"pro rege saepe, pro patria semper"

Le blog de descartes

Le blog de descartes

Blog de débat pour ceux qui sont fatigués du discours politiquement correct et de la bienpensance à gauche

Un blog pour parler politique, économie, société, poésie... bref, tout ce qui doit intéresser le citoyen d'une république.

Vos commentaires sont les bienvenus! Ouvrons le débat...

.

Tous les papiers de ce blog sont de reproduction libre à condition de mentionner l'auteur et la source

Publié le par Descartes

La ratification du "traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance" - mon dieu, pourquoi les eurolâtres ont autant de mal à trouver des jolis titres pour leurs textes - risque d'être le premier grand débat du règne de François III. Certains veulent même y voir une suite du débat national sur le traité constitutionnel européen, et espèrent remettre sur pied le grand rassemblement qui eut pour résultat la défaite du texte devant les électeurs.

 

Seulement, la situation est très différente. En 2005, les lignes étaient claires: d'un côté - éternelle Gironde - les partisans permanents de l'abandon de souveraineté, prêts à transférer à l'Europe-nation qu'ils appellent de leurs voeux la souveraineté incarnée jusqu'aujourd'hui dans les Etats. De l'autre côté, un rassemblement de jacobins allant d'une hostilité ouverte à toute construction européenne à une vision d'une "Europe des nations", chacune restant souveraine et maîtresse chez soi. L'alternative était claire, et le peuple a tranché.

 

Mais quelles sont les alternatives en ce qui concerne le TSCG ? En fait, derrière cette question se trouve une analyse fondamentale, celle des disciplines budgétaires nécessaires au fonctionnement harmonieux d'une monnaie unique. Il faut bien comprendre qu'en créant une monnaie unique, les européens ont créé en fait un compte en banque commun, sur lequel chaque Etat a la possibilité de tirer des chèques a sa convenance. Et quiconque a jamais eu à gérer un tel compte sait par expérience que, sans une discipline stricte imposée aux tireurs, les "passagers clandestins" ne tardent pas à faire leur apparition.

 

Il faut bien comprendre ce mécanisme de "caisse commune". Par quel mécanisme les dépenses de chaque Etat se répercutent-elles sur les autres ? Pour expliquer ce point, imaginons la situation d'un Etat seul, maître de sa monnaie. Lorsque cet Etat emprunte, les prêteurs estiment le risque de prêt en fonction de son économie, puisque c'est celle-ci qui sera appelée le cas échéant, par le biais de l'impôt, à financer le remboursement. Si la Grèce avait du emprunter en Dracmes, l'Italie en lires et la France en Francs, les sonnettes d'alarme se seraient mises à sonner rapidement. On aurait vu les monnaies se dévaluer, et ajuster automatiquement le niveau de vie de chaque pays à la productivité de son économie. On aurait vu les taux d'intérêt monter, et les Etats auraient été dissuadés d'emprunter. L'austérité qui est imposée à ces pays d'un coup se serait imposée naturellement et graduellement. Seulement voilà: puisque ces pays empruntent en euros, les prêteurs savent qu'il existe une forme de garantie solidaire sur ces dettes. En d'autres termes, que si les choses tournent mal l'ensemble des pays européens se verra obligé de voler au secours du fautif pour lui permettre de rembourser. Conséquence: les prêteurs n'ajustent leurs taux que lorsqu'il est trop tard, avec les résultats désastreux qu'on peut contempler aujourd'hui. Même si personne ne le dit - pour éviter que les allemands se rendent compte qu'ils ont été cocufiés - l'existence même d'une monnaie unique implique un certain degré de mutualisation des dettes. Et l'Allemagne n'a pas fini de payer.

 

Certains proposent même d'aller plus loin dans la mutualisation par le biais "d'eurobonds" ou en permettant à la BCE de financer les états membres qui en auraient besoin à faible taux d'intérêt. Et la BCE semble suivre cette voie en déclarant qu'elle est prête à acheter la dette des pays concernés. Ces mécanismes rendrait la mutualisation des dettes totale. C'est évident pour les "eurobonds", mais c'est aussi vrai pour le financement gratuit par la banque centrale, qui revient à transférer la dette sur l'ensemble des porteurs de monnaie. Pour financer les états, il faut bien que la BCE sorte de l'argent quelque part. Or, elle ne peut le faire que de deux manières: soit en empruntant elle même sur les marchés (ce qui revient à transformer les dettes nationales en dette européenne); soit en faisant tourner la planche à billets, ce qui revient à prélever sur l'ensemble de l'économie européenne un "impôt inflationnaire". Dans les deux cas, on fait supporter par tous les dépenses de certains. Et pourquoi ces "certains" se gêneraient-ils pour dépenser généreusement, sachant que leurs dettes seront assumées par l'ensemble ?

 

Car c'est là la question fondamentale: quel est le mécanisme de rappel qui empêche les Etats de dépenser sans compter ? Qu'est ce qui retient la main des décideurs à l'heure d'accorder des cadeaux fiscaux et signer des chèques ? Lorsqu'un Etat est pleinement souverain, le mécanisme fondamental de rappel est celui de la responsabilité. Le décideur suprême, qui est le peuple souverain, est aussi le payeur. Et comme c'est lui qui devra demain payer la dette contractée aujourd'hui par son gouvernement, il a tout intérêt à contrôler les comptes. C'est pourquoi, même lorsque l'Etat français pouvait puiser sans limite dans les "avances" de la Banque de France, il le faisait avec une certaine parcimonie. Mais que se passerait-il si un Etat pouvait dépenser sans compter et reporter cette dette sur l'ensemble de l'Union ? On voit bien que dans ce cas le contrôle populaire est inopérant, puisque le peuple a lui-même intérêt à ce que ce comportement de "passager clandestin" se perpétue.

 

Ce problème n'a rien de nouveau. Et c'est parce qu'on en a pleinement conscience que dans les "unions monétaires" que sont les Etats-nations, les collectivités locales sont en pratiquement toujours soumises à un contrôle budgétaire bien plus strict que celui proposé par le TSCG. Dans la plupart des pays, qu'ils soient unitaires comme la France ou fédéraux comme les Etats-Unis, les collectivités locales sont tenues de présenter des budgets en équilibre, et ne peuvent pas financer leur fonctionnement par l'emprunt. Ces règles ont été faites précisément parce qu'autrement les collectivités pourraient dépenser à caisse ouverte et passer ensuite la douloureuse à l'ensemble de la communauté nationale. Quand l'Euro fut créé, ce problème n'a pas été oublié. Les "critères de Maastricht" sur la dette (pas plus de  60% du PIB) et sur le déficit public (moins de 3% du PIB) avaient pour objet de créer une discipline budgétaire. Seulement voilà, les mécanismes mis en oeuvre pour contrôler ces engagement étaient trop faibles, et les intérêts en présence trop gros pour qu'ils puissent fonctionner. Les critères ont été violés par tous - Allemagne et France en tête - dans l'indifférence générale. C'est cette lacune que le TSCG prétend combler aujourd'hui, en imposant une discipline et des contrôles stricts.

 

Personnellement, je pense que le TSCG échouera de la même manière et pour la même raison que le "pacte de stabilité" qui a suivi le traité de Maastricht. Il est très difficile à une structure bureaucratique sans légitimité politique d'imposer des sanctions à un Etat qui, lui, répond devant le peuple. En dernière instance, l'application des règles par les Etats repose et reposera toujours sur l'acceptation par les citoyens, et les citoyens sont avant tout sensibles à la problématique nationale. Mais la question n'est pas là. Au delà de la pertinence et de la faisabilité des mesures qui sont contenues dans le traité, il faut trancher une question fondamentale: est on prêt, oui ou non, à accepter qu'une discipline budgétaire est indispensable au fonctionnement de la monnaie unique ? Est on prêt, oui ou non, à mettre en place une telle discipline ?

 

C'est là toute la différence avec le débat sur le TCE. Lorsqu'on parle du TSCG, il n'y a pas deux camps, mais trois. Il y a les europhiles, qui sont près à tous les sacrifices pour construire l'Europe de leurs rêves, il y a les eurosceptiques, qui de toute manière sont contre l'euro et donc contre tous les mécanismes conçus pour le sauver. Et puis, il y a le camp de ceux qui veulent le beurre et l'argent du beurre: ceux qui veulent garder l'Euro mais ne sont pas prêts à accepter les disciplines indispensables à son fonctionnement. Ceux qui veulent que la BCE finance les Etats gratuitement, mais n'expliquent pas quelle est lle mécanisme qui empêchera les abus. Vous avez certainement reconnu dans ces positions nos amis de la "gauche radicale" (2).

 

Et comme souvent dans cette mouvance, on convoque la manifestation d'abord, et on réflechit ensuite. Pour construire un grand rassemblement contre le TSCG, encore faut-il avoir une idée claire de ce qu'on propose à la place, et que cette proposition soit crédible. Pour le TCE, l'alternative était claire: Europe des nations contre Europe fédérale. Mais pour le TSCG, quelle est l'alternative qu'on nous propose ? L'indiscipline budgétaire, ou chacun prend dans la caisse ce dont il a envie et à la fin tout le monde paye (1) ? Quel est le mécanisme de régulation budgétaire que nous proposent ceux des adversaires du TSCG qui sont en même temps partisans de garder la monnaie unique ?

 

 

Descartes

 

 

(1) J'imagine la réponse. On va me sortir les grands mots, la "démocratie", le "contrôle populaire", comme si par on ne sait quelle magie les citoyens allaient oublier leurs intérêts bassement matériels et se mettre noblement à défendre le bien et le beau. Un retour à l'idéalisme, en somme. Quant à moi, indécrottable cynique, je ne peux qu'être d'accord avec la phrase attribuée au général Peron: "l'homme est naturellement bon, mais il est encore meilleur quand on le surveille". La question demeure: si l'on ne veut pas de discipline budgétaire, comment régule-t-on le système ?  Ou alors, il faut dire clairement qu'on veut la fin de l'euro.

 

(2) Et notamment au PCF, dont la défense de l'euro aujourd'hui est au moins aussi acharnée que ne l'était son rejet il y a vingt ans. Lire sous la plume d'un dirigeant du Parti que la fin de la zone euro serait une "catastrophe" ne manque pas de sel. Mais le PCF est parfaitement cohérent: dans les années 1990, l'euro était une catastrophe pour son électorat, qui était alors populaire. En 2012, la chute de l'euro serait aussi une catastrophe pour son électorat, constitué pour l'essentiel par les classes moyennes. Les girouettes ne font que suivre le vent...

Commenter cet article

Trubli 13/09/2012 09:18


La difficulté de la lecture de la crise actuelle réside dans le it qu’il y a plusieurs crises.


Il y a eu un détonateur qui fut la crise immobilière, puis il y eu une crise financière puis une crise de la dette qui est en réalité une
crise de l'euro et celle-là est une crise latente qui couvait et qui se serait révélée tôt ou tard.


Même si on réglait les problèmes de la finance (retour à la situation d'avant 85) il y aurait toujours ce problème d'une monnaie commune pour
des pays aux niveaux de productivité très différents et en plus au différentiel d'inflation prononcé. 


Il est difficile d’harmoniser les taux d’inflation en raison des différences de structures nationales. On ne change pas l’histoire en un coup
de baguette sauf à imposer du jour au lendemain aux français le code du travail allemand, le code du commerce allemande, etc.


Et de plus il peut être dangereux et contreproductif d’imposer une même limite de taux d’inflation à tous. En effet les économies en
rattrapage ont toujours une inflation plus forte. C’est l’effet Balassa Samuelson.


Sinon hier la cour constitutionnelle de Karlsruhe a valide le MES. Je pense que les Allemands ont fini de manger leur pain blanc car le MES
n’est rien d’autre qu’une mutualisation des dettes. Il devient donc pour eux impensable que la Grèce fasse défaut. Et si jamais cela doit arriver comme je le pense et bien les Allemands en
paieront les pots cassés.


La victoire des libéraux et des travaillistes au Pays-Bas prouve aussi que l’UE a de beaux jours devant lui.


La commission européenne a dévoilé son projet d’union bancaire : avec les banques qui passeront directement sous le contrôle de la BCE.
Ceci permettra à terme de couper le lien avec leurs états nationaux.


Bref le chemin vers la fédéralisation se poursuit à toute vitesse. Il ne manque qu’une chose, l’union de transfert, qui verrait le budget de
l’UE augmenter drastiquement. 

buridan 12/09/2012 21:58


La crise de la Grèce est due à deux phénomènes : 1. LEtat grec a trop emprunté. 2. Il y a eu trop d'inflation en Grèce.


Non. Vous confondez les symptômes avec les causes. La crise de la Grèce est due au fait que la productivité de l'économie grecque est inférieure à la production de l'économie allemande. Dans une
logique de marché ouvert, cela provoque naturellement un déficit commercial chez les grecs et un excédent commercial chez les allemands. Et donc une sortie de monnaie de la Grèce et une rentrée
de monnaie en Allemagne. Si on laisse ce mécanisme fonctionner, la Grèce finirait par se vider de toute monnaie, puisque les sorties dépassent les entrées... Et pour récupèrer de la monnaie, la
Grèce n'a dans ce schéma qu'un seul moyen: emprunter sans chance de pouvoir rembourser un jour, puisque l'argent emprunté repart vers l'Allemagne pour payer les importations. L'emprunt excessif
n'est donc pas la cause de la crise, mais sa conséquence.


Avant l'Euro, la dévaluation périodique permettait de rétablir l'équilibre: en dévaluant, on réajustait les prix des produits importés et on rendait donc les produits nationaux compétitifs, ce
qui rétablissait l'équilibre des échanges. Sans dévaluation, le système ne peut fonctionner que si l'on ajuste les prix par un autre moyen, par exemple, par la déflation salariale. Le problème,
c'est que la déflation salariale est impossible parce que les gens sont très attachés au salaire nominal...


Je dois dire que je ne vous comprends pas du tout. Si l'on vous suit, tout pays à productivité faible aurait un déficit structurel de la balance des paiements qu'il ne pourrait compenser que par
l'emprunt. Dans la zone euro, l'Estonie serait donc condamnée à emprunter sans cesse...   J'ai peu de connaissances en théorie économique, mais je ne vois pas du tout sur quelle
école économique vous vous appuyez. Je ne vois pas du tout le raisonnement non plus. Si, après une dévaluation de la drachme, le prix grec et le prix allemand sont tous deux au niveau 100 (le
travailleur grec, moins productif que le travailleur allemand est aussi moins payé que lui, de sorte que produire un bien X coûte le même prix dans les deux pays). on ne voit pas pourquoi la
Grèce va connaître un déficit de la balance des paiements. 

Descartes 12/09/2012 22:56



Je dois dire que je ne vous comprends pas du tout. Si l'on vous suit, tout pays à productivité faible aurait un déficit structurel de la balance des paiements qu'il ne pourrait compenser que
par l'emprunt.


Pas du tout. Ce que je dis, c'est que tout pays à productivité faible doit avoir... une monnaie faible et des salaires faibles. Suffisamment faible pour retablir l'équilibre de la balance des
échanges courants. Le problème se pose quand un pays à faible productivité veut avoir la même monnaie qu'un pays à forte productivité: comme l'Allemagne et la Grèce actuellement, ou
comme l'Argentine et les USA avant 2001.


Dans la zone euro, l'Estonie serait donc condamnée à emprunter sans cesse...


Ou bien de dévaluer jusqu'à ce que sa balance soit équilibrée (ou bien pratiquer la déflation des salaires et des prix, ce qui revient au même). C'est un raisonnement très simple, finalement: si
votre balance des échanges est déséquilibrée, cela implique qu'il sort chaque année plus d'argent qu'il ne rentre. Si le pays n'emprunte pas, alors à un moment donné il se videra de sa monnaie...


Je ne vois pas du tout le raisonnement non plus. Si, après une dévaluation de la drachme, le prix grec et le prix allemand sont tous deux au niveau 100 (le travailleur grec, moins productif
que le travailleur allemand est aussi moins payé que lui, de sorte que produire un bien X coûte le même prix dans les deux pays). on ne voit pas pourquoi la Grèce va connaître un déficit de
la balance des paiements. 


C'est précisement ce que je vous dis... si on pouvait dévaluer la drachme, il arriverait un moment ou la balance des échanges courants deviendrait équilibrée (je pense que c'est la balance des
échanges, et non celle des paiements dont vous voulez parler). Mais justement, il est impossible de dévaluer la drachme. C'est pourquoi le gouvernement grec essaye de faire une opération qui est
quasi équivalente à la dévaluation: la déflation des prix et des salaires. Le problème, c'est qu'il est très difficile politiquement de faire accepter une diminution du salaire réel... et que les
prix ont une énorme rigidité à la baisse!






buridan 12/09/2012 12:34


La crise de la Grèce est due à deux phénomènes : 1. LEtat grec a trop emprunté. 2. Il y a eu trop d'inflation en Grèce.  Les deux phénomènes sont d'ailleurs liés : une des origines de
l'inflation, c'est la dépense de l'argent emprunté. Il me semble que vous m'avez accordé que les créanciers ont appris, que les Grecs ont appris, que l'Ue a appris, et que le premier
phénomène a peu de chances de se reproduire.  Reste le second phénomène : la culture de l'inflation et de la hausse des revenus nominaux, variable selon les pays. J'ai peine à
croire que les peuples ne peuvent pas apprendre. Il y a d'ailleurs deux moyens de faire baisser le revenu réel sans toucher au revenu nominal : la hausse d'impôts, la baisse de dépenses
publiques. Un gouvernement qui augmente les impôts et baisse les dépenses fait baisser les revenus réels. Hausses d'impôts et baisses de dépenses publiques ne sont pas inconnues en
France...     

Descartes 12/09/2012 19:57



La crise de la Grèce est due à deux phénomènes : 1. LEtat grec a trop emprunté. 2. Il y a eu trop d'inflation en Grèce.


Non. Vous confondez les symptômes avec les causes. La crise de la Grèce est due au fait que la productivité de l'économie grecque est inférieure à la production de l'économie allemande. Dans une
logique de marché ouvert, cela provoque naturellement un déficit commercial chez les grecs et un excédent commercial chez les allemands. Et donc une sortie de monnaie de la Grèce et une rentrée
de monnaie en Allemagne. Si on laisse ce mécanisme fonctionner, la Grèce finirait par se vider de toute monnaie, puisque les sorties dépassent les entrées... Et pour récupèrer de la monnaie, la
Grèce n'a dans ce schéma qu'un seul moyen: emprunter sans chance de pouvoir rembourser un jour, puisque l'argent emprunté repart vers l'Allemagne pour payer les importations. L'emprunt excessif
n'est donc pas la cause de la crise, mais sa conséquence.


Avant l'Euro, la dévaluation périodique permettait de rétablir l'équilibre: en dévaluant, on réajustait les prix des produits importés et on rendait donc les produits nationaux compétitifs, ce
qui rétablissait l'équilibre des échanges. Sans dévaluation, le système ne peut fonctionner que si l'on ajuste les prix par un autre moyen, par exemple, par la déflation salariale. Le problème,
c'est que la déflation salariale est impossible parce que les gens sont très attachés au salaire nominal...


Les deux phénomènes sont d'ailleurs liés : une des origines de l'inflation, c'est la dépense de l'argent emprunté.


Absolument pas. L'inflation n'a rien à voir avec l'emprunt.


Il me semble que vous m'avez accordé que les créanciers ont appris, que les Grecs ont appris, que l'Ue a appris, et que le premier phénomène a peu de chances de se reproduire.


Au contraire: il ne peut que se réproduire. Et d'ailleurs, il se reproduit sous nos yeux: la Grece emprunte aujourd'hui autant qu'elle empruntait hier. Seulement, maintenant elle emprunte auprès
du FMI et du FESF, alors qu'hier elle pouvait emprunter sur les marchés.


Reste le second phénomène : la culture de l'inflation et de la hausse des revenus nominaux, variable selon les pays. J'ai peine à croire que les peuples ne peuvent pas
apprendre.


Changer les habitudes des gens prend généralement des siècles. Les comportements économiques des peuples ont souvent des racines très profondes...


Il y a d'ailleurs deux moyens de faire baisser le revenu réel sans toucher au revenu nominal : la hausse d'impôts, la baisse de dépenses publiques.


Les impôts indirects ne touchent pas le revenu nominal, et c'est pourquoi il est toujours plus facile d'augmenter la TVA que l'impôt sur le revenu. La baisse des dépenses publiques touche le
revenu nominal, parce que la dépense publique se transforme en grande partie en revenu: chaque fois que l'Etat construit une route, cela paye des ouvriers du bâtiment.


 



buridan 11/09/2012 23:33


 Il y a des pays qui ont, pour des raisons culturelles et historiques, des inflations sous-jacentes plus fortes que d'autres. A moins de transformer les grecs, les italiens - et les français
- en allemands ou en finlandais, il va être difficile de tenir l'inflation au niveau allemand. Le seul mécanisme qui permettait naguère de compenser ces différences, c'était la dévaluation.


L'Allemagne n'a pas toujours été un pays d'inflation faible, la France n'a pas toujours été un pays d'inflation et de dévaluation. Dévaluation Poincaré (la guerre), dévaluations 36-38 (suite aux
dévaluations étrangères dues à la crise), dévaluations 45-48 (la guerre), dévaluation 1958, dévaluation 1969 (Mai 68), et dévaluations 81-83, ça n'est pas la culture exclusive de la dévaluation.
Depuis le passage à l'euro, en 13 ans, l'inflation n'a été que de 10% supérieure à l'inflation allemande, je crois. Je ne vois pas pourquoi nos prix seraient condamnés à augmenter plus que les
prix allemands. La crise actuelle est une leçon pour les gouvernements et le peuple. Rejeter l'euro simplement parce que nous aurions une culture irrémédiable de l'inflation, inaccessible à toute
leçon de l'expérience, ça me paraît un peu futile. 

Descartes 12/09/2012 00:09



L'Allemagne n'a pas toujours été un pays d'inflation faible, la France n'a pas toujours été un pays d'inflation et de dévaluation. Dévaluation Poincaré (la guerre), dévaluations 36-38 (suite
aux dévaluations étrangères dues à la crise), dévaluations 45-48 (la guerre), dévaluation 1958, dévaluation 1969 (Mai 68), et dévaluations 81-83, ça n'est pas la culture exclusive de la
dévaluation.


L'Allemagne, sauf période de crise, est traditionnellement un pays de faible inflation au moins depuis Bismarck. La France est un pays d'inflation forte au moins depuis la Révolution. Cela tient
d'une part aux méthodes de négociation collective, d'autre part à la préférence plus grande en France pour les salaires nominaux plutôt que pour les salaires réels. Ce dernier phénomène est
facile à comprendre. Imaginons que je te propose deux possibilités: d'un côté, j'augmente ton salaire de 10% chaque année, mais les prix augmentent eux aussi de 10% sur la même période. D'un
autre côté, tu peux choisir de ne jamais avoir une augmentation de salaire, mais en échange les prix restent constants. Qu'est ce que tu préférerais ?


Il est évident que les deux choix sont équivalents: les deux gardent le pouvoir d'achat du travailleur constant, autrement dit, gardent le salaire reel constant. Mais la première
solution augmente le salaire nominal,  et pas la seconde. Et bien, si tu donnes le choix aux travailleurs de différents pays, tous ne choisiront pas la même solution. Dans
les pays du sud de l'Europe on se fixe sur le salaire nominal, qui donne une illusion de richesse. Au nord de l'Europe, on est moins sensible à cette illusion.


Tant que chaque pays a sa propre monnaie, le fait de choisir le salaire nominal plutôt que le réel n'est pas trop problématique. Si l'Allemagne garde ses prix constants et la France augmente
chaque année prix et salaires nominaux de 10%, il suffit de dévaluer le franc par rapport au mark de 10% chaque année pour rattrapper la baisse de compétitivité. Mais lorsqu'on perd la
possibilité de dévaluer, un choix différent se traduit par une perte de compétitivité du pays qui a la plus forte inflation...


Depuis le passage à l'euro, en 13 ans, l'inflation n'a été que de 10% supérieure à l'inflation allemande, je crois.


En d'autres termes, les produits français qui il y a 13 ans étaient au même prix que les produits allemands sont aujourd'hui 10% plus chers. Si l'on te propose deux produits identiques, l'un 10%
moins cher que l'autre, lequel choisiras tu ?


Je ne vois pas pourquoi nos prix seraient condamnés à augmenter plus que les prix allemands.


Pour la raison que je t'ai expliqué plus haut. Il est très difficile, dans la négociation sociale en France, d'obtenir une discussion qui porte sur le salaire réel, et non sur le salaire nominal.
Et on a le même problème pour le débat sur les prix: ainsi par exemple, on continue à donner des aides à l'accession à la propriété qui n'ont pour effet que de faire monter les prix de
l'immobilier.


Rejeter l'euro simplement parce que nous aurions une culture irrémédiable de l'inflation, inaccessible à toute leçon de l'expérience, ça me paraît un peu futile. 


Les faits sont têtus. Les français n'ont jamais accepté une réduction des salaires nominaux, ce qui est routine dans d'autres pays. Une anecdote personnelle: lorsque j'étais en Angleterre, je me
souviens que quand l'économie est tombée en récession, le patron convoquait mes collègues pour leur dire "vous savez, j'ai décidé de réduire votre salaire de 10%. Si vous n'êtes pas content, vous
pouvez toujours partir à la fin de la semaine". C'était comme ça. Tu imagines ça en France ? Non, bien sur: en France, lorsqu'on veut réduire les salaires réels, on réduit les augmentations et on
compte sur l'inflation pour faire le travail de réduction. Parce que les gens sont prêts à accepter une réduction des salaires réels, mais jamais des salaires nominaux.


 


 


 



buridan 10/09/2012 21:51


Est-ce que le fait que actuellement la Grèce ne peut pas emprunter sur les marchés et que l'Espagne et l'Italie doivent emprunter à des taux pharamineux ne montre pas que ce que vous décrivez,
c'est devenu du passé ? Les marchés, maintenant, savent qu'il y a risque de n'être jamais remboursé. L'Europe n'est pas condamnée à prêter à la Grèce ou à l'Espagne. Elle peut laisser tomber
l'une ou l'autre. D'où les taux considérables exigés par les marchés. Si bien qu'il me semble que la crise actuelle a été une maladie infantile de la zone euro. Des Etats ont été
irresponsables, et des marchés ont été aveugles. Mais les uns et les autres sont instruits maintenant. Les Etats savent que s'ils s'endettent trop, les marchés douteront de la volonté de
l'Ue de les sauver plutôt que de les laisser faire défaut et ne pas rembourser les emprunts faits aux marchés, et savent donc que, s'ils s'endettent trop, les marchés se mettront à
prêter à des taux meurtriers. Bref, cette crise aura appris à tous qu'il ne faut pas avoir plus d'inflation que l'Allemagne (puisque on ne peut pas dévaluer), et qu'il ne faut pas trop
s'endetter.  Bref, les deux problèmes créés par le passage à l'euro ne me semblent pas devoir se reproduire. Seul l'avantage restera.   Pour le dire autrement : Quand cette
crise sera résorbée, si la Grèce recommence, très tôt les marchés se mettront à lui prêter à des taux assez dissuasifs, et très tôt l'Ue avertira et sanctionnera la Grèce. Et ce sera efficace. Et
si ça n'est pas efficace, eh bien l'Ue laissera la Grèce faire défaut et ruiner ceux qui lui ont prêté de l'argent.   


 

Descartes 11/09/2012 20:48



Est-ce que le fait que actuellement la Grèce ne peut pas emprunter sur les marchés et que l'Espagne et l'Italie doivent emprunter à des taux pharamineux ne montre pas que ce que vous
décrivez, c'est devenu du passé ?


Bien entendu. Mais les marchés se sont réveillé trop tard, et du coup la réaction est trop brutale. Il y a dix ans, la Grèce aurait pu récupérer le coup en réduisant la dépense publique de 10%.
Mais en dix ans, on a accumulé la dette et aujourd'hui il faudrait une austérité si drastique qu'elle est infaisable.


L'Europe n'est pas condamnée à prêter à la Grèce ou à l'Espagne. Elle peut laisser tomber l'une ou l'autre.


Elle le peut... Mais pour l'Europe laisser tomber la Grèce, ce serait comme pour l'Etat français laisser tomber la Corse ou la Bretagne si celles-ci étaient en difficulté. L'unité nationale ne
résistérait pas. C'est d'ailleurs le dilemme des eurolâtres allemands: ils ont le choix entre payer ou prendre le risque de détricoter la construction européenne. Toute la fiction de "l'Europe"
repose sur la croyance en une solidarité pan-européenne. Si à la première alerte c'est le sauve qui peut, il sera difficile de maintenir cette fiction.


Des Etats ont été irresponsables, et des marchés ont été aveugles. Mais les uns et les autres sont instruits maintenant.


Certes. Mais l'instruction ne suffit pas. La crise n'a pas été provoquée par l'aveuglement des uns et l'irresponsabilité des autres. La crise a pour cause une faille structurelle de l'Euro, celle
qui est illustrée par le paradoxe du joueur de billes: si un enfant dans la cour de récréation a une probabilité plus grande que tous les autres de gagner aux billes, au bout d'un temps plus ou
moins long il aura dans sa poche toutes les billes de la cour. Et s'il n'y a pas un mécanisme alimentant en billes les autres enfants, le jeu s'arrête. L'euro a précisement ce problème: les
économies les plus compétitives "pompent" la monnaie des économies les moins compétitives. Et sans un mécanisme de transfert permanent qui enlève l'argent aux plus compétitifs et en distribue à
ceux qui le sont moins, le jeu finit par s'arrêter.


L'aveuglement des marchés et l'irresponsabilité des gouvernements n'a pas provoqué la crise. Ils n'ont fait que l'aggraver. Et c'est pourquoi la prise de conscience ne change pas véritablement le
problème.


Bref, cette crise aura appris à tous qu'il ne faut pas avoir plus d'inflation que l'Allemagne (puisque on ne peut pas dévaluer), et qu'il ne faut pas trop s'endetter.


Oui. Sauf que l'on ne sait toujours pas comment éviter l'un et l'autre. C'est très joli de dire "il ne faut pas". Mais comment on fait ? Il y a des pays qui ont, pour des raisons culturelles et
historiques, des inflations sous-jacentes plus fortes que d'autres. A moins de transformer les grecs, les italiens - et les français - en allemands ou en finlandais, il va être difficile de tenir
l'inflation au niveau allemand. Le seul mécanisme qui permettait naguère de compenser ces différences, c'était la dévaluation.


Bref, les deux problèmes créés par le passage à l'euro ne me semblent pas devoir se reproduire.


Bien sur que si, puisque la cause du problème est toujours là. Vous remarquerez que, petit à petit, des pays considérés traditionnellement "vertueux" (la Slovénie, la Hollande...) commencent à
avoir des problèmes. Un modèle fondé sur une compétition permanente ne peut fonctionner que si l'on sait prendre en charge ceux qui perdent. Autrement, il y aura toujours la moitié de l'Europe
qui sera en crise pendant que l'autre moitié lui donne des conseils. Et cela même si les marchés sont sages et les hommes politiques responsables.


Pour le dire autrement : Quand cette crise sera résorbée, si la Grèce recommence, très tôt les marchés se mettront à lui prêter à des taux assez dissuasifs, et très tôt l'Ue avertira et
sanctionnera la Grèce. Et ce sera efficace.


Pas vraiment. Ce n'est pas parce que les gouvernements sont "sanctionnés" qu'ils arrivent à obtenir des résultats. Cela fait des années que le gouvernement grec signe tout ce qu'on veut et passe
des paquets de mesures d'austérité. Et on n'a pas l'impression que cela ait résolu les problèmes...


Et si ça n'est pas efficace, eh bien l'Ue laissera la Grèce faire défaut et ruiner ceux qui lui ont prêté de l'argent.  


Cela me rappelle cette plaisanterie qui disait que les chemins de fer belges, ayant constaté que dans les accidents le wagon le plus endommagé était le wagon de tête, avaient décidé la
suppression du wagon de tête dans tous les trains. Sauf que dans le cas présent, c'est le wagon de queue qui est visé. Si la logique de l'euro oblige à chaque crise à laisser tomber le wagon de
queue, l'Allemagne se retrouvera assez vite toute seule...


 



Alain Briens 10/09/2012 15:56


François IV cher Descartes, François IV ! Je ne sais pas quel François vous oubliez, je n'ose penser qu'il s'agisse du flamboyant vainqueur de Marignan (et piteux vaincu de Pavie), ni de François
III, l'homme qui prétendit sans rire rompre avec le capitalisme avant d'installer M. Tapie dans son ministère...il doit donc s'agir de François II qui, dans son souci de ne pas être un
hypermonarque comme son grand-père, délégua la gestion du pays à sa très italienne maman ainsi qu'à la famille lorraine des Guise, comme quoi l'abandon de souveraineté ne date pas des
Eurôlatres...vous serez toutefois pardonné, le règne de François II n'ayant eu d'autre mérite que celui d'être beaucoup plus court que celui de François IV qui s'annonce.

Descartes 10/09/2012 21:01



il doit donc s'agir de François II qui, dans son souci de ne pas être un hypermonarque comme son grand-père, délégua la gestion du pays à sa très italienne maman ainsi qu'à la famille
lorraine des Guise,


Tout à fait. J'avoue à ma grande honte avoir oublié ce fils de Cathérine de Médicis. Je ne peux invoquer qu'une seule circonstance atténuante: il régna moins d'un an et demi, avant de mourir à
l'âge de 16 ans. Et vous avez raison de souligner que son règne fut ponctué par des abandons de souveraineté: le Piémont, la Savoie, la Toscane, la Corse... sans compter l'Ecosse, qui lui
revenait par son épouse Marie Stuart... Rien à faire, François premier fut un bon roi, mais ses "remakes" furent, comme souvent, un désastre...


 



Marencau 09/09/2012 17:56


Bien vu cette mise au point.


 


Eh oui, monnaie unique implique discipline fiscale et transferts budgétaires des pays excédentaires... Il me semble d'ailleurs que la cour constitutionnelle de Karlsruhe va se prononcer bientôt
sur le sujet ? Visiblement il existe un vif débat en Allemagne sur cette question de transferts dont on n'entend par vraiment parler en France. Peut-être parce qu'on pense encore que les
Allemands sont prêts à se sacrifier pour la cause Européenne ?


 


Pour ma part, comme Gugus69 et toi, si je dois choisir entre les "trois camps", je choisis le second en assumant pleinement les implications et ce que ça signifie.


 


Mais pour certains c'est dur à assumer... en particulier ceux qui ont bien profité de taper gratuitement sur le FN en disant qu'il faisait jour si Le Pen disait qu'il faisait nuit (pratique quand
on a rien à dire), et le piège s'est fabriqué tout seul... impossible de proposer une analyse critique et crédible du traité lorsqu'on a attaqué des NDA ou des Le Pen à coups de "non mais vous
vous rendez compte ? Ils veulent sortir de l'euro !" - comprendre "c'est soit des imbéciles, soit des démagos, soit des nazis".


 


De toute manière, soyons honnêtes: il n'y aura probablement pas de référendum sur ce traité... on va l'encaisser bien sagement. Et puis on va serrer la vis, la demande va chuter encore plus,
alors on privatisera, les carnets de commande se videront, etc, etc. jusqu'à quand ? Faut-il attendre que tout le monde n'ait plus rien à perdre pour changer d'orientation ? Je ne l'espère
franchement pas...


 


Parce qu'en attendant, on (républicains des deux bords) est quelques uns à s'échanger des messages sur des blogs par ci par là... mais en poids électoral, que représentons-nous ? Pas grand
chose... alors c'est la même question qui se pose encore et toujours : que peut-on faire ? On attend que ça aille de pire en pire pendant que la majorité continue d'élire des dirigeants qui
s'accrochent à la seule chose qu'ils conçoivent, l'UE libérale ? Perspective déprimante s'il en est. On peut agoniser encore bien longtemps comme cela.

Descartes 10/09/2012 22:09



Visiblement il existe un vif débat en Allemagne sur cette question de transferts dont on n'entend par vraiment parler en France.


Peut-être parce que nous avons encore l'illusion que "l'Allemagne payera" pour nous...


Peut-être parce qu'on pense encore que les Allemands sont prêts à se sacrifier pour la cause Européenne ?


Comme je l'ai dit souvent, l'envie de croire est la force la plus puissante qu'on connaisse...


Parce qu'en attendant, on (républicains des deux bords) est quelques uns à s'échanger des messages sur des blogs par ci par là... mais en poids électoral, que représentons-nous ? Pas grand
chose... alors c'est la même question qui se pose encore et toujours : que peut-on faire ?


Penser et transmettre. Préserver la graine pour le jour où il sera possible de la semer avec une bonne chance de récolte. Oui, je sais, c'est frustrant. Oui, on a l'impression que s'échanger des
messages, cela ne sert à rien. Que si l'on ne monte pas sur les barricades, on est inutile. Et bien non. Penser, éduquer, transmettre c'est aussi agir.


 



Gugus69 09/09/2012 10:33


Pour moi, c'est simple : je suis contre le traité, parce que je suis contre l'euro et pour le retour à la monnaie nationale ; contre l'intégration européenne et pour le retour à l'État-nation
souverain. Je suis pour que les élus du peuple soient seuls comptables de nos finances et de la conduite de notre économie, dont une grande part, y compris productive, devrait être sous contrôle
public.


Je suis pour la République sociale, une, indivisible et souveraine.


Et puis un peu plus loin, je suis pour le socialisme.


Là, normalement, à moyen terme, je dirais que je suis dans le camp qui va l'avoir dans le baigneur…

Descartes 09/09/2012 11:57



Pour moi, c'est simple : je suis contre le traité, parce que je suis contre l'euro et pour le retour à la monnaie nationale ; contre l'intégration européenne et pour le retour à l'État-nation
souverain.


Comme vous l'avez certainement compris, je partage l'essentiel de votre position. Le problème, c'est que les républicains comme vous et moi nous sommes en ce moment très minoritaires. Et qu'une
partie des républicains d'hier - et je compte là dedans le PCF - sont tentés, depuis qu'ils ont changé d'électorat, par les sirènes eurolâtres. Mais comme ils n'osent pas sauter le pas et assumer
leur changement, ils restent au milieu du fleuve en défendant deux positions contradictoires: le maintien de l'euro et le rejet de toute discipline budgétaire supranationale.