classes moyennes supérieures" ?


Parce que Descartes l'intelligence, la capacité à suivre des études n'est pas lié au niveau social des parents !


C'est pas moi qu'il faut convaincre. Je suis un partisant farouche de la méritocratie, moi.


moi j'en connais des fils d'ouvriers qui sont devenus docteur en math mais ils ont buché dur pour en arriver là ! ils n'ont lésiné sur rien, se sont battus comme des diables, ont fait des
petits boulots entre leurs heures de cours et n'ont compté que sur eux car les parents derrière ne pouvaient rien pour eux et ceux là ils peuvent très bien, après avoir réussi haut la main leurs
études, ne pas pour autant trouver le poste adéquat faute de relations !


Comme je l'ai dit, je suis un partisant de la méritocratie qui exclut que les postes soient accordés en fonction des "relations". J'attire votre attention cependant sur le fait que dans une
société qui permet à chacun de choisir librement ses études, il n'y aura jamais la garantie de trouver un "poste adéquat" à la fin de ses études. Tout simplement parce qu'il n'éxiste dans un tel
système aucun mécanisme qui garantit que les gens choisiront de développer les compétences dont la société a besoin. Ce n'est pas parce que des milliers de jeunes ont envie de devenir sociologues
qu'il faudra autant de sociologues dans cinq ans. Les sociologues qui n'auront pas trouvé de poste devront se résigner à changer de carrière. Seules les études qui ont des numerus clausus peuvent
se permettre de garantir l'emploi àla sortie. Proposez vous de rétablir des numerus clausus pour l'ensemble des études universitaires ?


et la voilà la belle arnaque, faire croire aux gens qui font des études qu'ils trouveront un emploi correspondant à leur filière à la sortie !


C'est une arnaque imaginaire. Personne à ma connaissance ne soutient que les étudiants pourront tous trouver un emploi correspondant à leur filière à la sortie. Au contraire: dans toutes les
formations les enseignants ont la prudence dès le début des cours de souligner les difficultés que connaît leur filière. Les étudiants connaissent les risques. Il ne faut pas prendre les gens
pour des imbéciles.


le plus souvent l'offre en face est inexistante ou à défaut il faut s'expatrier à l'étranger, bien souvent...


"bien souvent", "ce n'est pas rare"... décidément, vous êtes fâchée avec les chiffres... Désolé, mais en dehors des classes moyennes - chez qui cette expatriation tient du parcours initiatique -
les jeunes qui s'expatrient sont une infime minorité.


Après on pourra aussi dire que l'aventure forge la jeunesse si on regarde cela de manière plus positive, n'est-ce-pas ?


Et c'est vrai. Moi même j'ai commencé ma carrière professionnelle en m'expatriant, ne trouvant pas d'emploi dans ma filière. Et je n'en suis pas mort. Au contraire: j'ai appris une autre langue,
j'ai fréquenté une autre culture...


Elles sont belles vos leçons en matière de stratégie du second tour !


Quelle "leçon" ? Ce n'est pas moi qui donne des leçons de stratégie du second tour ici, c'est vous qui n'arrêtez pas de le faire sur le mode "il ne faut pas se désister pour le PS". Moi je me
contente de pointer les contradictons dans vos leçons, c'est tout.


et vous entre Sarkozy (ou Le Pen) et Mélenchon au second tour, vu les propos indignes que vous avez tenu à l'encontre du candidat du front de gauche, vous voteriez pour qui ?


Je ne sais pas. Je verrai en fonction du programme qui m'est proposé. Si par le plus grand des miracles Mélenchon arrivait au deuxième tour, j'evaluerais alors sa capacité a gouverner sans mettre
le pays à feu et à sang en se laissant porter à ses penchants gauchistes, et sa capacité à faire une politique raisonnable. S'il satisfait ce test, je voterais pour lui, autrement je choisirais
comme l'adage "vaut mieux mauvais connu que bon à connaître" et je voterais pour Sarkozy.


Je ne vois pas par contre quels seraient les propos "indignes" que j'aurais tenu sur votre idole. Tous mes propos ont été au contraire fort dignes. Dans votre adoration, vous prenez toute
critique pour un sacrilège.


Et même ces traitres de socialistes, pas sur dans cette configuration qu'ils voteraient à gauche !!! Jamais Sapin n'a répondu par l'affirmative à la question de Mélenchon sur le report des
voix du PS au second tour dans le cas où ce dernier passerait devant le PS !


Il a bien raison. Avant de répondre à cette question, il faut savoir exactement quelle serait la politique que ferait Mélenchon une fois élu. Et ça, pour le moment, on n'en sait rien. Par
ailleurs, la configuration où Mélenchon serait au deuxième tour est tellement improbable qu'il n'est pas très intéressant d'investir des efforts à l'analyser dès maintenant...


cela prouve bien que le PS n'est constitué que d'imbuvables prétentieux qui osent encore se dire proches du peuple d'en bas !


Je ne suis pas l'avocat du PS, je n'ai jamais voté pour eux, alors ne vous attendez pas à ce que je prenne leur défense. Seulement voilà, ils existent, et "imbuvables prétentieux" ou pas, il
faudra s'entendre avec eux pour exercer le pouvoir.


En tout les cas, les français et notamment les fonctionnaires (ceux qui bossent bien et qui sont peu reconnus dans leur parcours professionnel) ne se laisseront pas faire si le gouvernement
français décidait d'amputer de 30 % leur déjà maigre salaire ! on verra Descartes si le peuple (privé/public) sera encore d'accord pour courber l'échine indéfiniment, on verra !


On m'a dit "le peuple français ne se laissera pas faire" sur les privatisations, sur les retraites, sur les services publics... et à chaque fois on a vu les résultats. Alors ne tentez pas le
diable avec vos jérémiades.


 


 


 



Louise Michel 24/07/2011 00:11


Parce que pour vous Descartes il n'y a que les fils de bourges qui vont jusqu'à bac + 5 ! pour vous les fils d'ouvriers ne sont en mesure que de viser les CAP ! quel mépris !

Votre obsession d'accuser la classe moyenne de tous les maux vous aveugle !

Et non Descartes, ce n'est pas les gens des classes populaires qui vont au ski l'hiver et sur la côte d'Azur l'été, renseignez-vous...

Par votre vote, renouvelez donc le mandat de Sarkozy en 2012, vous ne trouvez rien à redire quant à sa politique sociale, tout va très bien alors dans le meilleur des monde !


Descartes 24/07/2011 00:46



Parce que pour vous Descartes il n'y a que les fils de bourges qui vont jusqu'à bac + 5 !


Jamais dit ça. Si vous relisez ce que j'ai écrit, vous remarquerez que j'associais les bac+5 non pas aux "bourges" mais aux classes moyennes.


pour vous les fils d'ouvriers ne sont en mesure que de viser les CAP ! quel mépris !


Pitié, pas le coup du mépris...


Si vous me dites que les fils d'ouvrier sont en mesure de viser bac+5... cela étant dit, je comprends mal comment les fils d'ouvrier peuvent se trouver dans la situation de misère que vous
décrivez en permanence, sans logement, obligés de dormir dans leur voiture, allant à des écoles qui tombent en lambeaux, et en même temps arriver à bac+5. Mais il est vrai que vous n'êtes pas à
une contradiction près...


Il n'y a aucun mépris à dire que ce sont les classes moyennes qui trustent les possibilités d'accéder à bac+5. C'est un fait statistique. Et cet pladoyer larmoyant pour les bac+5 qui travaillent
pour un SMIC alors qu'une bonne moitié des ouvriers gagne le salaire minimum, excusez moi, mais ca sent la défense catégorielle...


Et non Descartes, ce n'est pas les gens des classes populaires qui vont au ski l'hiver et sur la côte d'Azur l'été, renseignez-vous...


Peut-être. Mais ils vont en Bretagne l'été et à la chasse en Somme une semaine l'hiver. Ce n'est pas la richesse, mais ce n'est pas désagréable non plus. Et surtout, ça fait réflechir deux fois
avant de confier son vote à des "révolutionnaires" qui prétendent tout changer par la force...


Par votre vote, renouvelez donc le mandat de Sarkozy en 2012,


C'est vous, pas moi, qui déclare hautement qu'elle ne votera jamais pour le PS. Et comme selon toute vraisemblance ce sera l'alternative a Sarkozy au deuxième tour, c'est votre vote qui
"renouvelera le mandat" de Sarkozy, pas le mien...


vous ne trouvez rien à redire quant à sa politique sociale,


J'en aurai beaucoup à redire, mais je ne vois pas vraiment l'intérêt. Ce n'est pas en répétant mille fois chaque jour "Sarkozy est méchant" qu'on changera quelque chose. Pour changer, il faut
avoir un programme et ensuite rassembler les français autour de celui-ci.


tout va très bien alors dans le meilleur des monde !


Peut-être pas, mais dans celui-ci, ça ne va pas si mal. "Que c'est beau, c'est beau, la vie..."



Jean-Mi 41 23/07/2011 21:59


Louise Michel, elle parle avec ses tripes et c'est beau comme de l'Eugène Sue ou du Victor Hugo!
Sinon, allez donc tous jeter un coup d’œil sur ce lien : http://video.google.com/videoplay?docid=2446309226549109687#
Y aurait-il donc quelque chose de pourri au royaume ...?
Quel est le refrain de la Marseillaise déja ?


Descartes 23/07/2011 22:19



Louise Michel, elle parle avec ses tripes et c'est beau comme de l'Eugène Sue ou du Victor Hugo!


Pauvre Hugo...


Sinon, allez donc tous jeter un coup d’œil sur ce lien (lien effacé) Y aurait-il donc quelque chose de pourri au royaume ...?


Sans doute. Il doit y avoir quelque chose de pourri au pays de Descartes si tant de gens oublient le fondement de tout raisonnement rationnel pour se complaire dans des théories de conspiration.
Si le tribunal avait déclaré Baudis coupable, il est coupable. Et s'il le déclare innocent, c'est la preuve qu'il y a une grande conspiration pour cacher sa culpabilité, donc il est coupable. En
d'autres termes, Baudis ne peut pas gagner...


La gauche, pendant très longtemps, avait fait sienne la défense du rationnalisme, de la pensée scientifique et la présomption d'innocence. Un fait ne devenait un qu'à partir du moment où l'on
pouvait le prouver, et la suspicion et le "on dit" n'était pas admise comme mode de preuve. Mais c'est fini depuis que le gauchisme soixante-huitard a pris les commandes: l'affaire emblématique a
été celle du notaire de Bruay en Artois, où les gauchistes accusèrent d'abord un innocent puis developpèrent une étrange théorie où l'individu innocent des faits qui lui étaient reprochés était
quand même coupable du fait de son appartenance de classe.


L'affaire Baudis n'est finalement que la répétition de la prémière. Baudis est un "puissant", donc il est forcément dépravé. Comme DSK, cloué au pilori par une certaine extrême gauche qui nous
invitait à plaindre la "victime" présumée, victime dont il s'avère aujourd'hui qu'elle pourrait en fait être un maître-chanteur...


Quel est le refrain de la Marseillaise déja ?


Tu ne la sais même pas par coeur ? Il dit "qu'un sang impur abreuve nos sillons". Mais elle ne précise pas quel sang doit être considéré comme "impur". Donc, méfiance... cela pourrait être le
tien!



Louise Michel 23/07/2011 19:55


Et en ce moment tout va bien pour vous ? tant mieux si vous faites partie de ceux qui sont super bien payés et qui donc ne sentent pas le poids de la crise !

Ce n'est pas vrai peut êtRE que Xavier Emmanuelli a démissionné, que les centres d'hébergement ferment les uns après les autres laissant à la rue femmes et enfants qui sans issue vont trouver
refuge aux urgences ! ce n'est pas vrai que des gens qui bossent n'arrivent pas à trouver de logement (pénurie) et qu'ils doivent dormir dans leur voiture! ce n'est pas vrai que de plus en plus de
gens fouillent les poubelles ! que des jeunes meme avec des bac+5 sont obligés d'accepter des emplois payés au smic faute de mieux ou qui sont à la rue quand ils n'ont pas de diplômes ou restant le
plus longtemps chez leurs parents dans les cas les moins pires ! ce n'est pas vrai que les paysans sont au bord du gouffre et qu'ils se suicident à la chaine faute de pouvoir vivre décemment de la
vente de leur production à cause de la concurrence ! ce n'est pas vrai qu'à cause d'un fonctionnaire non remplacé sur deux, les services publics tombent en ruine occasionnant des arrêts maladie
obligeant ceux qui reste à bosser à un rythme infernal qui les conduira eux meme à en perdre la santé ! ce n'est pas vrai qu'une convention en cours de signature va attribuer aux médecins
généralistes une prine de 9000 euros par an si faisant tout pour permettre au lobbies pharmaceutiques de continuer à vendre leur merde !


Descartes 23/07/2011 20:45



Et en ce moment tout va bien pour vous ? tant mieux si vous faites partie de ceux qui sont super bien payés et qui donc ne sentent pas le poids de la crise !


Votre vision binaire de la vie m'amuse. Pour votre gouverne, le monde ne se divise pas entre ceux pour qui "tout va bien" et ceux pour qui "tout va mal". Non, je ne suis pas "super bien payé", et
je sens le poids de la crise. D'un autre côté, je fais un métier qui me passionne, j'ai un salaire qui n'est peut être pas proportionné à mes immenses talents mais qui me permet de vivre
correctement et de me donner quelques menus plaisirs - comme l'immense majorité de mes concitoyens, qui contrairement à ce que vous croyez ne sont pas en majorité SDF - j'ai a mes côtés une femme
que j'adore et qui je l'espère m'adore aussi, de beaux enfants qui ne sont pas de tout repos mais là aussi, c'est la vie... et non, je ne sens pas l'envie de monter me faire tuer sur une
barricade sur le thème "je n'ai rien à perdre" pour faire plaisir aux "révolutionnaires" délirants.


Ce n'est pas vrai peut êtRE que Xavier Emmanuelli a démissionné,


Dans l'échelle de Richter des catastrophes, cette démission n'atteint pas le niveau 0.


que les centres d'hébergement ferment les uns après les autres laissant à la rue femmes et enfants qui sans issue vont trouver refuge aux urgences !


Combien de centres ont fermé "les uns après les autres" ? Combien sont ces "femmes et enfants sans issue" ? Faut chiffrer si l'on veut comprendre quelque chose. Parce que c'est en chiffrant qu'on
se rend compte qu'il s'agit de phénomènes marginaux. Et on ne fait pas de la politique avec des phénomènes marginaux.


ce n'est pas vrai que des gens qui bossent n'arrivent pas à trouver de logement (pénurie) et qu'ils doivent dormir dans leur voiture!


Encore une fois, combien sont-ils ? Parce que la majorité, l'immense majorité de ceux qui bossent trouvent un logement et ne dorment pas dans leur voiture.  


Je passe sur les autres éléments de votre plaidoyer misérabiliste parce que toutes vos affirmations pêchent sur le même point: elles généralisent des phénomènes qui restent marginaux.
Curieusement, vous ne mentionnez pas les problèmes qui préoccupent une majorité de nos concitoyens: le chômage des jeunes, la qualité de la formation, l'insécurité... Non, vous préférez vous
concentrer sur les questions "charitables" qui font pleurer dans les chaumières des classes moyennes. Comme ce qui suit:


que des jeunes meme avec des bac+5 sont obligés d'accepter des emplois payés au smic faute de mieux


C'est vrai... que des jeunes avec un CAP soient payés au SMIC, ce n'est pas grave. Mais que des bac+5 soient obligés d'accepter des emplois payés au SMIC, c'est tout à fait scandaleux... n'est ce
pas ?


Le discours misérabiliste que vous reprenez (car c'est un discours qu'on entend constamment à l'extrême gauche) est l'une des raisons pour lesquelles la "gauche radicale" n'arrive pas à entrer en
contact avec l'électorat populaire. Tout simplement, parce que ce discours est censé décrire la vie des couches populaires, et que celles-ci ne se reconnaissent nullement dans cette description.
Ce discours ne reflète pas la vie des gens modestes, mais l'idée que s'en font les classes moyennes. Qui ensuite s'étonnent quand elles aprennent que les pauvres font aussi la fête et partent en
vacances malgré tout.


Vous ne pouvez pas faire de la politique si vous vivez dans une réalité parallele dans laquelle les gens que vous prétendez amener à votre cause ne se reconnaissent pas. Le misérabilisme de dame
patronesse ne sert qu'à évacuer le sentiment de culpabilité des classes moyennes, c'est tout...


 



Louise Michel 23/07/2011 19:35


Que ce soit les bourgeois qui aient orchestrés la révolution de 1789, ok mais le peuple dont les récoltes avaient été détruites par le mauvais temps était aussi très affamé pendant que la cour se
tapait des festins du tonnerre et cet élément a son importance quant au déclenchement de cette révolution ! les bourges seuls n'auraient rien pu faire valoir sans la participation du peuple à
l'agonie ! certes au final le peuple s'est fait royalement entubé j'en conviens et la preuve rien n'a changé, les riches encore de nos jours ont tous les pouvoirs et passe droit et les pauvres
n'ont qu'à fermer leurs gueules et à accepter de se serrer la ceinture au nom de la solidarité européenne ! J'espère que ca va barder, il n'y a que par la force qu'on obtient des résultats, faut
pas se leurrer !!!!! et vos policiers aux ordres et obéissants ne s'abstiendront pas de tirer sur la foule, j'en suis convaincue, d'autant plus que des armes très sophistiquées appelés "cougar"
(rien à voir avec les veilles peau friquées qui se tapent des jeunes hommes inexpérimentés) ont été inaugurées récemment ! les caméras de surveillance qui pullulent sont toutes installées dans ce
but de controler le peuple en cas d'insurrection, tout est prévu figurez-vous, rien n'est laissé au hasard !

On verra dans quelques mois comment ca va évoluer ! lequel de vous ou moi n'est qu'un affabulateur ou est de mauvaise foi !


Descartes 23/07/2011 21:03



Que ce soit les bourgeois qui aient orchestrés la révolution de 1789, ok mais le peuple dont les récoltes avaient été détruites par le mauvais temps était aussi très affamé pendant que la
cour se tapait des festins du tonnerre et cet élément a son importance quant au déclenchement de cette révolution !


Les paysans ont vu leurs recoltes détruites par le mauvais temps pendant que la cour se tapait des festins depuis le temps de Charlemagne, et ils n'ont jamais fait de révolution. Tout au plus
quelques jacqueries par-ci par-là qui n'ont jamais véritablement menacé le pouvoir. Les mauvaises récoltes peuvent expliquer pourquoi la révolution se déclenche là plutôt qu'à un autre moment,
mais sans un affrontement structurel entre une classe qui monte et une autre qui s'accroche au pouvoir, il n'y a pas de révolution.


les bourges seuls n'auraient rien pu faire valoir sans la participation du peuple à l'agonie !


Il n'y a pas "les bourges" d'un côté et "le peuple" de l'autre. Les "bourges" étaient aussi "le peuple".


certes au final le peuple s'est fait royalement entubé


Pas du tout. "Le peuple" a vu son niveau de vie s'améliorer comme il ne l'avait jamais vu auparavant. Vous devriez lire le "manifeste du parti communiste" de Marx...


la preuve rien n'a changé, les riches encore de nos jours ont tous les pouvoirs et passe droit et les pauvres n'ont qu'à fermer leurs gueules et à accepter de se serrer la ceinture au nom de
la solidarité européenne !


Ca y est, on recommence avec le couplet misérabiliste... Non, les riches n'ont pas "tous les pouvoirs". Non, ils n'ont pas "tous les passe droit". Et les pauvres ont beaucoup d'opportunités
d'ouvrir leur gueule. Les jérémiades style "Germinal" ne servent qu'à occuper l'espace, et il serait temps de comprendre que le monde a changé depuis "les misérables", et plutôt en bien.


J'espère que ca va barder, il n'y a que par la force qu'on obtient des résultats, faut pas se leurrer !!!!!


Je ne comprends pas alors ce que vous attendez pour prendre votre Kalachnikov et rejoindre Action Directe. Mais peut-être préférez vous que ce soient les autres qui montent sur les barricades ?


Arrêtez de dire n'importe quoi: vous confondez les rapports de force (qui sont indispensables pour "obtenir des résultats") avec "la force", qui reste toujours le dernier argument des imbéciles.


et vos policiers aux ordres et obéissants ne s'abstiendront pas de tirer sur la foule, j'en suis convaincue,


Vous êtes "convaincue" de tellement de choses fausses, qu'une de plus ne change pas grande chose. Le fait est que "les policiers aux ordres" se sont abstenus de tirer depuis presque soixante ans.
Et pourtant, ce n'étaient pas les opportunités qui ont manqué depuis: 1968, 1995, 2005.



d'autant plus que des armes très sophistiquées appelés "cougar" (...) ont été inaugurées récemment !


Et d'où tirez vous cette information ?


les caméras de surveillance qui pullulent sont toutes installées dans ce but de controler le peuple en cas d'insurrection, tout est prévu figurez-vous, rien n'est laissé au hasard !


Toutes ? Même celles qui surveillent les distributeurs de billets ? Décidément, vous nagez en pleine paranoïa.


On verra dans quelques mois comment ca va évoluer ! lequel de vous ou moi n'est qu'un affabulateur ou est de mauvaise foi !


Combien de mois ? Un pari, ca ne vous tente pas ? Je dis, pour corser la chose...






Marcailloux 23/07/2011 19:05


"Franchement, j'ai du mal à plaindre les enseignants."
Veuillez, je vous prie ne pas m'embarquer dans une mise en cause ad hominem des enseignants, terme que je n'ai en aucune façon employé, et pour lesquels dans le contexte actuel je ne suis
néanmoins, pas très éloigné de votre position ( au style polémiste en moins). J'évoque la fonction nationale, l'entité au service du progrès humain, celle de Condorcet et de ses exigences vitales.


Marcailloux 23/07/2011 18:23


Bonsoir à chacun
Vous répondez, Descartes, au commentaire 4:
"... vous trouvez inconcevable qu'un inspecteur des impôts décide souverainement de ce que vous devriez payer, mais vous trouvez normal qu'un professeur, tout seul devant sa classe, décide
souverainement de ce qu'un enfant doit apprendre... Si l'on estime que le choix du professeur a moins de portée que celui de l'inspecteur de l'impôt, alors on peut lui laisser plus de liberté pour
décider ce qui se fait et ce qui ne se fait pas. Mais je ne crois pas que ce soit votre position, puisque vous insistez plus bas sur l'importance de "la construction de l'homme et du citoyen". Et
si comme vous le pensez - et je partage ce point de vue - la décision du professeur est capitale, comment concevoir qu'on laisse à un fonctionnaire sans autre légitimité que sa connaissance
disciplinaire et pédagogique le soin de choisir les idées qu'il implante chez nos chères têtes blondes ?
Personnellement, je ne crois pas qu'il faille faire des professeurs une classe de fonctionnaires à part."

Désolé de ne pas engager, par principe, de combat à fleuret à peine moucheté. Plus nuancée, ma position sur le corps enseignant et même au delà est qu'il s'agit pour lui, d'une mission de nature
particulière, dont les effets à court, moyen et long terme ne sont pas aisés à mesurer et dont les conséquences peuvent êtres cependant vitales pour la nation.
Les agents des impots ont à appliquer un barème, les policiers à chercher un coupable sur des faits avérés,un militaire consentir éventuellement au sacrifice de sa vie pour le succès d'opérations
fussent-elles absurdes. Je ne dis pas que tout cela est simple et sans grandeur quelquefois, mais il s'agit en l'occurence de la défense de lois, de règlements, de décisions politiques dont la
légitimité est souvent contestée.
Construire un petit d'homme et en faire peut être un génie ou dans les cas les plus courants un honnête citoyen capable avec ses compatriotes de faire face aux adversités qui ne manqueront pas de
se présenter, me parait d'une autre teneur.Il s'agit d'une oeuvre de création.Cette mission nécessite un regard particulier et une reconnaissance qui n'a pas actuellement le niveau qui devrait lui
être accordé.Cela va aussi avec un niveau d'exigence en conséquence et n'imaginez pas que je me livre à une démarche corporatiste, n'ayant que peu de liens avec le milieu enseignant.C'est pourquoi
sans pour autant leur donner entière licence sur l'essentiel de leur enseignement,un maximum de liberté associée à un système de contrôle et d'évaluation fiable - je sais, c'est pas facile à mettre
en oeuvre - est souhaitable pour offrir à nos enfants toutes les chances pour réussir leur vie. pour entre autres, les former au débat argumenté, objectif, à l'écoute de l'autre, sans jeter d'emblé
des procès d'intention, des absurdités non contrôlés, des énormités dans la discussion.En un mot en faire des hommes -et des femmes- civilisés.
Cordialement à tous.


Descartes 23/07/2011 18:48



Plus nuancée, ma position sur le corps enseignant et même au delà est qu'il s'agit pour lui, d'une mission de nature particulière, dont les effets à court, moyen et long terme ne sont pas
aisés à mesurer et dont les conséquences peuvent êtres cependant vitales pour la nation.


Cela est vrai pour un policier ou pour un militaire. Comment "mesurer" à long terme les effets de la décision de déferer un petit déliquant à la justice ou au contraire de le laisser partir "pour
cette fois" avec un avertissement ? Comment "mesurer" les effets de la décision d'un policier de ne pas intervenir dans une querelle privée qui risque de dégénerer ? Et des choix comme ceux-ci,
nos policiers en font tous les jours.


Les enseignants ont une certaine tendance à se mettre "à part", comme si leur métier était si spécial que l'idée même de le comparer à d'autres était saugrenue. Ce n'est pas le cas: le métier de
l'enseignant est difficile et vital. Mais c'est le cas du travail de beaucoup d'autres fonctionnaires.


Les agents des impots ont à appliquer un barème, les policiers à chercher un coupable sur des faits avérés,un militaire consentir éventuellement au sacrifice de sa vie pour le succès
d'opérations fussent-elles absurdes.


Ah... si c'était si simple, on pourrait les remplacer par des machines. Les agents des impôts appliquent le barême... mais ont une certaine liberté d'appréciation quant à la bonne foi et à la
situation des contribuables. S'ils ne font qu'appliquer mécaniquement la règle, ils manquent à leurs devoirs. Pour les policiers, c'est encore plus vrai: si le policier verbalisait chaque
comportement contraire à la loi, sa journée ferait 48 heures. Le policier a une grande discrétion sur les "faits" qu'il investigue et ceux qu'il n'investigue pas, entre ceux qu'il punit et ceux
qu'il fait semblant de ne pas voir.


Construire un petit d'homme et en faire peut être un génie ou dans les cas les plus courants un honnête citoyen capable avec ses compatriotes de faire face aux adversités qui ne manqueront
pas de se présenter, me parait d'une autre teneur.Il s'agit d'une oeuvre de création.


Vous surestimez le pouvoir de l'enseignant... et leurs responsabilités. Et puis, faire d'un enfant un "honnête citoyen" n'est ni plus ni moins une "oeuvre de création" que de gagner une bataille
ou de conduire à bonne fin une enquête de police. Certains enseignants ont du "génie" au même titre que certains militaires ou policiers peuvent l'avoir. Mais il n'y a rien de spécifique là
dedans. 


Cette mission nécessite un regard particulier et une reconnaissance qui n'a pas actuellement le niveau qui devrait lui être accordé.


Franchement, j'ai du mal à plaindre les enseignants. Ils ont embrassé les idées soixante-huitardes, ils ont hurlé contre "l'école, mécanisme repressif de l'Etat", ils ont voulu la fin de
l'exigence et des examens. Je ne peux pas m'empêcher de penser qu'ils ont globalement ce qu'ils méritent.


 


 



Louise Michel 23/07/2011 16:53


Mais oui mais oui tout va très bien madame la marquise !

non je ne pensais pas au PS mais à sarko ! si sa fin brutale par un peuple déchainé était annoncée, je l'élirais sur le champs autant qu'à faire :) après la place sera libre pour celui qui se
sentira de taille à redresser le pays !!!

Bon allez on le sait c'est vous le meilleur, c'est vous qui avez la science infuse, les autres ne sont que d'horribles bonimenteurs qui ne font que noircir le tableau ! et pourtant hein 1789 fut
bien réel !!! Les nantis de l'époque devaient eux aussi penser que jamais rien ne viendra entraver leurs gourmandises et pourtant ils ont payé leurs dénis de la réalité au prix fort ! nous avons
tous les ingrédients pour un 1789 bis !!!

Tout va très bien madame la marquise, tout va très tout va très bien.....dans le monde des bisounours

Ah ça ira ça ira ça ira les aristocrates on les pendra


Descartes 23/07/2011 19:12



non je ne pensais pas au PS mais à sarko ! si sa fin brutale par un peuple déchainé était annoncée, je l'élirais sur le champs autant qu'à faire


Ce n'est pas pour demain la veille, ne vous faites pas des illusions.


après la place sera libre pour celui qui se sentira de taille à redresser le pays !!!


Pourquoi "celui" ? Il y en a plusieurs qui "se sentent de taille"...


et pourtant hein 1789 fut bien réel !!!


Oui, mais ça s'est passé en 1789. Depuis, on a beaucoup mieux compris la dynamique des conflits sociaux et les outils de gestion des crises se sont progressivement raffinés. Cela fait bien
longtemps qu'aucun chef d'Etat en France n'est mis en pièces par la "foule déchainée".


nous avons tous les ingrédients pour un 1789 bis !!!


Ah bon ? Où sont ces "ingrédients" ? Vous faites un total contresens. La violence de la révolution de 1789 tient au conflit d'une classe montante - la bourgeoisie - qui avait dejà les leviers du
pouvoir économique avec une classe en décadence - l'aristocratie - qui s'accrochait désespérement au pouvoir politique. Rien de tel aujourd'hui: la bourgeoisie tient solidement le pouvoir
politique et économique avec l'appui des classes moyennes, et le prolétariat est rélégué et n'a même plus d'expression politique.


Tout va très bien madame la marquise, tout va très tout va très bien.....dans le monde des bisounours


Je ne saurais vous le dire. Mais si vous, qui y vivez, me le dites, ça doit être vrai.



julien 23/07/2011 12:56


"C'est très discutable. D'abord, le fait d'avoir la "majorité" n'est pas le critère exclusif de légitimité. Autrement, il faudrait reconnaître qu'en 1940 c'était Pétain, et non De Gaulle, qui
constituait le "gouvernement légitime", théorie recusée non seulement pour des raisons politiques, mais surtout juridiques (voir à ce propos les écrits de René Cassin)."

Je n'ai pas lu les arguments de René Cassin, mais je me suis fait mon opinion propre sur cette question qui a toujours été épineuse.
Je considère le gouvernement Pétain comme légitime... de juin 1940 à octobre 1940.
18 octobre: publication de la loi portant statut des Juifs. Une honte.
24 octobre: entrevue de Montoire, poignée de main au chef d'Etat d'un pays officiellement en guerre contre nous, discours consécutif. La collaboration avec l'ennemi en tant de guerre, car Vichy ou
non, nous étions TOUJOURS en guerre, fut un acte de haute trahison, visé à l'époque par l'article 75 du Code Pénal - article sur la base duquel le Maréchal fut d'ailleurs condamné à mort en
1945.

Le gouvernement français étant désormais traître, toutes ses décisions sont illégitimes, y compris l'armistice. Donc seul le gouvernement "dissident" du général de Gaulle a désormais légitimité à
représenter le pays.

Voilà comment je vois les choses dans mon petit coin.


Descartes 23/07/2011 18:58



Je considère le gouvernement Pétain comme légitime... de juin 1940 à octobre 1940.
18 octobre: publication de la loi portant statut des Juifs. Une honte.
24 octobre: entrevue de Montoire, poignée de main au chef d'Etat d'un pays officiellement en guerre contre nous, discours consécutif. La collaboration avec l'ennemi en tant de guerre, car
Vichy ou non, nous étions TOUJOURS en guerre, fut un acte de haute trahison, visé à l'époque par l'article 75 du Code Pénal - article sur la base duquel le Maréchal fut d'ailleurs condamné à mort
en 1945.


J'ai un peu de mal à voir quelle est pour vous la logique de la légitimité qui permettrait de l'accorder au gouvernement de Vichy avant octobre 1940 et la lui refuser après. Un gouvernement ne
cesse d'être légitime parce que ses actes vous déplaisent personnellement. La question de la légitimité est celle de savoir si le gouvernement de Vichy représentait ou pas la volonté du peuple
français, c'est à dire, s'il pouvait effectivement se prévaloir d'une délégation du souverain. Or, il n'y a aucune raison de penser que les français dans leur ensemble se soient détournés du
Maréchal après la publication du statut des juifs ou l'entrevue de Montoire.


Le gouvernement français étant désormais traître, toutes ses décisions sont illégitimes, y compris l'armistice.


Sauf que l'armistice avait été conclu avant octobre 1940. Difficile de soutenir que lorsqu'un gouvernement perd sa légitimité, tous ses actes sont rétroactivement illégitimes...
Non, à tout prendre je préfère la doctrine Cassin: le régime de Vichy est illégitime dès le départ, tout simplement parce que les chambres lui ont délégué des pouvoirs qu'elles n'ont pas la
faculté de déléguer (le pouvoir constituant).


 


 



Louise Michel 23/07/2011 11:22


un lien vidéo : http://www.blueman.name/Des_Videos_Remarquables.php?NumVideo=2853#NAVIGATION

Pierre JAVANOVIC interwieuvé le 7 juillet 2011 à propos de son livre "Blythe Masters" et sur la situation financière mondiale

je plains finalement celui qui va etre mis sur le trône en 2012, il va être la cible du peuple si il échoue dans le redressement de la situation financière qui apparemment va être impossible ! les
matières premières vont augmenter de manière exponentielle et un peuple qui crève la faim et n'a plus d'espoirs perd tout contrôle et n'a plus rien à perdre ! la scène dans le livre de Zola
"Germinal" quand les mineurs trucident le commerçant qui refuse de leur donner du pain, s'en rappeler !!! finalement je préfererais que ce soit quelqu'un de plus détestable qui trépasse sous les
coups du peuple si tel doit être son sort après 2012 !!!


Descartes 23/07/2011 16:13



les matières premières vont augmenter de manière exponentielle et un peuple qui crève la faim et n'a plus d'espoirs perd tout contrôle et n'a plus rien à perdre !


Meuh moui, meuh oui... Au cas où vous ne l'auriez pas remarqué, depuis que le monde est monde il apparaît chaque semaine un prophète pour annoncer que la fin du monde est pour bientôt. Et jusqu'à
maintenant, ces milliers de prophètes se sont systématiquement mis le doigt dans l'oeil. Relisez les prédictions apocalyptiques que les prédecesseurs de Jovanovic publiaient dans les magasines
dans les années 1970 et 80. Je vous assure qu'il n'y pas de meilleur antidote contre la morosité...


finalement je préfererais que ce soit quelqu'un de plus détestable qui trépasse sous les coups du peuple si tel doit être son sort après 2012 !!!


Vous vous préparez donc psychologiquement à voter PS au deuxième tour ? C'est très bien. Comme ça, vous trouverez ça moins dur quand votre idole vous appelera à le faire...



Louise Michel 23/07/2011 08:41


Descartes, comprenez bien qu'une bonne partie (je ne dis pas tous) des futurs électeurs de Mélenchon se sont dirigés vers le front de gauche parce que justement ils ne veulent plus entendre parler
du PS ! j'ai lu des tas de messages de sympathisants disant la même chose que moi, que hormis le front de gauche, point de salut !

Donc beaucoup désobéiront en cas de consignes, soyez en sur et moi la première ! je ne suis pas influençable ! Parler à mon intelligence ne signifie en aucun cas se renier, bien au contraire ! et
je laisse l'obéissance absolue aux moutons ! qu'ils continuent à bêler en choeur pour leur plus grand malheur ! On sera minoritaires à désobéir j'en suis consciente et cela ne comptera pas mais au
moins en ce qui me concerne, je resterai fidèle à mes idées jusqu'au bout ! se vendre au PS au deuxième tour meme pour assoir une légitimité législative cela équivaudra à nous brader et franchement
on aura l'air de quoi après ? et cela donnera raison à tout ceux qui en ce moment soupçonnent Mélenchon de rabattre des voix pour le PS !!! On doit rester droits dans nos bottes et si on perd en
2012, on devra continuer pour atteindre 2017 et ne pas fléchir sur notre ligne sinon Mélenchon c'est sur n'aura plus qu'à prendre sa retraite bien méritée et nous à remballer nos envies d'une
gauche pure !

De toute façon, la France est foutue maintenant que va devoir être appliqué un plan d'austérité à son peuple parce qu'embourbée à présent dans la dette grecque jusqu'au cou (merci Sarko d'avoir
enfoncée la France) ! quel que doit le président en place en 2012, on est cuit sauf peut etre si on retrouve notre monnaie ! Chevènement n'est pas pour la sortie de l'euro si je me souviens bien
même qu'à europe 1 il y a quelques mois de cela, il a dit une grosse bêtise ou mensonge en prétendant que Mélenchon était pour la sortie de l'euro et que c'était ce qui les séparait, entre autres
!!!! je ne sais pas où il était allé pêcher cela !!!!

N'étant pas économiste comme la plupart des français, je ne sais pas si il serait vraiment plus judicieux de sortir de la zone euro ! Je me pose la question comme tout le monde et je cherche au
travers blogs et sites des éclaircissements et certains partisans l'évoquent sur le blog, et le programme partagé que vous dites inexistant est en train d'etre peaufiné ! vous ne voudriez tout de
meme pas qu'il sorte d'un chapeau de magicien, tout beau, tout chaud sans l'once de la moindre réflexion supplémentaire pour qu'il soit parfaitement crédible ! les choses sérieuses vont vraiment
commencer à la rentrée ! soyez patient, ca va saigner ! rien qu'à la primaire PS, ca va être le massacre ! et folklorique en même temps !!! il y en aura pour tous les gouts ! Mesdames et messieurs,
le spectacle va commencer.....


Descartes 23/07/2011 16:59



Descartes, comprenez bien qu'une bonne partie (je ne dis pas tous) des futurs électeurs de Mélenchon se sont dirigés vers le front de gauche parce que justement ils ne veulent plus entendre
parler du PS !


Moi qui croyait qu'ils allaient vers le Front de Gauche parce qu'ils voulaient mettre en oeuvre un programme... et vous me dites maintenant qu'en fait le Front de Gauche c'est une sorte de club
des cocus du PS. C'est pas très gentil pour les gens qui y sont...


j'ai lu des tas de messages de sympathisants disant la même chose que moi, que hormis le front de gauche, point de salut !


Méfiez vous, la plupart des électeurs ne dit jamais rien, mais n'en pense pas moins. Alors, ne prenez pas les jérémiades de ceux qui s'expriment sur la toile (ou pire, dans le blog de JLM, blog
"filtré" des opinions gênantes...) pour l'opinion moyenne des électeurs du FdG. Si vous croyez que les électeurs du FdG vont prendre le risque au deuxième tour de laisser passer Sarkozy, vous
vous fourrez le doigt dans l'oeil.


Donc beaucoup désobéiront en cas de consignes, soyez en sur et moi la première !


Qu'est ce que vous en savez ? Avez vous fait un sondage pour affirmer que "beaucoup désobéiront" ? D'ailleurs, je vous trouve bien contradictoire: vous êtres prête à faire confiance à JLM pour
gouverner la France, mais vous ne lui faîtes pas confiance à l'heure de dire ce qu'il vaut mieux voter au deuxième tour d'une élection présidentielle. C'est drôle: vous trouvez JLM brillant comme
analyste et honnête dans ses choix, mais si son analyse l'amène à la conclusion qu'il faut voter pour le PS au deuxième tour, alors vous ne le suivrez pas...


je ne suis pas influençable !


Elles disent toutes ça...


se vendre au PS au deuxième tour meme pour assoir une légitimité législative cela équivaudra à nous brader et franchement on aura l'air de quoi après ?


Je ne sais pas. Mais je sais l'air que vous aurez si votre abstention permet à Sarkozy d'être réélu et que le PS fait battre tous les députés sortants FdG. Vous devriez être plus attentive aux
discours de votre idole: JLM a bien expliqué dans son discours d'hommage à François Mitterrand, en mai dernier, combien celui qui apparaît comme le fauteur de division dans la gauche est
impitoyablement sanctionné par les électeurs.


On doit rester droits dans nos bottes et si on perd en 2012, on devra continuer pour atteindre 2017


Va falloir expliquer aux élécteurs que la résolution de leurs problèmes devra attendre la Saint Glinglin pour permettre au FdG de ne pas "avoir l'air" de se trahir. Je pense qu'une bonne partie
de l'électorat populaire préférera une solution boiteuse ici et maintenant plutôt que d'attendre une hypothétique "révolution citoyenne".


et ne pas fléchir sur notre ligne sinon Mélenchon c'est sur n'aura plus qu'à prendre sa retraite


Mais non... un ministère dans un gouvernement PS reste une possibilité...


et nous à remballer nos envies d'une gauche pure !


Les envies de pûreté sont toujours déçues. C'est dans la nature des choses.


De toute façon, la France est foutue (...)


Déjà ? Alors a quoi bon s'énerver ?


parce qu'embourbée à présent dans la dette grecque jusqu'au cou (merci Sarko d'avoir enfoncée la France) !


A ma connaissance, ce n'est pas Sarkozy qui a fait l'Euro. Ce n'est pas Sarkozy qui a érigé en principe la "concurrence libre et non faussée". C'est Mitterrand. Et il l'a fait sous les
applaudissements de votre idole. Alors venir reprocher aujourd'hui à Sarkozy d'avoir "enfoncé la France", c'est non seulement injuste, c'est inexact. Sarkozy ne fait que traiter - dans les
limites étroites que lui laisse la grande oeuvre européenne de ses prédesseseurs - les conséquences inéluctables de leurs follies.


quel que doit le président en place en 2012, on est cuit sauf peut etre si on retrouve notre monnaie !


S'il en est ainsi, voter Mélenchon n'a aucun sens.


Chevènement n'est pas pour la sortie de l'euro si je me souviens bien


Vous vous souvenez mal. Dans son dernier livre, il dit clairement que l'alternative est soit dechanger complètement les règles de fonctionnement de l'union monétaire, soit en finir avec cette
coûteuse expérience qu'est l'Euro. Et vu qu'une réforme des règles n'est pas à l'ordre du jour puisque nos partenaires n'en veulent pas, la conclusion est évidente. 


Chevènement est un pragmatique: pour lui, on ne sort pas de l'Euro en claquant les doigts. C'est ce qu'il a voulu dire en déclarant qu'on ne descend pas d'un avion en vol. Mais cela n'empêche pas
de faire atterrir l'avion et de descendre ensuite...


N'étant pas économiste comme la plupart des français, je ne sais pas si il serait vraiment plus judicieux de sortir de la zone euro !


Mais sans être économiste, vous affirmez tout de même que si l'on ne retrouve pas notre monnaie, "on est cuit". Faudrait savoir...


et le programme partagé que vous dites inexistant


Ce n'est pas moi qui le dit. C'est un fait. La meilleure preuve en est que personne n'est foutue d'en publier le texte. Et que chaque fois qu'on ele demande, on vous explique qu'il est "en train
d'être finalisé". Après l'avoir promis pour mars, puis pour mai, puis pour juin, maintenant il paraît qu'on va le publier pour la fête de l'Humanité, en septembre.


vous ne voudriez tout de meme pas qu'il sorte d'un chapeau de magicien, tout beau, tout chaud sans l'once de la moindre réflexion supplémentaire pour qu'il soit parfaitement crédible !


Non, je voudrais qu'il sorte d'un groupe de travail formé par des experts de qualité qui formule et chiffre les différentes options, et qu'ensuite il soit soumis à l'appropriation et au débat des
militants, pour que le choix entre les différentes options soit tranché par un processus démocratique. Voilà ce que je voudrais. Et qu'est ce qu'on a ? Une liste de courses élaborée on ne sait
pas très bien par qui, qui n'a jamais fait l'objet d'un véritable débat démocratique et qui descendra du ciel sans que les militants aient leur mot à dire.


les choses sérieuses vont vraiment commencer à la rentrée !


Esperons-le, parce que jusqu'à maintenant ce qu'on a vu est plutôt grotesque.


soyez patient, ca va saigner !


Ca fait deux ans qu'on me promet ça. Tiens, qu'est devenu le document d'orientation "Lignes d'horizon" ? Oh combien de marins, combien de capitaines / Qui sont partis joyeux pour des courses
lointaines / Dans ce morne horizon ils se sont évanouis / Combien ont disparu, dure et triste fortune! / Dans une mer sans fond, par une nuit sans lune…


Victor Hugo pensait-il au "programme populaire partagé" ?


 






Source : O combien de marins, combien de
capitaines – Qui sont partis joyeux pour des courses lointaines, – D Hugo Victor | Dico - Citations - Dico citations



Louise Michel 22/07/2011 20:17


Chevènement est encore tellement proche des membres du PS qu'effectivement on a du mal à croire qu'il s'en soit réellement détaché !

Et inutile de me traiter de groupie pour mieux assoir votre soif de revanche ! j'ai suffisamment de libre arbitre pour vous dire que si consignes il y a au deuxième tour, je serai une élève très
indisciplinée et je ne suivrai pas les directives du maitre, ok ? je ne serai jamais la groupie de personne, bien trop hors norme et indépendante pour cela ! j'ai juste la faiblesse d'apprécier les
gens haut en couleur et racés intellectuellement !

Vous ne lâchez jamais le morceau ! on est sur de s'assurer vos foudres quand on vous pique ! avec vous ce serait sans fin !


Descartes 22/07/2011 22:43



Chevènement est encore tellement proche des membres du PS qu'effectivement on a du mal à croire qu'il s'en soit réellement détaché !


En tout cas, il n'a pas hésité à défier Mitterrand lui-même quand il n'a pas été d'accord avec sa politique, chose que Mélenchon n'a jamais fait. Et c'est Chèvenement, pas Mélenchon, que les
socialistes tiennent pour responsable de leur défaite en 2002. Franchement, je pense que le père Chevènement n'a plus rien à prouver en matière de liberté d'esprit. Pour ce qui concerne
Mélenchon, je ne peux que constater qu'aussi longtemps que le PS a été aux affaires, il a toujours été sur la ligne officielle. Ce n'est pas lui qui avait appellé a voter la ratification de
Maastricht au prétexte qu'il s'agissait d'un "compromis de gauche" ?


Et inutile de me traiter de groupie pour mieux assoir votre soif de revanche !


Si vous ne voulez pas qu'on vous traite de groupie, arrêtez de vous comporter comme l'une d'entre elles, et faites preuve d'un minimum de sens critique envers votre candidat.


j'ai suffisamment de libre arbitre pour vous dire que si consignes il y a au deuxième tour, je serai une élève très indisciplinée et je ne suivrai pas les directives du maitre, ok ?


Vous répétez à qui veut l'entendre que votre candidat "ne prend pas les gens pour des imbéciles", qu'il "s'adresse à l'intelligence des électeurs", etc. Dans ces conditions, s'il donne une
consigne au deuxième tour, ce sera certainement une consigne très raisonnable, qui s'adressera à votre intelligence. Comment dans ces conditions pourriez-vous ne pas la suivre ?


Vous ne lâchez jamais le morceau !


Jamais!


on est sur de s'assurer vos foudres quand on vous pique !


"Qui s'y frotte s'y pique" est ma devise.



Louise Michel 22/07/2011 18:40


Désolée je ne suis pas une comptable ni une économiste ! j'ai d'autres qualités mais pas celles-là ! que vous voulez-vous personne n'est parfait !

ben dis donc vous n'y allez pas de main morte concernant le possible futur président de la république ! ca ressemble à de la haine, la même que vous reprocher aux anti-sarkozistes !!!

Chevènement est un socialiste au même titre que les autres ! mon vote n'ira à aucun socialiste !

je n'honore pas votre blog spécialement mais j'aime bien me défouler de temps en temps, nuance ! et cela faisait un bail que je n'y étais venue, mais l'envie de ramener ma fraise a été plus forte
que ma volonté de vous ignorer car il est clair que je ne partage pas votre point de vue sur bien des sujets mais de temps en temps, il est salutaire de se frotter aux orties pour mieux apprécier
ensuite le velours des pétales de roses !

Et visiblement je suis bannie (pour un temps ou définitivement, j'en sais rien et je m'en fous) sur le blog de Mélenchon, ce qui explique que vous ne m'y voyez plus et puis je n'ai pas forcément
tout mon temps à passer sur le net non plus ! Que le modérateur comprenne que ça ne m'intéresse pas de venir sur un blog si je dois m'abstenir de dire le fond de ma pensée ou si je ne peux pas me
défendre quand on me provoque ! maintenant ce n'est pas sur un blog qu'on joue sa carte d'électeur mais dans une urne ! En 2012, je ferai mon devoir au premier tour parce que je serais très motivée
(sans doute ne l'étais-je pas assez par le passé) et j'espère pouvoir en remette une couche au deuxième sinon ce sera sans moi !

Et pour votre gouverne, être apolitique pour moi cela ne signifie pas qu'on sacrifie son rôle de citoyen dans ses actions au quotidien ! Etre de gauche ou de droite, ca ne veut rien dire ! tout
comme etre un bon catholique pratiquant ne garantit pas une conduite exemplaire dans sa vie ! des tas de gens non croyants font bien plus pour les autres que certains catholiques ! je ne me fis pas
aux titres ! etre de gauche peut n'être qu'une étiquette trompeuse et en ce moment, elles sont légion !

maintenant que je me suis bien défoulée, je vais pouvoir passer un bon week-end zen ! voyez-vous malgré tout vous avez une utilité, celle de me permettre de cracher mon venin et de laver mon
organisme d'une acidité qui l'empoisonnerait autrement ! grâce à nos échanges, je conserverai mon teint de pêche, elle n'est pas belle la vie !!!!


Descartes 22/07/2011 19:36



Désolée je ne suis pas une comptable ni une économiste !


Pas besoin d'être économiste pour se rendre compte que l'affirmation "a new york on jette chaque jour la nourriture qui pourrait nourrir les pays pauvres pendant un an" est absurde. Il suffit
d'avoir une idée des ordres de grandeur.


Chevènement est un socialiste au même titre que les autres ! mon vote n'ira à aucun socialiste !


Au cas où vous l'auriez oublié, Chèvenement a quité le PS plusieurs années avant Mélenchon.


Et visiblement je suis bannie (pour un temps ou définitivement, j'en sais rien et je m'en fous) sur le blog de Mélenchon,


Vous aussi ? Dites donc, Anastasie devient de plus en plus sevère chez le père Jean-Luc... qu'on banisse les critiques, je peux comprendre. Mais si on commence a bannir les groupies, c'est
décidément la fin...


maintenant ce n'est pas sur un blog qu'on joue sa carte d'électeur mais dans une urne !


Si vous mettez votre carte d'électeur dans l'urne, vous risquez de vous faire taper sur les doigts.


 






Louise Michel 22/07/2011 17:15


Vous dites à propos de la famine en Afrique : "Mon pouvoir d'action en Afrique est proche de zéro. A part crier pour la n-ième fois "c'est un scandaaaaaaale", que voulez-vous que je dise ? " c'est
sur vous avez bien raison de vous taire sur ce sujet, vous n'avez visiblement pas la fibre compassionelle ! comment peut-on avoir un passé de militant communiste avec un tel détachement quant aux
souffrances de ce monde ? pour moi ce n'est pas compatible !

Vous auriez pu au moins avoir la décence de dire, au lieu d'ironiser, que oui nous avons les moyens d'y remédier, ce n'est pas une fatalité ! que vous n'y puissiez rien d'un point de vue
individuel, j'en conviens ! inutile cependant de considérer en substance cette insistance à dénoncer l'impuissance comme étant l'apanage des gauchistes, prompts à vouloir défendre la veuve et
l'orphelin car vous tombez mal, je suis apolitique à la base et mon vote pour la vraie gauche en 2012 n'est pas orienté par rapport aux clivages gauche-droite ! je ne voterai pas à gauche (la
vraie, le PS on oublie) pour battre la droite, combien même je serais ravie que Sarkozy soit éliminé dès le prmier tour, mais bien parce qu'un candidat au moins semble ne pas prendre les citoyens
pour des cons !

Je ne suis pas qualifiée de plus pour avoir une position tranchée sur la viabilité d'un programme, du moins dans sa partie économique! Mais en tout cas jamais un candidat jusqu'ici n'aura permis
aux citoyens susceptibles de l'élire de le tenir autant informé du fonctionnement des institutions et quoi que vous pensiez du candidat Mélenchon, il a au moins ce rôle d'enseignant au niveau des
futurs électeurs novices ou peu dégourdis et ça n'a pas de prix ! J'en vois peu qui se démènent autant intellectuellement déjà pour parvenir à etre compris du plus grand nombre ! la plupart c'est
enfumage et langue de bois à volonté !!!

Pour en revenir à la famine, ce n'est pas le manque de moyens dont souffre la planète, c'est le manque de générosité et d'attention.

un petit exemple :
Chaque soir on jette dans les poubelles de New-York un excédent alimentaire qui suffirait à nourrir les pays pauvres pendant une année entière.

Et plus près de chez nous, cet employé de chez Monoprix, viré d'avoir récupérer pour sa famille, des fruits et légumes qui allaient être jetés !!

C'est l'absurdité de ce monde qui nous mène droit dans le mur ! si chacun à sa façon et selon ses moyens d'actions tentait ne serait-ce qu'une percée vers moins d'égoisme, ce monde aurait une bien
meilleure gueule ! Tout le monde n'ait pas en mesure d'être Mère Thérésa et il n'est même pas question d'aller jusque là mais c'est le nombre qui fait la force et une autre société serait possible
si chacun y mettait du sien selon ses compétences propres et déjà en mesurant bien les répercussions issues de l'acte de voter !

bien sur un président de la République n'est qu'une marionnette aux commandes de l'oligarchie financière, on sait tout cela et pas sur qu'un candidat moins "racaille" au pouvoir puisse avoir les
moyens d'agir dans le sens du bien, combien même il aurait reçu la bénédiction maximale du peuple pour le représenter ! cette mafia est bien trop implantée pour laisser s'envoler ses bénéfices au
profit de beaux principes de vie axés sur le partage et la dignité humaine !

c'est sur la double nationalité et le défilé militaire à côté c'est vachement plus important ! tellement même qu'il n'y a pas foule sur votre blog à l'inverse d'un certain candidat qui a le vent en
poupe :) puisse 2012 être l'occasion pour lui de prouver à ses électeurs d'avoir eu raison de croire en lui et d'avoir voté pour lui !

Moi je ne vote pas que pour un programme ! les programmes sont tous plus ou moins réalisables de toute façon mais déjà si il va dans le sens de plus de partage et moins d'inculture pour le peuple,
ca me va déjà très bien ! oui aussi étrange cela puisse vous paraitre, il se trouve qu'une minorité de citoyens votent aussi par idéalisme, par soucis de voir la France représentée par un homme
faisant appel à l'intelligence du peuple, ne considérant pas le peuple comme une masse de bestiaux juste bons à produire des produits ou services (quand ils peuvent encore les produire) qu'ils
n'auront pas les moyens de consommer ou de s'offir eux-mêmes ! mon vote sera un vote de citoyenne et engagée et désireuse d'un renouveau décapant ! place nette, que dégagent les incapables de tous
bords ! ils se valent tous


Descartes 22/07/2011 17:56



vous n'avez visiblement pas la fibre compassionelle !


En effet, je suis de ceux qui font. Je laisse a d'autres le soin de jouer les pleureuses.


comment peut-on avoir un passé de militant communiste avec un tel détachement quant aux souffrances de ce monde ?


Ca s'appelle "pudeur". Vous n'avez jamais entendu dire que les grandes douleurs sont muettes ?


oui nous avons les moyens d'y remédier, ce n'est pas une fatalité !


Vous, vous les avez peut-être. Moi pas. Et s'il est vrai que "ce n'est pas une fatalité", le remède est d'abord et avant tout dans les mains des africains eux mêmes. On peut les aider, on ne peut
faire à leur place.


vous tombez mal, je suis apolitique à la base


Pas de quoi être fière...


et mon vote pour la vraie gauche en 2012 (...)


Deja "la gauche" ça ne veut plus dire grande chose, alors "la vraie gauche"... vous savez, chacun est persuadé que son candidat est celui de "la vraie gauche". Le votre n'est finalement qu'un
parmi une demie douzaine... 


(...) mais bien parce qu'un candidat au moins semble ne pas prendre les citoyens pour des cons !


Je suis ravi d'apprendre que vous vous préparez à voter pour Jean-Pierre Chevènement. Mais je dois dire que je trouve votre usage du mot "semble" délicieux...


quoi que vous pensiez du candidat Mélenchon, il a au moins ce rôle d'enseignant au niveau des futurs électeurs novices ou peu dégourdis et ça n'a pas de prix !


Au cas où vous ne l'auriez pas remarqué, en 2012 on élit un président de la République, pas un professeur. On a besoin d'un homme capable de gouverner, pas seulement de faire de la pédagogie. Par
ailleurs, les cours du professeur Mélenchon ne sont pas terribles. Contrairement à vous, je trouve que Mélenchon ces derniers temps a une forte tendance à raconter n'importe quoi. Son discours
sur la crise de l'Euro montre qu'il ne comprend rien à la politique monétaire et - et c'est infiniment plus grave - qu'il n'est pas capable de demander à quelqu'un qui y comprend quelque chose de
le briefer.


un petit exemple : Chaque soir on jette dans les poubelles de New-York un excédent alimentaire qui suffirait à nourrir les pays pauvres pendant une année entière.


Un simple contrôle de cohérence aurait du vous montrer que votre affirmation est absurde. Les "pays pauvres" ont une population qui dépasse allègrement les deux milliards d'habitants (l'Inde, à
elle seule, en compte un milliard). Si l'on suppose (et je suis radin...) qu'il faut 1 kg de nourriture par jour pour nourrir un être humain, cela fait 2 million de tonnes par jour, soit quelque
800 millions de tonnes par an. Et comme la population de New York (aglomération) est de 20 millions, il faudrait que chaque new-yorkais, bebés compris, jette chaque jour 40 tonnes de nourriture
consommable. C'est un peu beaucoup, vous ne trouvez pas ?


A voir votre tendance à croire n'importe quoi, je ne suis qu'à moitié étonné que vous trouviez le discours de Mélenchon tellement pédagogique...


c'est sur la double nationalité et le défilé militaire à côté c'est vachement plus important ! tellement même qu'il n'y a pas foule sur votre blog à l'inverse d'un certain candidat qui a le
vent en poupe


Je n'ai peut-être pas la quantité, mais avouez que j'ai la qualité: vous, par exemple, vous honorez mon blog de vos contributions alors que vous ne publiez plus depuis un certain temps chez "le
candidat qui a le vent en poupe"... qui d'ailleurs commente lui aussi sur son blog les questions de double nationalité et de défilé militaire, et reste obstinément muet sur la famine en Afrique.



Moi je ne vote pas que pour un programme !


De là à voter pour quelqu'un qui n'en a pas, il y a quand même un gros pas...


 


 



Louise Michel 22/07/2011 11:13


Mais il n'y a pas que de cela que les citoyens se foutent, hélas ! une grosse partie en ce moment qui peut encore s'offrir des vacances, est plus préoccupée par le fait de revenir bien bronzés,
comme chaque année, pour épater les collègues alors que tout s'effondre économiquement autour de nous !

Une rustine vient ENCORE d'être collée pour réparer la Grèce qui ne durera que le temps de l'illusion, qu'encore une fois on aura évité le pire ! un vrai déni de la réalité pour une partie des
citoyens (je ne mets pas tous les citoyens dans le même panier) qui préfèrent s'amuser au lieu de se bouger les neurones ne serait-ce que pour se sentir un peu concernés par la gravité de la
situation ! mais non ! des veaux disait De Gaulle et nous verrons si il avait tord en 2012 aux résultats des votes !!!

Quant à revenir au sujet de votre billet monsieur le philosophe, il n'y a pas que les fonctionnaires qui sont capables de bravoure ! des citoyens ordinaires ont risqué leur vie durant les guerres
nombreuses et variées pour tenter sauver leurs semblables (d'autres ont fait l'inverse, nous n'en parlons pas) et à d'autres occasions en temps de paix : tel autre qui sauve une personne se noyant,
tel autre qui tend ses bras pour empecher qu'un enfant ne se fracasse du 6ème étage.... ! les hommes qui s'engagent militairement savent qu'ils peuvent mourir à la guerre si ils sont appelés ! cela
n'atténue en rien leur héroïsme pour autant mais cela fait partie du contrat, rien d'imprévisible donc ! des tas de gens sans uniformes y ont laissé leur peau sans qu'on leur ai rendu le moindre
hommage, sont-ils moins méritants ? Et puis on la connait la stratégie de Sarkozy, rendre hommages à ces 7 là dans un but purement médiatique mais ceux tombés auparavant, pas un mot !!!!!!!!

Perso défilé ou pas, double nationalité ou pas, ce ne sont pour moi pas des questions qui me préoccupent pour le moment ! La famine sévit en Afrique, ce n'est pas nouveau mais cela se durcit et
n'avez-vous rien à dire sur ce sujet ? pas de billet éclairé faisant part de votre point de vue humaniste sur la réalité dramatique de l'Afrique qui se meurt à petit feu ?

Après la bite de DSK, les couilles des militaires, tous les sujets sont bons pour faire oublier au peuple qu'il l'aura dans le cul bien profond si il ne se réveille pas et confie son destin aux
socialistes en 2012 ! ils veulent à tout prix virer le méchant Sarko et pensent qu'une Aubry sera plus gentillette ! qu'ils se réveillent, qu'ils quittent leur monde de bisounours (pour reprendre
votre expression) et boycottent les gros partis qui n'ont plus rien à leur offrir de socialement viable....

Que la majorité du peuple arrête de s'en foutre de tout et l'on verra peut etre poindre à l'horizon un autre modèle de société plus apte à prendre en considération leurs attentes de partage et de
justice sociale ! c'est de bien cela qu'il s'agit, non ou je me tromperais-je !


Descartes 22/07/2011 14:45



Quant à revenir au sujet de votre billet monsieur le philosophe, il n'y a pas que les fonctionnaires qui sont capables de bravoure ! des citoyens ordinaires ont risqué leur vie durant les
guerres nombreuses et variées pour tenter sauver leurs semblables


C'est vrai. Mais les "citoyens ordinaires" le font volontairement. Ils ont toujours le choix, et se déterminent dans leur âme et conscience. Ce n'est pas le cas des militaires ou des policiers,
qui sont tenus par leur statut d'obéir aux ordres y compris au péril de leur vie pour mettre en oeuvre des décisions prises par d'autres. Cela fait tout de même une différence.


La différence est qu'alors que le "simple citoyen" peut être jugé sur la motivation de son geste, le militaire ou le policier ne sauraient l'être, puisqu'il n'a pas le choix. Le résistant et le
milicien étaient tous deux également courageux, mais nous honorons le premier et honnissons le second. Un soldat est toujours "mort pour la France" et mérite son hommage, quelque soit l'opinion
qu'on puisse avoir sur la guerre qu'il a faite.


des tas de gens sans uniformes y ont laissé leur peau sans qu'on leur ai rendu le moindre hommage, sont-ils moins méritants ?


Certains oui, d'autres non. Le fait de "laisser sa peau" n'est pas raison suffisant pour rendre hommage à quelqu'un. Beaucoup de miliciens et de collabos ont eux aussi "laissé leur peau". Est-ce
une raison pour les considérer "méritants" ?


Les "gens sans uniforme" qui laissent leur peau au service de leur pays méritent l'hommage et en général l'obtiennent.


Et puis on la connait la stratégie de Sarkozy, rendre hommages à ces 7 là dans un but purement médiatique


Je me disais bien que Sarkozy ne devait pas être très loin...


Je ne sais pas qui est ce "on" qui arrive à lire dans les pensées de Sarkozy. Mais ce n'est certainement pas moi. Je ne sais pas (et vous non plus) si Sarkozy rend l'hommage pour des raisons
"purement médiatiques" ou bien s'il le fait parce qu'il est véritablement ému par le sort de ces jeunes gens. Au cas où vous ne l'auriez pas remarqué, Sarkozy est un être humain, capable
d'émotions... Et vous vous trompez pour ce qui concerne "ceux tombés auparavant". A chaque fois, ils ont été reçus avec les honneurs militaires.


La famine sévit en Afrique, ce n'est pas nouveau mais cela se durcit et n'avez-vous rien à dire sur ce sujet ?


Rien. Mon pouvoir d'action en Afrique est proche de zéro. A part crier pour la n-ième fois "c'est un scandaaaaaaale", que voulez-vous que je dise ?


Que la majorité du peuple arrête de s'en foutre de tout et l'on verra peut etre poindre à l'horizon un autre modèle de société plus apte à prendre en considération leurs attentes de partage
et de justice sociale !


Faut pas trop demander. La majorité du peuple "se fout de tout", comme vous dites, parce qu'après s'être faite avoir alternativement par des politiciens de droite et de gauche, elle a compris
qu'il ne servait à rien de s'énerver. Et ils ont parfaitement raison: quand on regarde les options qui sont proposées par les différentes organisatins en 2012 on se demande si l'on ne ferait pas
mieux d'aller cultiver son jardin et de fermer la porte sur l'extérieur.



Marcailloux 22/07/2011 09:19


Bonjour à tous,
Tout d'abord, pour répondre à votre question, sans réponse pour l'instant, de la part de vos lecteursus répond d'évidence par non aux trois premiére, mais là aussi la question implique la réponse
car, hormis un anarchiste d'opérette, qui peut répondre par oui ?
Pour la quatrième question, sans répondre par un oui franc,je vous ferai remarquer , et c'est en tout cas valable pour moi même,l'essentiel de ce que j'ai appris de mes maitres, n'était pas dans
les programmes scolaires.
Et cet essentiel me parait aujourd'hui le plus important dans la construction d'un homme et d'un citoyen. Il d'agit en effet des comportements moraux,physiques et intellectuels qui ont fait ce que
je suis et pour ce qui est de ce que je sais,les livres, expériences(surtout les échecs)ont, conjointement à quelques cours magistraux, largement pourvut à ma condition de producteur.
L'enseignant qui se limite au suivi rigoureux d'un programme se condamne à mon sens à se voir substitué à brève échéance par un outil informatique qui sur les plans quantitatifs et qualitatifs sera
inégalable. A mes yeux, la qualité principale d'un Maitre est de s'adapter à son élève quitte à s'éloigner, autant que faire se peut et se justifie, de la rigidité d'un programme.Si l'on observe
l'exemple de Socrate, Maitre parmi les Maitres, s'est -il soumis à un programme pour transmettre son immense compréhension du monde et des hommes?
Lorsque vous même choisissez un sujet - d'actualité souvent mais pas toujours - suivez vous un programme ou une norme édictée par une autorité? Vos lecteurs seraient -t- aussi sensibles à une série
de sujets prédéterminés par un improbable ministère de la compréhension?.
Ou alors serait ce à cause de l'altération de l'esprit de "sacerdoce" de beaucoup d'enseignants que le respect rigoureux d'un programme s'impose?.
J'ai souvent entendu cette boutade selon laquelle les trois quarts des ingénieurs n'utilisaient dans leur profession qu'un niveau mathématique pas supérieur à la règle de trois, et encore fallait -
il bien la poser.Je ne suis pas loin de penser qu'il y a du vrai la dedans, alors cela relativise un peu les exigences scolaires drastiques en mathématiques.
A plus tard.


Descartes 22/07/2011 13:59



Pour la quatrième question, sans répondre par un oui franc,je vous ferai remarquer , et c'est en tout cas valable pour moi même,l'essentiel de ce que j'ai appris de mes maitres, n'était pas
dans les programmes scolaires.


Etrange... vous trouvez inconcevable qu'un inspecteur des impôts décide souverainement de ce que vous devriez payer, mais vous trouvez normal qu'un professeur, tout seul devant sa classe, décide
souverainement de ce qu'un enfant doit apprendre... étonnant, n'est ce pas ? Si l'on estime que le choix du professeur a moins de portée que celui de l'inspecteur de l'impôt, alors on peut lui
laisser plus de liberté pour décider ce qui se fait et ce qui ne se fait pas. Mais je ne crois pas que ce soit votre position, puisque vous insistez plus bas sur l'importance de "la construction
de l'homme et du citoyen". Et si comme vous le pensez - et je partage ce point de vue - la décision du professeur est capitale, comment concevoir qu'on laisse à un fonctionnaire sans autre
légitimité que sa connaissance disciplinaire et pédagogique le soin de choisir les idées qu'il implante chez nos chères têtes blondes ?


Personnellement, je ne crois pas qu'il faille faire des professeurs une classe de fonctionnaires à part. Ils sont payés par l'Etat, c'est à dire par le peuple. Il est donc légitime qu'ils soient
tenus de suivre les directives et les priorités que celui-ci fixe. Cela ne veut pas dire qu'il n'aient aucune liberté dans l'exercice de leur métier: comme les policiers, les inspecteurs des
impôts et même les militaires, ils doivent avoir une certaine discrétion, notamment dans le choix des moyens pour atteindre les objectifs fixés. Mais la revendication d'une "liberté
d'enseignement" qui permettrait par exemple au professeur-fonctionnaire de démolir le "roman national" ou les choix politiques démocratiquement adoptés me paraît une absurdité.


Et cet essentiel me parait aujourd'hui le plus important dans la construction d'un homme et d'un citoyen. Il d'agit en effet des comportements moraux,physiques et intellectuels qui ont fait
ce que je suis


Ces comportements n'étaient pas dans les programmes, mais faisaient partie des directives et instructions que l'institution éducative donnait, explicite ou implicitement, aux enseignants. Que
ceux-ci, jusqu'à la fin des années 1960, se faisaient un devoir d'appliquer. Et dont le non-respect était sanctionné par les autorités sans états-d'âme, quelques fussent les protestations des
"gauchistes".


Lorsque vous même choisissez un sujet - d'actualité souvent mais pas toujours - suivez vous un programme ou une norme édictée par une autorité?


Non. Mais moi, je ne suis pas payé pour écrire mes chroniques. Si je l'étais, je serais soumis à la "norme" édictée par celui qui allonge l'artiche...


Ou alors serait ce à cause de l'altération de l'esprit de "sacerdoce" de beaucoup d'enseignants que le respect rigoureux d'un programme s'impose?.


Le "sacerdoce" n'est pas incompatible, tout au contraire, avec le respect strict d'une règle. Mais je crois que vous m'avez mal compris. Les obligations réglementaires d'un professeur ne se
limitent pas au respect "rigoureux" d'un programme. Le programme est un socle minimum de connaissances que les élèves doivent acquérir. A ce titre, il doit être respecté. Mais aucune règle
n'empêche le professeur d'aller au délà du programme. Et puis, il y a aussi un certain nombre d'autres principes, explicites ou implicites, que le professeur-fonctionnaire est supposé respecter.


J'ai souvent entendu cette boutade selon laquelle les trois quarts des ingénieurs n'utilisaient dans leur profession qu'un niveau mathématique pas supérieur à la règle de trois, et encore
fallait - il bien la poser.Je ne suis pas loin de penser qu'il y a du vrai la dedans,


Et vous avez raison. C'est vrai. Ce que vous oubliez par contre est que l'apprentissage des "exigences drastiques" du programme permet de développer des mécanismes et des structures de la pensée
qui, elles, sont utilisées par les ingénieurs chaque jour. Ce sont elles, et non les connaissances qui font la différence. Mais sans les connaissances, on ne développe jamais ces structures...


Les connaissances "exigées" dans le système scolaire sont très souvent un prétexte pour développer ces mécanisme mentaux. C'est pourquoi les disciplines sont jusqu'à un certain point
interchangeables: certains systèmes éducatifs donnent à la rhétorique latine et au grecque la place que le système français donne aux mathématiques.


 






argeles39 21/07/2011 09:51


Si la France, petit pays par sa géographie et son nombre d’habitants, reste à ce jour une grande nation respectée dans le monde, reste encore un des pays les plus riches (de mémoire ont est encore
dans les 5 premiers PIB), ce n’est pas un hasard et le défilé du 14 juillet n’y est pas pour rien (la puissance d’un pays, sa cohésion, c’est aussi des symboles et le respect des traditions).
Lorsque j’étais enfant, mon école faisait toujours une délégation les 11 Novembre pour fleurir le monument aux morts de 14-18, je ne sais pas si c’est toujours le cas mais je peux dire que pour
moi, petit réfugié de la guerre d’Espagne, ça a été un des facteurs de mon assimilation.
Mais derrière le débat suscité par Eva Joly, je crois que se pose la question de la construction européenne. Est-ce que la France doit continuer à sacrifier une partie de ce qu’elle est pour se
fondre d’avantage dans le moule européen ? Ou bien doit-elle faire marche arrière et retrouver toute sa souveraineté ?
C’est un vaste débat, je crois que le sommet européen de ce jour nous apportera quelques éclairages.


Descartes 21/07/2011 11:45



Lorsque j’étais enfant, mon école faisait toujours une délégation les 11 Novembre pour fleurir le monument aux morts de 14-18, je ne sais pas si c’est toujours le cas


Je suis prêt à parier que ce n'est plus le cas... et c'est dommage. Une Nation se construit aussi à travers des symboles partagés. Et comme tu le dis si bien, ces symboles jouent un rôle
essentiel lorsqu'il s'agit d'assimiler dans la collectivité nationale ceux qui viennent d'ailleurs. En prenant part à ces cérémonies, on partage un héritage.


Mais derrière le débat suscité par Eva Joly, je crois que se pose la question de la construction européenne.


Je ne le crois pas. En fait, la question posée par l'intervention d'Eva Joly est une question de conception de l'histoire et de la politique. Pendant longtemps, la vision dominante faisait une
large part au tragique: l'histoire était une succession grandiose d'évenements, certains magnifiques, d'autres catastrophiques, que les hommes s'efforçaient tant bien que mal de guider et de
contrôler sans toujours y parvenir. Cette vision "tragique" est aujourd'hui en compétition avec une vision "festive": l'histoire n'est plus sang, de sueur et de larmes, mais se fait dans des
manifestations joyeuses où les enfants des écoles, les jeunes et les retraités défilent dans "le bonheur d'être ensemble". Le défilé militaire du 14 juillet est une survivance de la première
vision, le "défilé citoyen" d'Eva Joly - tout comme le défilé confié à Jean-Paul Goude pour le bicentenaire - sont une expression de la seconde vision.  


La vision "festive" n'apparaît pas par hasard. Elle est le symptome d'une classe moyenne individualiste qui se concentre sur son bien-être et pour qui la "grandeur" n'a plus de sens. L'histoire
"tragique" implique une capacité de sacrifier l'individuel au collectif. La version "festive" reflète le refus de tout sacrifice de ce type.


 



JMP 20/07/2011 18:09


bonjour
d'accord avec vous sur le principe de la reconnaissance des citoyens aux fonctionnaires civils et militaires qui font le travail .Je voudrais simplement faire une remarque par rapport aux cris
d'orfraie de ceux qui on condamné la sortie d'Eva Joly ( déclaration que je désapprouve totalement): ils seraient pour la quasi totalité d'entre eux plus crédibles s'ils n'avaient pas voté la
suppression pure et simple du service militaire ,ce que je considère comme un abandon de l'idée de nation et de citoyenneté


Descartes 20/07/2011 20:10







Inquiet 20/07/2011 14:13


Salut Descartes.

En fait, ton billet pose la question de la représentation et de l'élection des dirigeants. Parce que, j'aurais tendance à penser que ce gouvernement n'est ni légitime, ni majoritaire vu le taux
d'abstention et la non prise en compte du vote blanc. Je ne me base pas sur les chiffres réels (au cas où ils me donneraient tort :D ) mais sur le mécontentement général de droite et de gauche. Le
vote obligatoire (avec prise en compte du vote blanc) serait peut-être une solution.

Quoi qu'il en soit, c'est encore plus choquant de voir de jeunes militaires mourir dans une guerre qu'on pense totalement illégitime.


Descartes 20/07/2011 14:27



En fait, ton billet pose la question de la représentation et de l'élection des dirigeants


Je dirais d'une manière générale qu'il pose la question de la légitimité des dirigeants.


Parce que, j'aurais tendance à penser que ce gouvernement n'est ni légitime, ni majoritaire vu le taux d'abstention et la non prise en compte du vote blanc.


C'est très discutable. D'abord, le fait d'avoir la "majorité" n'est pas le critère exclusif de légitimité. Autrement, il faudrait reconnaître qu'en 1940 c'était Pétain, et non De Gaulle, qui
constituait le "gouvernement légitime", théorie recusée non seulement pour des raisons politiques, mais surtout juridiques (voir à ce propos les écrits de René Cassin).


En dernière instance, ce qui fait la "legitimité" d'un gouvernement, c'est son acceptation comme tel par le peuple. A ma connaissance, les français obéissent aux normes faites par ce gouvernement
sans qu'on ait besoin d'une repression massive pour les y obliger. Ce fait à lui seul lui donne une présomption de légitimité et de representativité.


J'ajoute que si l'abstention a été forte dans les élections locales ces dernières années, ce n'est pas le cas pour l'élection présidentielle. Sarkozy a été élu avec une abstention de 16%. Il est
donc, selon tes propres règles, "légitime".


Je ne me base pas sur les chiffres réels (au cas où ils me donneraient tort :D ) mais sur le mécontentement général de droite et de gauche. Le vote obligatoire (avec prise en compte du vote
blanc) serait peut-être une solution.


Encore une fois, le lien entre participation et légitimité n'est pas automatique. Même si le désintérêt des électeurs pour le processus électoral est préoccupant, cela ne porte pas atteinte pour
le moment à la légitimité des gouvernements.


Quoi qu'il en soit, c'est encore plus choquant de voir de jeunes militaires mourir dans une guerre qu'on pense totalement illégitime.


Certainement. Mais ce n'est pas une raison pour ne pas leur rendre hommage. Lorsqu'on honore la dépouille d'un soldat, on honore sa disponibilité pour sacrifier sa vie à la mission que nous - à
travers nos représentants - lui avons confié. Et cette disponibilité mérite hommage, que la guerre soit juste ou injuste.