"pro rege saepe, pro patria semper"

Le blog de descartes

Le blog de descartes

Blog de débat pour ceux qui sont fatigués du discours politiquement correct et de la bienpensance à gauche

Un blog pour parler politique, économie, société, poésie... bref, tout ce qui doit intéresser le citoyen d'une république.

Vos commentaires sont les bienvenus! Ouvrons le débat...

.

Tous les papiers de ce blog sont de reproduction libre à condition de mentionner l'auteur et la source

Publié le par Descartes

Voici la composition des organes de direction du PCF, telles que publiés aujourd'hui sur le site de ce parti (page consultable ici). J'ai bien entendu gardé strictement la mise en page de l'original:

 

Le Conseil executif national élu

 

Bessac Patrice
Brynhole Marc
Chabalier Jacques
Corbeaux Eric
Dartigolles Olivier
Dharreville Pierre
Dimicoli Yves
Frostin Jean Louis
Garnier Gilles
Genevée Frédérick
Gibelin Jean Luc
Injey Bob
Le Hyaric Patrick
Negre Jean-Charles
Parny Francis
Rondepierre Denis
Savoldelli Pascal

Assassi Eliane
Bardot Caroline
Benoist Lydie
Cohen Laurence
De Almeida Isabelle
Faucillon Elsa
Haloui Fabienne
Le Bail Danielle
Lecroq Emilie
Lorand Isabelle
Mazet Annie
Mendelsohn Christine
Roussillon Marine
Samarbakhsh Lydia
Sandoval Véronique
Simonnet Nathalie
Vieu Marie Pierre

 

Les membres de la coordination nationale

 

Bessac Patrice

Chabalier Jacques

Dartigolles Olivier

Injey Bob

Negre Jean-Charles

Assassi Eliane

Benoist Lydie

De Almeida Isabelle

Samarbakhsh Lydia

Vieu Marie Pierre

 

Vous n'avez rien remarqué ? Allons, lisez avec attention... oui, vous l'avez bien vu: les deux listes ne sont pas triées par ordre alphabétique, comme on le fait habituellement, mais par sexe ! Dans le premier cas, on a mis dans la colonne de gauche les êtres humains porteurs de couilles - enfin, on suppose - et dans la colonne de gauche les êtres humains doués de vagin. Dans la deuxième liste, les cinq noms des couillus - là encore, c'est une supposition - précèdent les cinq amazones (1). 

Difficile de trouver une meilleure illustration des ravages que les soi-disant "féministes" sont en train de faire dans le Parti qui autrefois était celui de la classe ouvrière. Difficile de mieux illustrer aussi combien le pseudo-féminisme de ces croisées, loin d'être une vision égalitaire et universaliste, est au contraire une idéologie revancharde et clivante. Il ne s'agit pas pour cette engeance de faire coexister harmonieusement des femmes et des hommes égaux dans des instances de direction où ce qui compte est le travail, la compétence, l'intelligence et le dévouement de chacun. Il s'agit au contraire de marquer à chaque opportunité que femmes communistes et hommes communistes sont d'irréductibles adversaires, représentant chacun les intérêts de son sexe. Pourquoi sinon marquer d'une manière aussi nette, aussi visible le fait que les membres de la coordination nationale et du comité exécutif national ne se mélangent pas dans l'ordre alphabétique mais au contraire se classent par "communauté" ?

 

On peut suggérer aux auteurs de cette monstrosité plusieurs variantes. Pourquoi pas de classer les membres des instances en fonction de leurs préférences sexuelles ? Ou de leurs "identités de genre", puisqu'on y est ? Pourquoi ne pas faire plusieurs colonnes en fonction de la couleur de la peau ? Après tout, n'a-t-on pas le droit de voir la "diversité" à l'oeuvre au même titre que la parité ?

 

Il en va du sexe comme de la religion. La société est devenu laïque du moment où la religion d'une personne est devenue une question privée sans influence sur son statut ou sur les opportunités qui s'ouvrent à elle. En d'autres termes, la laïcité c'est l'indifférence aux religions. Et bien, on pourra dire que le féminisme - le vrai - aura atteint son but lorsque la société sera indifférente au sexe de chaque citoyen à l'heure de le payer, de le choisir pour un emploi ou de lui confier une responsabilité. Qu'un parti qui dénonce à chaque pas le sexisme prenne l'initiative de lister ses dirigeants en les regroupant par sexe n'est pas la moindre de ses paradoxes...

 

Si Lénine voyait ça...

 

Descartes

 

PS: en lisant le rapport de Pierre Laurent qui présente les candidats au CEN je tombe sur ce paragraphe absolument délicieux (le document complet peut être consulté ici):

 

La Liste des membres du CEN que je vous propose est la suivante :
17 femmes
dont 10 qui en étaient déjà membres :
(...)
et 7 nouvelles arrivées :
• Caroline Bardot – Inspectrice du Travail, Hauts de Seine, Conseil régional Ile de France
• Elsa Faucillon – secrétaire fédérale Hauts de Seine
• Emilie Lecrocq – vie du Parti- Seine St Denis
• Marine Roussillon – Responsable du secteur Ecole, Paris, normalienne, enseignante
Lydia Samarbakhsh – travaille avec moi, Paris
• Véronique Sandoval – Secteur Travail
• Nathalie Simonnet – direction Fédération Seine St Denis

 

Vous connaissez donc la profession de Lydia Samarbakhsh... c'est d'ailleurs probablement ce qui lui vaut une promotion très accélérée: elle rentre en un coup au Comité National, au Comité Exécutif National et à la Coordination Nationale. Pour quelqu'un qui dans la direction précédente n'était qu'un obscur membre de l'équipe formation, ce n'est pas mal.  En tout cas, on ne pourra pas reprocher à Pierre Laurent de manquer de franchise...

 

(1) Vous aurez d'ailleurs remarqué que dans les deux cas les hommes sont listés d'abord et les femmes ensuite. Je n'imagine pas que le gang féministe du PCF puisse laisser passer une telle "insulte sexiste faite aux femmes". Je pense que Pierre Laurent ferait bien de s'excuser tout de suite, s'il ne veut pas risquer une émasculation publique.

 

Commenter cet article

CVT 25/02/2013 20:37


Cher Descartes,


pour compléter la discussion, je suppose que vous avez entendu parler de l'ouvrage de Walter Benn Michaels intitulé "la diversité contre l'égalité". Il parle de la situation américaine, mais il y
a aussi des allusions à la situation en France. L'une de ses interrogations-choc, que je cite de mémoire et dont je fais mienne, était la suivante: il est peut-être anormal qu'une infirmière
gagne 20% de moins que son collègue masculin, mais est-il plus normal qu'une infirmière gagne 19 fois moins qu'une avocate?


En donnant cet échelle de valeur, Benn Michaels remet en pleine lumière ce que les "diversitaires" occultent par leur action, volontairement ou non (j'ai tout de même tendance à penser que c'est
volontaire quand même, malgré tous les discours politiquement corrects affirmant le contraire). En gros, et c'est aussi mon opinion, la diversité et l'égalité sont deux combats de nature
différente, l'un est identitaire, tandis que l'autre est une lutte d'intérêts.

Descartes 25/02/2013 22:06



Je ne connais pas Benn Michaels, mais les éléments que vous donnez se retrouvent chez beaucoup de critiques américains du "féminisme de genre", chez Christina Hoff-Sommers, par exemple. Elle
aussi souligne que ce "féminisme de genre" est en fait une idéologie propagée par des femmes privilégiées des classes moyennes intellectuelles supérieures, qui se soucient en réalité fort peu de
la situation des femmes exploitées, et qui utilisent le langage de la "diversité" comme argument pour avancer leur propres carrières...



CVT 25/02/2013 20:15


Cher Descartes,


mon propos était bien évidemment  d'entrer dans la logique des "féministes de genre", à savoir qu'une
"bonne" nouvelle vient de produire, et qu'elle n'a suscité qu'une indifférence souveraine chez nos chères enragées!


Dans l'absolu, je me fiche totalement qu'il y ait plus de femmes PDG que d'hommes: dans ce cas précis, un exploiteur reste un exploiteur, homme ou femme! Je voulais surtout insister sur le fait
que la réalité démentait les discours victimaires des chiennes de gardes, même en adoptant leur logique!


En fait, je ne contredis absolument ce que vous dites sur l'égalité, bien au contraire: pour moi, c'est justement l'égalité doit impliquer le principe de non-discrimination (ou indifférence, mais
je trouve cela moins précis...). Et pour répondre à votre question, je n'ai pas d'avis sur le fait qu'il y ait plus de magistrates que de magistrat, ou qu'il y ait plus de sage-femmes que de
"sage-hommes" (masculinisons aussi les noms ).

Descartes 25/02/2013 22:04



Nous sommes d'accord, bien entendu!



Nicolas 70 25/02/2013 09:32


Cette folie se transmet également à mon organisation syndicale.


En USD, on nous informe que notre fédération pour notre région doit désigner une femme pour le congrès. Pas de candidate dans mon département.


 


J'interviens et fais part de mon opposition quant à ces quotas. Il y a plus de femmes dans mon établissement donc, dorénavant, pour chaque licenciement, je proposerai de licencier une femme pour
tendre vers la parité. Regards remplis de colère et de stupéfaction.


J'étais accompagné d'un camarade au patronyme maghrébin. Je dis alors qu'au niveau quota, on a de l'arabe, mais également du noir en stock, mais pas de femme pour le congrès.


Ce qui me désole le plus, c'est que dans la majorité des personnes présentes, une vingtaine, je ne suis pas sur que tout le monde est compris où se situait le débat et les conséquences.


Là aussi, la culture politique des militants, et là, c'était une réunion de responsables de chaque base syndicale, est d'un niveau insuffisant.

Descartes 25/02/2013 19:50



Ce qui me désole le plus, c'est que dans la majorité des personnes présentes, une vingtaine, je ne suis pas sur que tout le monde est compris où se situait le débat et les conséquences.


C'est bien le problème. Et c'est pourquoi j'ai posé la question lorsqu'un autre commentateur a affirmé que le fait que les directions des entreprises en France soient parmi les plus féminisées du
monde était "évidemment une bonne chose". Il n'y a aucune "évidence" là dedans.


Il est d'ailleurs notable qu'on n'ait jamais évalué les expériences dans ce sens. Ainsi, nous avons depuis maintenant presque dix ans des conseils régionaux paritaires. Est-ce qu'avec cette
parité le fonctionnement de ces instances s'est amélioré ? En fait, non. Il n'a pas empiré non plus, d'ailleurs. Il est le même qu'avant. Les femmes élues sont aussi compétentes, aussi soucieuses
du bien commun que les hommes qui occupaient leurs sièges auparavant. Et à l'opposé, elles sont aussi incompétentes, aussi carriéristes, aussi malhonnêtes qu'eux. Alors ?



BolchoKek 25/02/2013 06:22


Ah bon ? Et pourquoi ? Franchement, je ne vois pas en quoi ce serait "évident"...


 


Mauvais esprit ! Le monde est plus juste parce que désormais l'exploitation est gérée par les femmes.


Bon je retourne lire MGB moi. Je vois pas pourquoi je me prenais la tête avec Marx, Gramsci ou Lukacs qui eux n'ont jamais réalisé qu'il suffit de mettre des quotas de femmes, c'est quand même
plus simple hein.

CVT 25/02/2013 00:45


Ah bon ? Et pourquoi ? Franchement, je ne vois pas en quoi ce
serait "évident"...


Pour moi, c'est la moindre des choses! C'est dans ce sens-là que je disais "bien évidemment"...


 

Descartes 25/02/2013 19:44



Pour moi, c'est la moindre des choses! C'est dans ce sens-là que je disais "bien évidemment"...


Pour moi, ce n'est ni bon ni mauvais. Je pense que cette fixation sur la place de telle ou telle "communauté" est éminement malsaine. L'égalité sort de l'indifférence, et non d'une attention
obsessionnelle pour vérifier que chacun a "sa" place et "son" pourcentage.


D'ailleurs, appliquerais-tu le même raison aux professions où les femmes sont majoritaires ? Estimerais-tu qu'une augmentation du nombre de mâles chez les sages femmes ou chez les magistrats
serait "une bonne chose" ?


 



CVT 24/02/2013 16:15


Bonjour Descartes,


je suis tombé sur cette nouvelle avant hier qui n'a pas fait la une des actualités!


Allélouhia, il semblerait que cette année, la France ait désormais le taux de féminisation des dirigeants d'entreprise le plus élevé d'Occident!


Bien évidemment, c'est une bonne chose dans l'absolu, mais la nouvelle me semble accueillie dans un silence assourdissant! Peut-être parce que c'est une mauvaise nouvelle pour nos chères amies
les "féministes de genres", car je mettrais ma main au feu que ces femmes sont arrivées au sommet SANS DISCRIMINATION POSITIVE (alias la parité)... On a donc bien la preuve que malgré les
obstacles, on arrive plus ou moins à une égalité de chance entre les hommes et les femmes, et qu'en passant, la méritocratie république a quelques beau restes...


D'autant qu'une autre information vient confirmer ce point: à poste égal, l'écart des salaires homme-femme n'est pas de 25% comme la propagande féministe le claironne, mais finalement autour des
10%! En fait, cette distorsion proviendrait plus vraisemblablement des choix de carrières faits par les femmes, qui occupent en général des postes moins risqués, moins exposés , moins stressants
à cause de l'éducation des enfants dont elles font souvent leur priorité. En effet, cela démontre une limite dans le discours sur l'interchangeabilité des hommes et des femmes dans la société:
dans la sphère publique, elle est réelle (le premier paragraphe l'illustre!), mais dans la sphère privée, les rôles sont plus difficilement permutables (les hommes n'accouchent pas,
encore ).


Voilà deux informations qui me font plaisir car elles vont à l'encontre des revendications "féministes sexistes"! Mais on sent bien que celles-ci ne sont qu'un prétexte pour établir une société
matriarcale, en clair remplacer une oppression par une autre, sachant que le patriarcat est déjà en coma dépassé (le meilleur symbole étant l'agonie de l'institution matrimoniale...).

Descartes 25/02/2013 00:42



Il semblerait que cette année, la France ait désormais le taux de féminisation des dirigeants d'entreprise le plus élevé d'Occident!
Bien évidemment, c'est une bonne chose dans l'absolu,


Ah bon ? Et pourquoi ? Franchement, je ne vois pas en quoi ce serait "évident"...


 


 



BJ 20/02/2013 07:53


"Je n'aime pas trop San Antonio, mais je prends ça pour un compliment tout de même !"


Je pensais ça aussi avant de m'y remettre par hasard, 30 ans plus tard. C'est donc en effet un compliment !

BJ 19/02/2013 08:53




Tite : Ceci explique peut-être la disparition de la faucille et du marteau... la peur de l'utilisation que pourraient en faire les féministes.



Descartes : Tu sais, on a l'impression que pour un certain nombre de dirigeants, c'est de toute manière trop tard...



C'est beau comme du San-Antonio (dans lequel je me suis récemment replongé, un régal) !

Descartes 19/02/2013 23:58



Je n'aime pas trop San Antonio, mais je prends ça pour un compliment tout de même !



Tite 18/02/2013 12:01


Ceci explique peut-être la disparition de la faucille et du marteau... la peur de l'utilisation que pourraient en faire les féministes.

Descartes 18/02/2013 12:26



Tu sais, on a l'impression que pour un certain nombre de dirigeants, c'est de toute manière trop tard...



Jonathan 18/02/2013 09:05


A la fois, elles entretiennent un différentialisme en rupture complète avec l'universalisme dont le communisme est un aboutissement ; mais en même temps, elles vont encenser les théories du genre
où il faudrait abolir les pronom "il" et "elle"...


Ce qui est pathétique et, en tant que membre du PCF, et ça me fait honte, c'est qu'on discute de ça comme les curés, il y a des siècles, discutaient du sexe des anges... alors qu'on est en crise
économique depuis 5 ans, qu'il y a 5 millions de chômeurs, que le nombre de pauvres explose, que le gouvernement soi-disant socialiste fait presque regrette l'époque Sarkozy (je ne blague pas :
le budget de l'Etat était plus souple à son époque... et on ne préconisait pas de taxer les allocations familiales. Quant à la baisse de dotation des collectivités publiques, elles n'a jamais
atteint ce que les socialos envisagent)... 


Juste un autre truc qui montre qu'on est complètement à l'ouest (aux sens propre et figuré !) : voilà un mois que Renault et Peugeot sont en grève ; ça me paraît historique et ça l'est, au regard
de la situation de l'industrie en France. Que fait le PCF pour eux ? Il organise un petit défilé de syndicalistes à son congrès et c'est tout. Moi je m'attendais à être harcelé par ma direction
de section pour savoir où j'en étais de la collecte pour la caisse de grève... mais non, ma direction de section militait pour la PMA et le mariage gay (comme le parti tout entier d'ailleurs).


J'espère que les historiens du futur seront impitoyables avec ce PCF des années 2000-2010, et que cela conduira à réhabiliter ce qu'était le PCF soi-disant "stalinien" ; mais en prise avec la
"vraie" société.


 

Descartes 18/02/2013 10:19



Ce qui est pathétique et, en tant que membre du PCF, et ça me fait honte, c'est qu'on discute de ça comme les curés, il y a des siècles, discutaient du sexe des anges...


Oui. Mais il ne faut jamais oublier qu'il y a une raison a ça. Et la raison est que ce "différentialisme" a aide beaucoup de "camarades-femme" totalement incompétentes à faire des brillantes
carrières, avec des postes de permanent et des sièges d'élu à la clé. Des insignes nullités ont ainsi eu qui un poste de sénateur, qui un fauteuil de maire... et je ne donne pas de noms pour pas
faire des jalous-e-s.


Le débat sur le sexe des anges n'était pas aussi innocent qu'on le croit: il ne faisait que réfleter le conflit entre deux secteurs de l'Eglise qui s'affrontaient pour le pouvoir. Et cela n'a
guère changé en deux mille ans. Seuls les thèmes ont changé...


alors qu'on est en crise économique depuis 5 ans, qu'il y a 5 millions de chômeurs, que le nombre de pauvres explose,


Oui. Mais sur ces sujets, le PCF n'a rien à dire. Comme je l'ai dit dans un autre papier, on ne peut aujourd'hui sortir du trou sans réduire, ne serait-ce que temporairement, le niveau de vie des
classes moyennes. Or, le PCF aujourd'hui est devenu le parti des classes moyennes. Pourquoi crois-tu que contrairement aux congrès précédents la commission des mandats ait évité de rendre
publiques les données sociologiques de composition du congrès ? Pour une raison simple: parce que ces chiffres auraient révélé combien le "parti de la classe ouvrière" est un truc du passé.
 


C'est cette inféodation aux classes moyennes qui expliquent les virages successifs du PCF: sa conversion du social au sociétal, du jacobinisme au girondinisme, de l'euroscepticisme à
l'europhilie. Le "parti de la classe ouvrière" pouvait sans complexe défendre une vision protectionniste et le Franc, parce que ses mandants, les ouvriers, avaient beaucoup à gagner et peu à
perdre avec ces politiques. Le PCF "muté", lui, ne peut se permettre de défendre des politiques qui renchériraient les produits importés et les voyages, ce dont les classes moyennes
raffolent... 


que le gouvernement soi-disant socialiste fait presque regrette l'époque Sarkozy


Pourquoi "presque" ? On va s'apercevoir bientôt que mon analyse dans ces colonnes concernant Sarkozy n'était pas aussi absurde que certains me l'ont dit. Sarkozy était un homme de droite, et
accessoirement un intuitif qui "incarnait" mal la fonction présidentielle.  Mais devant la crise de 2008, il s'est très vite méfié des "orthodoxes" qui, de Francfort à Paris en passant par
Bruxelles lui conseillaient de serrer la vis de l'austérité. Son gouvernement a raboté les dépenses de fonctionnement - mal ou bien, c'est une autre affaire - mais pas celles d'investissement.
Pour cela, il n'a pas hésité à laisser filer la dette dans le plus pur style keynésien. Non pas qu'il fut keynésien lui même, mais parce que son intuition politique le portait naturellement vers
des solutions "interventionnistes", et non vers le "laisser faire, laisser passer" libéral.


Sarkozy avait énormément de défauts, mais il avait trois qualités: d'abord, il n'était pas naturellement un libéral; ensuite, il n'était pas un eurolâtre; et por finir, c'était un pragmatique qui
se méfiait des idéologies toutes faites. Il y avait chez cet homme une peu - j'ai dit un peu - de De Gaulle. Et la meilleure preuve en est, comme le remarque très intelligemment Guaino, qu'il a
été detesté dans des termes presque mystiques par ceux-là même qui en d'autres temps ne revaient que de renvoyer mongénéral à Colombey, et qui ont fini par réussir. Ce que les classes bavardantes
n'ont pas pardonné à Sarkozy - c'est encore Guaino qui parle - ce n'est ni son instabilité, ni sa grossièreté: elles s'en sont fort bien accomodées chez quelqu'un comme Tapie, qui fut la
coqueluche des médias. Ce qu'on n'a pas pardonné à Sarkozy, c'est qu'il avait la prétension de gouverner.


Maintenant, comme dans la fable des grenouilles qui voulaient un roi, nous avons Hollande. Qui est gentil, qui ne dira jamais "casse toi pov'con", mais qui en même temps suivra toujours la ligne
de la moindre résistance, celle où l'on se fait un minimum d'ennemis. Sa performance sur le mariage homosexuel - un coup de "mariage pour tous", un coup de "objection de conscience" - était de ce
point de vue révélatrice. C'est Lebrun réincarné, et comme Lebrun on ne peut compter sur lui pour affronter qui que ce soit: ni la Commission, ni l'Allemagne, ni les lobbies divers et variés qui
pulullent. Il n'y a qu'à voir comment on s'apprête à jeter l'argent par les fenêtres - entre 3 et 6 Md€, ce n'est pas rien - pour faire plaisir aux écologistes en fermant Fessenheim.


J'espère que les historiens du futur seront impitoyables avec ce PCF des années 2000-2010, et que cela conduira à réhabiliter ce qu'était le PCF soi-disant "stalinien" ; mais en prise avec la
"vraie" société.


Les historiens ont dejà jugé: On trouve des centaintes, des milliers de livres écrits sur le PCF "soi disant stalinien", on n'en trouve guère - en dehors des hagiographies écrites par des
historiens "amis" sur commande - sur le PCF post-mutation. Lorsque le PCF était en prise avec la société, il intéressait beaucoup de monde, que ce soit por l'applaudir ou pour le vomir. Le PCF
"gauchiste" d'aujourd'hui n'intéresse personne. Pas même les militants, qui votent de moins en moins dans les consultations internes, et même les dirigeants qui "sèchent" sans pitié comités
fédéraux et même le comité national...






Bannette 17/02/2013 11:43


"Idéologie revancharde et clivante" : oui c'est bien le terme approprié.


ça me gène autant que les revanchards dont l'arrière-arrière grand père était un esclave, un colonisé, un noir, et j'en passe.


Comme dit dans le 1er cmmentaire, sous prétexte de féminisme, on arrive de façon absurde à rejoindre le différentialisme de genre dans l'espace public et privé observé dans certaines théocraties
islamiques.


Ce formalisme féministe au ton triomphaliste ne se rend même plus compte de cette absurdité, c'est surtout pour exhiber fièrement ces listes à parité de genre.


Je n'ai jamais été favorable aux amendes en cas de listes électorales non paritaires car ceux qui réussissent à en produire vont surtout chercher des candidatEs "fonds de tiroir" si j'ose dire :
la compagne de machin, la nièce de bidule, la fille de truc-muche, celle qui bosse pour Pierre Laurent, ou des femmes qui ne s'intéressent pas vraiment à la vie politique du parti qui lui a
demandé d'inscrire son nom pour faire une liste paritaire. C'est ainsi qu'on se retrouve avec le FN comme le parti le plus paritaire, à mourir de rire ! Avec ce système, on a des incompétentes
notoires, ou au contraire, des femmes qui sont cumulardes dans un parti : comme elles sont peu nombreuses, elles accumulent les fonctions de secrétaire départementale, conseil national, direction
nationale, cheftaine de commission, et j'en passe. 


Le féminisme ce n'est pas à mon sens la promotion des incompétentes et des carriéristes. Pour un parti comme le PCF de jadis, ce serait l'organisation solidaire de gardes d'enfant pour permettre
la formation rigoureuse de militantes.

Descartes 17/02/2013 13:46



Le féminisme ce n'est pas à mon sens la promotion des incompétentes et des carriéristes.


L'ennui, c'est qu'il s'est formé une sorte de maffia de pseudo-féministes incompétentes et carriéristes qui ont compris tout l'avantage qu'elles peuvent tirer en profitant du climat de
"victimisme" ambiant. Je ne mentionnerait pas de noms pour pas faire de jaloux, mais je connais personnellement un certain nombre d'exemples, dont je vois le nom décorer la liste des membres du
CEN... en d'autres temps, ce genre de personnage "grande gueule, pas de cervelle" n'aurait même pas réussi à se faire élire à un comité fédéral.


 



CVT 16/02/2013 23:21


Re-Bonsoir Descartes,


attention, vous n'avez pas bien retenu la leçon: on ne dit plus sexe, mais GENRE.


Répétez après moi: GENRE, GENRE, GENRE, GENRE.


Mince,  BolchoKek m'a devancé: j'ai toujours cru en effet que les féministes "de genre" et les fondamentalistes
musulmans, loins d'être des ennemis irréductibles, sont en fait parfaitement compatibles, en ce sens que pour ces deux groupes-là, l'Homme (avec un H) n'existe pas et que la femme a une essence
différente de celle l'homme en matière politique. A savoir, les différences sexuelles (de GENRES) doivent forcément
conduire à des représentations sociales et politiques différentes: c'est la négation même des principes républicains et laïques (i.e. intérêts général et séparation des sphères privée et
publique)!


Si le PCF en est rendu là, autant l'euthanisier tout de suite (ah, m.rde! c'est pas encore légal ).

Descartes 16/02/2013 23:49



Si le PCF en est rendu là, autant l'euthanisier tout de suite



Pour ça, on peut faire confiance au Dr Laurent...



BolchoKek 16/02/2013 21:43


Ça me rappelle quand je vais en Iran, à Téhéran il y a des taxis pour homme, pour femme, et des parties distinctes dans les bus. Quoique la république islamique est moins regardante que le PCF en
ce qui concerne le respect de ces règles. Une fois j'étais monté sans faire attention dans la partie réservée aux femmes, ça n'avait provoqué qu'un léger amusement.

Descartes 16/02/2013 21:49



Au PCF, cela t'aurait valu cinquante coups de bâton devant le comité national réuni au grand complet...