"pro rege saepe, pro patria semper"

Le blog de descartes

Le blog de descartes

Blog de débat pour ceux qui sont fatigués du discours politiquement correct et de la bienpensance à gauche

Un blog pour parler politique, économie, société, poésie... bref, tout ce qui doit intéresser le citoyen d'une république.

Vos commentaires sont les bienvenus! Ouvrons le débat...

.

Tous les papiers de ce blog sont de reproduction libre à condition de mentionner l'auteur et la source

Publié le par Descartes

Lontemps, je me suis indigné de bonne heure... (Patrick Besson, paraphrasant Marcel Proust)

 

 

Ecrire cet article ne me fait pas plaisir. J'ai été de ceux qui ont cru, quand Jean-Luc Mélenchon a rompu avec le PS et créé le Parti de Gauche, que quelque chose de nouveau était en train de naître. J'ai cru, comme beaucoup d'autres, que le "parti-creuset" allait être le lieu des débats de fonds qu'aucune autre organisation de gauche ne semblait capable - ou intéressée - à mener.

 

Il n'a pas fallu bien longtemps pour que le PG et son principal dirigeant tournent le dos à toute réflexion de fonds pour reprendre le fonctionnement classique du gauchisme français. Sans méthode de travail, sans véritable élaboration, son discours politique se réduit de plus en plus à une enfilade de formules - "révolution citoyenne", "planification écologique", "VIème république" - auxquelles on hésite à donner un contenu précis et surtout cohérent. Même le discours volontariste perd de son efficacité à force de ne pas aborder sérieusement les problèmes. En fin de compte, il ne reste de ce discours qu'un "populisme" assumé: rejet des "importants" et des "belles personnes", jeu de massacre sur les personnalités du monde du journalisme et des médias, et un refus total de prendre en compte les faits dans un discours dont le seul ressort est l'indignation.

 

Le dernier livre de Jean-Luc Mélenchon (1) est une illustration jusqu'à l'absurde de cette posture. Il faut reconnaître que dès l'introduction de son ouvrage il annonce la couleur: "Ce livre n'est ni un manifeste ni un programme. L'un et l'autre sont a disposition, élaborés par les militants du Parti de Gauche (...) J'ai écrit ces lignes avec un autre objectif. Celui de faire partager un optimisme et un enthousiasme. Et répandre l'envie d'agir plutôt que d'ergoter" (2). Etrange conception dans laquelle il n'y a que le choix entre l'action et l'ergotage, sans aucune place pour la réflexion, l'étude, l'analyse: il ne faut pas trop réfléchir, ça pourrait conduire à "l'amertume". Considérer les faits tels qu'ils sont et non tels qu'on voudrait qu'ils soient conduit nécessairement à réaliser les contraintes auxquelles l'action politique est soumise, et donc à la désespérance. On est donc dans une conception ultra-volontariste qui se traduit logiquement par un mépris total du réel.  

 

Un premier exemple est le titre du livre, qui est lui même un contresens. L'expression "que se vayan todos", traduite "qu'ils s'en aillent tous", est pour Mélenchon "le slogan par lequel a commencé chacune des révolutions qui, depuis dix ans, régénèrent, l'un après l'autre, les pays de l'Amérique du Sud". Ce n'est pas exact. Le slogan "que se vayan todos" a été inventé en Argentine en décembre 2001, et il n'a rien à voir avec une quelconque "révolution": plus banalement, il s'agit d'une révolte des classes moyennes inquiètes pour leurs sous (3).

 

Mais le deuxième contresens, le plus grave, est de croire que le "qu'ils s'en aillent tous"  s'adressait uniquement au gouvernement du jour et aux oligarchies qui l'accompagnent. Le mouvement de rejet des classes moyennes argentines était bien plus vaste: c'était un rejet de tous les politiciens, des syndicalistes, des fonctionnaires, qu'ils soient liés à la majorité ou de l'opposition. Un rejet de tous ceux qui avaient eu, de près ou de loin, à gérer les affaires publiques. Jean-Luc Mélenchon se rend-t-il compte que le "que se vayan todos" dans sa version originale l'affecterait lui aussi, lui ancien sénateur, ancien ministre et député européen ? Réalise-t-il que le slogan qu'il adopte était, pour ses créateurs, résolument antipolitique ?

 

Cachez ces faits que je ne saurais voir...

 

Au delà de ce genre de contresens, le livre de Mélenchon laisse une impression d'inachevé. Le discours de l'indignation, qui passe si bien dans une tribune publique, devient caricatural à l'écrit. Les longues pages de description de la misère ou de l'injustice suivi d'un "c'est dément!" ou "c'est insupportable!" finissent par lasser. Les rodomontades du genre "[des millions de gens] iront prendre aux cheveux les importants parce qu'ils sont excédés de les voir piller (...)" (4) feront peut-être frémir quelques uns, mais ne pèsent pas lourd à l'heure de convaincre les (e)lecteurs que l'auteur sait où il va et qu'il est capable, demain, de gouverner. Je n'ai rien contre le lyrisme, mais lorsqu'il sert à cacher le creux du propos et surtout l'ignorance volontaire des faits, ça pose problème. Ainsi, Mélenchon use et abuse de la démonstration par "fausse référence". Prenons par exemple le paragraphe suivant:

 

"Les statistiques européennes sont indiscutables. Je le précise, car les chiffres que je vais citer ont été mis en cause bien des fois, comme s'ils avaient été inventés. M. Peyrelevade, l'ancien président du Crédit Lyonnais, s'est même ridiculisé en me traitant de menteur à ce sujet dans Le Monde. Je mentionne l'anecdote pour montrer qu'il y a des chiffres dont la propagation est un enjeu. Au cours des vingt-cinq dernières années, le partage de tout ce qui a été produit par les français s'est modifié de la façon la plus brutale qui soit. Dix points de la richesse totale produite sont passés de la poche des producteurs à celle des rentiers." (5)

 

Prenons ces affirmations en détail. Il y a d'abord ce "les statistiques européennes sont indiscutables". Ah bon ? Pourquoi tout à coup cette révérence pour Eurostat, surtout concernant des chiffres qui sont nationaux par essence  ? Révérence d'autant plus suspecte que l'auteur "cite des chiffres" mais se garde bien de donner la moindre référence précise sur l'endroit d'où elles sont extraites, se contentant d'un vague renvoi sur la page d'accueil du site internet d'Eurostat. Ensuite, vient la référence négative à Peyrelevade dans Le Monde - horresco referens - comme si la condamnation de l'un et de l'autre étaient les meilleures garanties non seulement que les ciffres sont exactes, mais que leur propagation "est un enjeu". Le problème, c'est que les chiffres sont fausses, du moins selon l'INSEE: on peut télécharger ici le tableau du partage de la valeur ajoutée produite. En 1984, la part de la valeur ajoutée rémunérant les salariés était de 61,2%. En 2009, dernier chiffre connu, elle était de 58,4. Au cours des vint-cinq dernières années les salariés ont perdu un peu moins de 3%, et non pas "dix points". Les références à Eurostat et à la querelle Mélenchon-Peyrelevade n'ont ici pour objet que de fournir des "fausses références" à une affirmation qui - soyons aimables - ignore allègrement les faits statistiques.

 

Même problème avec les chiffres de la pauvreté: "Il y a 8 millions de pauvres dans notre pays. De 2004 à 2007, dernière statistique publiée, leur nombre a bondi de plus d'un million" (6). Là encore, notons qu'il n'y a pas la moindre référence qui permette de vérifier ces chiffres. Ce qui est gênant, parce que le dernier chiffre est inexact: il y avait en 2004 7,4 millions de pauvres, et 8 millions en 2007. Ce qui fait un "bond" de 600.000, et non pas "de plus d'un million". J'ajoute que le dernier chiffre disponible est celui de 2008, et non pas de 2007. Il y avait alors 7,8 millions de pauvre, soit à peine 400.000 de plus qu'en 2004. Ajoutons que le nombre de pauvres oscille au gré des cycles économiques depuis 40 ans autour des 8 millions. Le tableau INSEE complet est consultable ici.

 

Vous me direz que "j'ergote". Et bien non. Ces erreurs, ces contresens, cette tendance à inventer ou "adapter" le réel a ses préjugés est un problème sérieux. D'une part, parce qu'ils rendent impossible toute analyse sérieuse de la réalité. Et d'autre part, parce qu'ils enlèvent toute crédibilité aux propositions qu'on peut soumettre aux français. Ainsi, sa proposition de "salaire maximum", qui est à mon avis la meilleure - je dirais même la seule - bonne idée du livre et qui mériterait d'être défendue avec des arguments factuels et économiques sérieux se trouve noyée dans cette mer d'approximations. Comment alors y croire ?

 

 

Une constituante pour quoi faire ?


Le premier chapitre du livre de Jean-Luc Mélenchon est consacré à la "réfondation républicaine", qui pour lui passe entre autres choses par une constituante. Pourquoi ? Parce que "C'est la condition pour que les pouvoirs soient à nouveau légitimes" (7). Seulement voilà, le procès que Mélenchon instruit sur la "légitimité" des pouvoirs repose sur des bases relativement faibles dès lors qu'on creuse le discours de l'indignation. Ainsi, l'auteur déclare que "Tout ce qui dans notre société incarne une quelconque forme d'autorité est entraîné dans le siphon du dégoût (...) Les enquêtes d'opinion montrent un gouffre de mépris pour les élus, les journalistes, les magistrats, les policiers" (8). Au délà du choix discutable des "figures d'autorité" (depuis quand le journaliste "incarne une forme d'autorité" ? Et pourquoi ne pas avoir inclus dans la liste l'instituteur ou le professeur, figures d'autorité s'il en est...) on aimerait savoir quelles sont les "enquêtes d'opinion" sur lesquelles cette affirmation se fonde. De même, Mélenchon appuie sa démonstration sur les faibles participations électorales aux différentes élections depuis 2007. Mais si la tendance lourde est depuis longtemps à une baisse de la participation dans les scrutins européens ou locaux, la participation à l'élection présidentielle ne diminue pas. Ce serait plutôt le contraire: l'abstention en 2007 était de 16% au second tour et de 16,2% au premier, le meilleur résultat depuis 1981 et 1974 respectivement. Si l'on suit le raisonnement de Mélenchon, le seul "pouvoir légitime" serait donc celui du président de la République, ce même président-monarque qu'il voudrait voir supprimer dans sa "VIème République"...

 

En fait, la lecture de ce chapitre donne l'impression que la Constituante intéresse Mélenchon en tant que processus, et non en tant qu'outil d'évolution institutionnelle. En fait, le chapitre ne donne aucune piste sur le fonctionnement possible de la "VIème République" qui pourrait sortir de cette constituante. Il se limite à souhaiter "un bon régime parlementaire stable", sans aucune précision sur comment ce miracle pourrait-il être achevé. Par contre, il illustre le processus de la constituante par de nombreuses références latino-américains sur l'intérêt du processus constituant pour faire prendre conscience au peuple de son pouvoir.

 

 

Les rêveries antinucléaires du promeneur solitaire...

 

 

Sur la question écologique, on peut se féliciter que Jean-Luc Mélenchon renonce à la vision romantique de la nature pour renouer avec l'humanisme des lumières: "Je ne crois pas que nous devions sauver la planète. Elle se fiche bien de nous. La Terre pourrait rouler dans l'espace infini sans aucune vie (...) Ne perdons donc pas de vu l'objt de notre action écologique. Nous luttons "seulement" pour sauvegarder l'écosystème qui rend possible la vie humaine" (9). Et de conclure: "C'est dire qu'il n'est pas utile de céder aux élucubrations métaphysiques du New Age ni aux célébrations de la "Pacha Mama" et autre déesse "terre-mère" pour agir efficacement. L'écologie politique pose avant tout une exigence de rationalité et de responsabilité très humaine". Loin semble être le temps ou le même Mélenchon félicitait les équatoriens de leur nouvelle constitution, la "première constitution écologique du monde" qui proclamait les "droits de la nature" en ces termes: "La nature ou Pacha Mama, lieu ou se reproduit et se realise la vie, a le droit au respect intégral de son existence et la conservation et régénération de ses cycles vitaux, structure, fonctions et processus évolutifs" (10). Est-ce que ce charabia correspond à "l'exigence de rationalité" ? Mélenchon devrait en parler à son ami Correa...

 

Mais après ce bon commencement, cela dérape sérieusement et l'à-peu-près reprend ses droits. Le paragraphe concernant le nucléaire est de ce point de vue un must:

 

"Je tiens le même raisonnement à propos du nucléaire. Il faut en sortir. Progressivement et méthodiquement. En construisant un nouvel appareil de production énergétique public, fournissant une énergie bon marché et propre. La folie, c'est de dire qu'on va continuer à produire de l'énergie avec un système dont un seul accident peut équivaloir à toutes les catastrophes que le pays ait connu depuis qu'il existe. Et qui, de plus, laisse des déchets nuisibles jusqu'à la fin des temps. Ce qui n'est pas rationnel, c'est de vouloir continuer. Il n'est pas vrai que ce soit impossible ! D'une façon générale, il n'est jamais vrai qu'une seule manière de faire soit possible. La sortie du nucléaire est réaliste. Etalée dans le temps nécessaire, elle est jouable. (...) Pour ma part, j'ai été convaincu par les techniciens et les ingénieurs pour qui la ressource géothermique, sous ses différentes formes, peut prendre le relais de la production assurée par le nucléaire. Et la chaleur du sol et du sous-sol profond, elle, est vraiment renouvelable" (11).

 

Arrêtons ici la lecture pour poser quelques questions. Passons sur l'absurdité contenue dans l'affirmation "la chaleur du sol et du sous-sol profond est vraiment renouvelable" et concentrons nous sur la démonstration: Mélenchon martèle donc que "sortir du nucléaire, c'est possible". Mais quels sont ses arguments ? Que "d'une manière générale, il n'est jamais vrai qu'une seule manière de faire soit possible". Est-ce vraiment sérieux ? Une affirmation générale, que d'ailleurs rien ne prouve, peut-elle se substituer à une analyse sérieuse ? Non, bien sur. Pas plus que le "j'ai été convaincu par les techniciens" de Mélenchon, qui se garde bien de dire qui sont ces "techniciens et ingénieurs" ou de citer leurs arguments. Nous sommes priés de croire que, puisque leurs arguments ont été suffisants pour convaincre Jean-Luc, ils doivent être solides. Tout ça n'est pas sérieux.

 

Pas sérieux non plus les arguments issus du terrorisme intelectuel. Non, "un seul accident" nucléaire ne saurait "équivaloir à toutes les catastrophes que le pays ait connu depuis qu'il existe". D'abord, parce qu'il semble difficile d'établir une telle équivalence. Quels critères prendre ? Le nombre de morts par exemple ? Difficile d'imaginer un accident nucléaire équivalent à la grippe espagnole de 1918 (un demi million de morts en France, plus de 60 millions dans le monde)... Même chose avec les déchets: s'il est vrai que le nucléaire "laisse des déchets nuisibles jusqu'à la fin des temps", c'est le cas aussi pour l'ensemble de l'industrie. Les déchets de mercure, d'antimoine, d'arsenic laissé par les industries métallurgiques sont nuisibles et le seront pour l'éternité, bien plus longtemps que les déchets radioactifs, puisqu'étant des éléments stables leur durée de vie est illimitée. Mélenchon propose-t-il d'arrêter le travail de toutes les industries qui produisent des déchets "nuisibles jusqu'à la fin des temps" ?

 

Mais reprenons le texte, car tout n'a pas été dit. Repartons dans le délire:

 

"En combinant [la géothermie] avec les économies d'énergie, on tient l'essentiel de la solution de remplacement. L'indépendance énergétique serait garantie pour toujours. Pas avec le nucléaire ! On nous rabâche tout le temps l'inverse. Mais on tait que le nucléaire dépend entièrement d'un combustible rare, l'uranium. La France n'a plus un seul gramme dans son sol. Nous serions lourdement dépendants de cette ressource non renouvelable si nous relancions le nucléaire, comme le veut Sarkozy. D'autant que ce combustible va devenir de plus en plus convoité - il n'y a de réserves mondiales d'uranium que pour 80 ans" (12)

 

Soulignons la référence "comme le veut Sarkozy", un exemple de plus du terrorisme intelectuel qui prend la place de l'argumentation sérieuse. Mélenchon semble oublier que Sarkozy est loin d'être le seul à vouloir relancer le nucléaire. Sans aller plus loin, les communistes, alliés de Mélenchon dans le Front de Gauche, y sont aussi favorables...Alors, pourquoi utiliser ici le nom de Sarkozy, qui n'ajoute rien à l'affaire ?

 

Pour le reste, le paragraphe est truffé d'affirmations directement fausses. D'abord, l'uranium, loin d'être un "combustible rare", est au contraire relativement abondant. Que les réserves mondiales connues couvrent les besoins prévisibles pour une période proche d'un siècle ne veut rien dire: si l'on n'a pas trouvé plus, c'est en général parce que l'on n'a pas cherché. Et si l'on n'a pas cherché, c'est justement parce que l'uranium étant relativement bon marché, parce qu'abondant, les entreprises minières n'ont pas jugé nécessaire d'explorer des gisement moins riches ou plus difficiles d'exploitation. C'est d'ailleurs pour cette raison que les mines françaises ont été fermées, et non pas parce qu'il ne resterait "pas un gramme dans le sol". Et pour finir, même si toutes les mines étaient épuisées, l'eau de mer contient de l'uranium avec une concentration d'une dizaine de  milligrammes par mètre cube. L'exploitation de ces réserves n'est pas économique aujourd'hui, mais pourrait le devenir si le prix de l'uranium montait...

 

Tout ça n'est pas sérieux. Que Mélenchon soit enthousiaste, qu'il pense qu'on peut toujours faire autrement, soit. Qu'étant totalement ignare sur ce sujet il se laisse convaincre par Dieu sait quels charlatans que la géothermie peut remplacer le nucléaire, c'est déjà plus gênant. Mais le pompon, c'est la reprise acritique du discours du terrorisme intelectuel style "sortir du nucléaire". Comment aller réclamer un débat rationnel sur ces questions lorsque "nucléaire=Sarkozy" devient un argument ?

 

Conclusion: A quand un livre politique ?

 

Le problème du "Front de Gauche" est un problème de crédibilité. Ce livre ne fait rien pour résoudre le problème, au contraire. Il aurait fallu un livre montrant un Mélenchon capable non seulement d'avoir des idées cohérentes et de les expliquer, mais surtout un Mélenchon disponible pour consulter sur les sujets qu'il connaît mal des personnes compétentes et pour prendre à son compte leurs idées.Ce devait être le livre d'un futur candidat à la présidence de la République, ou du moins, d'un homme d'Etat prêt pour l'être.

 

On se retrouve avec un opuscule qui révèle au contraire les points faibles de Jean-Luc: Le rejet de l'expertise et des experts, la tendance à une réflexion solitaire et sans confrontation, le mépris des faits et du travail analytique pour privilégier l'action, la tendance à reprendre des discours figés et des slogans pour leur valeur de communication sans se soucier de leur donner un "corps". J'en suis le premier désolé de devoir le dire, mais "qui aime bien châtie bien".

 

 

Descartes

 

 

(1) "Qu'ils s'en aillent tous", Flammarion, 2010

 

(2) Op. cit. page 19

 

(3) Depuis les années 1990, l'Argentine vivant sous le régime de la "convertibilité", qui permettait une parité fixe entre le dollar et le peso argentin, la banque centrale s'engageant à n'émettre des pesos qu'a concurrence de ses réserves en dollars, et à échanger les deux monnaies sans limitation à une parité fixe un peso = un dollar. Le système pénalisait les couches populaires, puisqu'un peso surévalué avait pour conséquence un chômage massif. Les grands bénéficiaires de la "convertibilité" étaient les classes moyennes aisées, grandes consommatrices de voyages et de produits importés. Mais la "convertibilité" ne faisait que cacher l'inflation sous-jacente. Vers le début des années 2000, la parité réelle était si différente de la parité "convertible" que l'économie entre en profonde récession. La "convertibilité" devenant de plus en plus intenable, le gouvernement argentin (celui de De La Rua, le successeur radical du péroniste Menem, créateur de la "convertibilité") décide l'abandon de la convertibilité. Pour éviter une panique bancaire, il décide aussi que les avoirs déposés dans les banques seront bloqués, et ceux libellés en dollars convertis en pesos. Là encore, ce sont les classes moyennes, détentrices de dépôts importants et souvent libellés en dollars, qui sont visées. Et ce sont elles qui se révoltent. Faire de la "révolution" de décembre 2001 autre chose qu'une révolte des classes moyennes défendant leurs économies (celles-là même qu'elles avaient faite grâce à la "convertibilité" sur le dos des couches populaires) est un contresens historique.

 

(4) Op. cit. page 11

 

(5) Op. Cit. page 51

 

(6) Op. Cit. page 53

 

(7) Op. Cit. page 26

 

(8) Op. Cit. page 31

 

(9) Op. Cit. page 91

 

(10) Constitucion de la Républica del Ecuador, 28 de septiembre 2008, Articulo 71: "La naturaleza o Pacha Mama, donde se reproduce y realiza la vida, tiene derecho a que se respete integralmente su existencia y el mantenimiento y regeneración de sus ciclos vitales, estructura, funciones y procesos evolutivos".

 

(11) Op. Cit. page 106

 

(12) Op. Cit. page 106

Commenter cet article

ronx 21/02/2012 20:08


Le problème, c'est que les chiffres sont fausses, du moins selon l'INSEE:
on peut télécharger ici le tableau
du partage de la valeur ajoutée produite. En 1984, la part de la valeur ajoutée rémunérant les salariés était de 61,2%. En 2009, dernier chiffre connu, elle était de 58,4. Au cours des vint-cinq
dernières années les salariés ont perdu un peu moins de 3%, et non pas "dix points".


Sauf que j'ai l'impression que le tableau de l'Insee auquel tu fais référence ne comporte pas de correction. Dans le rapport sur le partage de la valeur ajoutée (http://www.insee.fr/fr/publications-et-services/dossiers_web/partage_VA/rapport_partage_VA.pdf),
il est dit : 


Néanmoins, il arrive fréquemment qu’on veuille disposer d’un indicateur relatif à l’ensemble de l’économie, par exemple pour des comparaisons internationales, ou pour la
confrontation avec d’autres données portant sur l’ensemble de l’économie, comme ce sera fait en partie 2. 


Une telle extension a fatalement un caractère  conventionnel. Elle requiert au minimum un traitement adéquat du partage du revenu mixte d’exploitation des EI, compte tenu du
poids très variable de ce secteur institutionnel à la fois au cours du temps et entre pays. Diverses méthodes ont été proposées pour cette ventilation. (p.29)


Si on prend la correction différenciée par branche qui semble avoir la préférence de l'Insee, on a alors une différence de 10 points par rapport à 1981
(http://www.insee.fr/fr/publications-et-services/dossiers_web/partage_VA/Figure_1.5.xls). Maintenant je suis pas sûr qu'on puisse prendre comme référence 1981 (ou alors il faudrait le justifier)
puisque le même rapport nous dit que le pic de 1981 est dû à :


La hausse
consécutive au premier choc pétrolier est en général attribuée au maintien de règles antérieures de progression des salaires dans un contexte de croissance ralentie

Descartes 21/02/2012 20:22



1981 est effectivement l'année "pic" pour le partage travail/capital. Ce qui donne d'ailleurs un paradoxe: la part du travail a augmenté pendant les années Giscard, pour ensuite diminuer pendant
les années Mitterrand...


En fait, si l'on regarde les séries longues, on voit que les années qui ont suivi le deuxième choc pétrolier représentent une anomalie, peut-être due comme tu le dis à la conjonction de règles
d'indexation des salaires héritées des "30 glorieuses" avec un ralentissement économique. Ces séries montrent aussi que contrairement à ce que dit et repète Mélenchon, la chute de la part
salariale dans le partage de la richesse est réelle, mais bien moins forte qu'il ne le croit. En fait, si les couches populaires se sont - relativement - appauvries, c'est moins du fait du
partage capital/travail que de l'acroissement des inégalités salariales.



ankora 13/11/2010 09:44


cher monsieur,
je remarque que vous n'argumentez pas plus vos affirmations que monsieur Mélenchon, mais je lui reconnait une qualité qui est celle de défendre la classe ouvrière avec conviction, contre ce
déferlement de spéculation finançiére qui partout ou elle passe sème la misère, contre cette oligarchie élitiste qui décide à la place du peuple de ce qui est bon pour Lui.quand bien meme il ne
realiserai que 60 % de ce qu'il annonce, cela ferait une moyenne avec notre monarque actuelle , qui lui a mis en place 140 % de ce qu'il avait annoncé !!!! ......... et son populisme et bien moi il
me plait, car il sonne vrai et j'epère qu'il gouverneneras notre pays en 2012 pour faire rendre gorge a cette politique de casse que pratique l'UMP , et j'espère bien qu'il aura a l'égard de ses
partisans le meme coportement que notre petit roi a avec "la rue" qui n'est fait que de mépris et d'arogance !!


Descartes 13/11/2010 16:13



je remarque que vous n'argumentez pas plus vos affirmations que monsieur Mélenchon,



Prenons un petit exemple si vous le voulez bien: Jean-Luc Mélenchon affirme à qui veut l'entendre que " Au cours des vingt-cinq dernières années,(...) dix points de la richesse totale
produite sont passés de la poche des producteurs à celle des rentiers". Il n'a jamais fourni la moindre référence statistique à l'appui de ses dires. Moi, je vous propose d'aller sur le site
de l'INSEE pour vérifier sur un tableau dont je vous donne la référence exacte (ici) que cette affirmation est fausse. Alors, qui de nous deux "argumente" dans cet exemple concret ?


Pour le reste... je ne vois pas l'intérêt de ce genre de discours. C'est un peu étrange de dénoncer le "mépris et arrogance" de Sarkozy et ensuite souhaiter que JLM au gouvernement "aura à
l'égard de ses partisans le même comportement que notre petit roi". Le "mépris et arrogance" ne seraient-ils condamnables que lorsqu'ils se manifestent chez les gens que vous n'aimez pas ? Plus
qu'un projet politique, cela sent trop la haine et le revanchisme.


Si ça vous fait plaisir de proclamer votre haine du gouvernement actuel, grand bien vous fasse. Mais ne croyez pas que parce que vous avez traité notre actuel président de "roi" vous avez changé
ou construit quelque chose. Je ne doute pas que le "populisme de JLM vous plaise". Mais à part vous faire plaisir personnellement, à quoi sert-il ? En quoi permet-il d'avancer vers un changement
de société ?



ubuntu 09/11/2010 19:07


Je croyais que c'était dans un interview sur bfmtv, mais ça n'y est pas. J'ai peut-être halluciné ou c'était sur une autre vidéo.

Dans tous les cas, Mélenchon lui il utilise souvent ces chiffres. Alors complaisance des économistes du PG ?


Descartes 09/11/2010 19:29



Je ne sais pas. A chacun de se faire son opinion. La mienne, c'est qu'il y a effectivement une forme de complaisance. Généreux est en politique depuis trop longtemps pour aller contredire
publiquement le leader de son parti, mais il sait pertinement que Mélenchon se trompe. Ce que j'aimerais savoir, c'est si lui ou quelqu'un d'autre dans l'entourage de Jean-Luc a eu le courage de
lui dire de changer de disque...



ubuntu 09/11/2010 12:13


À propos des 10 points qui seraient passés des producteurs aux rentiers, comment ça se fait que Jacques Généreux qui est quand même un économiste soutienne ça ? Est-ce de la mauvaise foi ?


Descartes 09/11/2010 15:46



Avant de se demander "comment ça se fait", il faudrait s'assurer que Généreux soutient effectivement l'affirmation en question. Je ne connais pas une seule intervention ou écrit de Généreux dans
lequel on puisse trouver cette affirmation. Une recherche rapide sur Google ne m'a fourni qu'un seul exemple: celui d'un texte écrit en 2005 contre la "synthèse" conclure au congrès PS du Mans et
qui avait provoqué la scission du courant NPS (ici). Dans ce texte, Généreux se contente de
citer la motion de "synthèse" ("l'engagement de "rendre au travail" les dix points que le capital lui a pris dans la valeur ajoutée au cours des vingt dernières années") mais sans faire
de commentaire sur l'exactitude du chiffre.  Mais pas de référence dans laquelle Généreux endosse le chiffre en question... Est-ce que tu aurais une meilleure référence à proposer ?



ubuntu 01/11/2010 17:25


Merci pour cet article.

J'ai vraiment envie de croire au discours de JL Melenchon, mais je suis assez méfiant de nature. Merci de remettre un peu les choses à leur place.


Descartes 02/11/2010 14:19



Merci, c'est toujours un plaisir de voir son travail apprécié. Moi aussi j'ai envie de croire en JL Mélenchon. Mais ce n'est pas je pense la peine d'insister sur les risques des croyances
aveugles...



des pas perdus 30/10/2010 09:38


Les ressources en uranium ne sont pas illimitées... Voyez-vous, l'exploitation de l'uranium comme le fait Areva au Soudan, en surexploitant les populations locales (conditions de travail
déplorables, non respect d'un certain nombre de droits, salaires de misère) et en polluant l'environnement sont des éléments à prendre également en compte... En effet, je pourrais confondre
indépendance et autosuffisance énergétique...

Je ne conteste pas l'énergie nucléaire, en soi, mais il me semble que la France s'est reposée dessus, par intérêt militaire (légitime en cela que nous ne vivons pas dans le monde des bisounours),
et par intérêt économique (lequel est très contestable)... Tout cela s'est fait au détriment des autres énergies... Vouloir sortir du nucléaire ne revient pas à éteindre les centrales nucléaires du
jour au lendemain mais à orienter la recherche pour trouver des solutions alternatives. Et parmi elles, la lutte contre le gâchis..


Gauchisme : il ne me semble pas que le Mélenchon rejette en bloc toutes les institutions de la République, pratique l'antiparlementarisme ou appelle au grand soir...

Dans mon commentaire précédent, j'ai seulement pointé deux ou trois choses... Il y a sur mon blog, un billet consacré au livre de Mélenchon.

En lisant la présentation de votre blog, mais venue la question suivante : j'aimerai savoir en quoi consiste le discours politiquement correct et la bienpensance de gauche ?

Je vous pose cette question parce que j'ai le sentiment depuis une bonne vingtaine d'années de vivre dans une société dominée par le politiquement correct et la bienpensance de droite libérale...


Descartes 30/10/2010 11:16



Les ressources en uranium ne sont pas illimitées. C'est vrai. En fait, aucune ressource n'est "illimitée". Le fer, le cuivre, même l'énergie du soleil sont "limitées". Est-ce une raison pour
arrêter de les utiliser ? Si l'être humain s'était limité à utiliser les ressources "illimitées", on en serait encore à l'âge des cavernes. En fait, les ressources "limitées" d'uranium sont
suffisantes pour alimenter les programmes nucléaires pendant quelques siècles, et avec la technologie des surrégénérateurs, pendant quelques millenaires. Il sera alors temps de "sortir du
nucléaire"... mais on a le temps de voir venir!


Quant aux conditions d'exploitation de l'uranium, j'attire votre attention sur l'artificialité de l'argument: on peut parfaitement se battre pour qu'AREVA exploite ses mines dans des bonnes
conditions et paye des bons salaires, sans pour autant souscrire à une "sortie du nucléaire". S'il fallait fermer toutes les industries dont les matières premières sont extraites dans des
conditions sociales inacceptables, on ne ferait plus grande chose dans ce monde. Cela étant dit, le nucléaire permet justement, plus facilement que d'autres industries, de donner des bonnes
conditions à ses travailleurs des mines d'uranium: la raison est que l'uranium rentre pour une part relativement faible dans le prix de l'électricité nucléaire. On peut donc augmenter son prix
pour bien payer les gens sans que le nucléaire cesse d'être compétitif par rapport aux autres énergies...


Je prend note que "vous ne contestez pas l'énergie nucléaire en soi". Mais dans ce cas-là, je ne comprends pas comment vous pouvez souscrire au mot d'ordre "sortir du nucléaire". Car si "sortir"
n'implique pas "éteindre les centrales nucléaires du jour au lendemain", il implique dans la tête de ses proposants (y compris JLM) d'éteindre les centrales sur dix ou vingt ans. Je vous rappelle
les déclarations du PG contre l'extension de l'exploitation de Fessenheim à 40 ans et à la construction des EPR de Flamanville et de Penly: si l'on ne construit plus et qu'on s'en tient à la
durée de vie prévue à la construction, plus de la moitié du parc nucléaire aura été arrêtée dans dix ans. Qu'on "oriente la recherche pour trouver des solutions alternatives", je n'ai rien
contre. Mais j'attire votre attention sur le fait que certains pays le font depuis des décennies, et que pour le moment personne n'a rien trouvé de décisif.


Sur le gauchisme, vous avez l'air de confondre "gauchisme" et "anarchisme". Il n'est pas nécessaire de "rejeter en bloc toutes les institutions de la République" pour être "gauchiste". Je n'ai
pas la place ici (je vais essayer de faire un article complet sur la question dans ce blog) pour aller au fonds de la question, mais disons que par "gauchisme" j'entends ce grupe de la gauche qui
sacralise les "principes" au dessus des réalités, qui refuse de prendre en compte les rapports de force réels au nom d'un volontarisme absolu et qui rejette la notion même d'institution au nom
d'une confiance magique dans la sagesse immanente du "peuple". Dans son livre, Mélenchon se place exactement dans cette logique. L'exemple le plus abouti est sa réflexion sur la constituante, qui
pour lui n'a d'intérêt que comme processus, et non pas en fonction des institutions qu'elle pourrait établir.


Pour répondre à votre question sur le "politiquement correct" et la bienpensance de gauche, je vous livre quelques éléments: depuis les années 1980, il est impossible d'exprimer une vision
critique sur des idées telles que le "féminisme de genre", le "multiculturalisme", la "démocratie participative". Ceux qui ont essayé ont instantanément été victimes d'attaques violentes
dépassant le cadre d'un débat d'idées pour être accusés de "racistes", "sexistes" et tutti quanti. Je vous renvoie par exemple à l'affaire Orelsan, que j'ai amplement discuté sur mon blog. Sauf à
penser que le multiculturalisme et le "féminisme de genre" sont des idées de la "droite libérale"...


 


 


 



des pas perdus 29/10/2010 23:00


je ne partage pas votre avis émis ni celui des commentateurs... Vous auriez pu éviter de parler de "gauchisme"... vocabulaire complètement inapproprié.

Ce livre a le mérite de s'appuyer sur des expériences encore en cours pour montrer qu'un autre horizon est possible à gauche, avec une méthode et des objectifs.

La critique de la planification écologique ne m'étonne guère pour vous avoir "suivi" sur le blog de Mélenchon. Mais dites-moi comment peut-on parler d'indépendance en défendant une énergie dont la
ressource (l'uranium) n'est pas illimitée et se trouve à l'extérieur de nos frontières ? Dites-moi pourquoi l'énergie nucléaire est un tel tabou qu'il ne faut jamais envisager d'autres types
d'énergies sous peine de se faire systématiquement insulté ? Et je vous fais grâce des déchets légués...

Quant à l'UE et l'euro, le commentateur qui trouve Mélenchon trop mou regrette sans doute qu'il n'y ait pas de rupture héroïque et définitive... On objectera que l'auteur propose une méthode
démocratique (mandat donné par le peuple après référendum) et diplomatique pour sortir du guêpier européen, voire pour convaincre les autres peuples à suivre la France...


Descartes 29/10/2010 23:25



Que vous ne partagiez pas mon avis, c'est votre droit. Cependant, le débat serait plus intéressant si vous ne procédiez pas par affirmations. Ainsi, vous me dites que le mot gauchisme fait partie
"d'un vocabulaire compètement inapproprié" sans prendre la peine d'expliquer en quoi il serait "inapproprié". Au contraire, il me semble très "approprié" lorsqu'on regarde l'évolution récente du
discours de Jean-Luc.


Pour ce qui concerne l'indépendance énergétique, je pense que vous confondez "indépendance" et "autosuffisance". Etre "dépendant", en termes politiques, implique être soumis aux décisions des
autres. Ainsi, par exemple, pour ce qui concerne le pétrole nous sommes en grande partie soumis à ce que décident les pays de l'OPEP. L'avantage de l'uranium est que, même s'il vient du dehors de
nos frontières, les ressources sont assez régulièrement reparties. Contrairement à ce qui arrive avec le pétrole, aucune région du monde ne contrôle à elle seule la majorité des ressources
disponibles. C'est pourquoi un "cartel de l'uranium" est beaucoup moins simple à organiser que le cartel du pétrole...


Accessoirement, je ne me souviens pas d'avoir écrit où que ce soit qu'il ne faille pas "envisager d'autres types d'énergie". Mais Jean-Luc Mélenchon ne fait pas que "envisager". Il a déjà abouti
à la conclusion qu'on peut et on doit "sortir du nucléaire", et que celui-ci peut être remplacé par la géothermie. Ce qui pour quiconque capable de faire deux calculs sur le dos d'une enveloppe
est clairement absurde. Que JLM puisse écrire pareilles sottises est un bon exemple de sa difficulté à prendre des avis éclairés sur les questions qu'il ne domine pas, et sa tendance à faire
confiance à des charlatans.


J'aimerais d'ailleurs vous retourner la question: si vous estimez anormal de faire de l'énergie nucléaire un "tabou positif" qui la rendrait incontestable, pourquoi admettez-vous l'attitude
symétique qui consiste à en faire un "tabou négatif" et à refuser de la considérer comme une partie légitime de notre panoplie énergétique ?


Pour ce qui concerne les déchets, la aussi, il faut se comporter en adulte. De très nombreuses industries "lèguent" des déchets dangereux ou toxiques ayant des durées de vie comparables ou
supérieures aux déchets nucléaires. Vous proposez-vous de les arrêter elles aussi ? Ce serait difficile: sans aller plus loin, la fabrication de panneaux solaires laisse comme déchets du mercure,
de l'antimoine, de l'arsenic. Matières toxiques et qui plus est, éternelles... Faut voir le monde comme il est: la production de déchets est une composante de l'activité humaine, et les moyens
techniques existent pour gérer ces déchets sur le très long terme. Ceux qui essayent de gagner des voix en jouant sur la peur irrationnelle du public en lui faisant croire qu'il n'existe pas de
solution ne méritent que le mépris.



dominique 29/10/2010 07:06


ai lu aussi le livre ..dites moi avez vous votre lien sur son blog ?
cela permettrait la confrontation d'idées
mais je pense que le combat n'est pas là actuellement.je me trompe peut etre
toujours ravie de lire vos commentaires meme si je ne suis point d'accord avec eux


Descartes 29/10/2010 14:05



Je cherche la confrontation d'idées, c'est pourquoi j'ai mis SON lien sur MON blog. Maintenant, je n'ai pas le pouvoir de mettre mon lien sur le blog de Mélenchon. Et vu le traitement -
vulgairement parlé: censure - que me réserve son webmestre, je doute fort de l'y voir un jour...


Je ne partage pas votre idée seln laquelle "le combat n'est pas là [dans la confrontation d'idées] actuellement". Le combat est, comme l'a bien montré Gramsci, toujours et avant tout "là".
L'hégémonie dans le champ des idées est une condition sine qua non d'une victoire. Sans cela, il peut y avoir des révoltes, mais pas de révolution...


Cordialement,



Darthé-Payan 26/10/2010 20:35


Salut Descartes

Je souscrits en grande partie à l'analyse que tu fais du bouquin de Jean-Luc Mélenchon.

L'analyse que tu fais sur le positionnement écologiste du PG montre à la fois la dérive libertarienne et écologiste du PG et de de Jean-Luc Mélenchon et la légéreté des arguments de l'alternative
energétique géothermique. j'ai eu de nombreux échanges avec des camarades du PG sur cette dérive et sur l'absence de données chiffrées fiables, véfifiées et véfifiables et bien tu le croiras pas,
certains camarades m'ont dit que si Mélenchon le dit c'est que c'est vrai d'ailleurs les Verts et aussi Hulot le disent etc... En fait les militants du PG n'ont toujours pas d'outils de formation
permettatn la réflexion, l'étude, l'analyse et la compréhension de certains sujets complexes.

Je suis pour une diversification énergétique et aussi un reinvestissement dans la recherche petrolifère et gazière. Je suis pour un développement du parc nucléaire français etc... L'objectif d'un
homme politique et d'un homme d'Etat cest aussi et avant tout c'est une politique énergétique diversifiée et puissante permettant à notre pays de tendre vers l'indépendance et la souveraineté
énergétique. Le géothermique ne le permet pas et si l'on veut sortir notre pays du nucléaire c'est de l'inconsience sans limite de le proner vu que de nombreux autres pays reinvestissent
massivement dans le nucléaire comme le Japon, la Chine, la Russie, les Etats-Unis et y reviennent comme l'Allemagne. Nous on va faire l'inverse !

"Méluche" parle de souveraineté populaire. Fort bien mais qu'est ce la souveraineté populaire avec la politique de l'UE, de la BCE, du GMT ? Si on veut retrouver la souveraineté nationale et
populaire et bien il faut rompre avec l'UE, la BCE et le GMT. Mélenchon qui ses temps si le verbe dur et bien mollasson sur ce sujet de la rupture avec l'UE et le GMT.

Les quelques propositions en matière économique ne permettent nullement la rupture avec le capitalisme et le libre échange. Bref là aussi "Méluche" parle fort et dur mais le programme(?) ressemble
à une coquille vide et surtout le peu que l'on peut découvrir sens bon le programme libertarien.


Sur la refondation républicain et la révolution citoyenne c'est simplement de l'emphase ou alors on ne comprend rien !

Remplacer le Président de la République par un premier ministre chef de gouvernement qu'elle révolution ! c'est ce moque du citoyen...

Je suis pour un éxécutif fort et collégial, un parlementaire composé d'une seule chambre (monocaméralisme), des ateliers civiques et le retour du Préfet. J'en parle dans l'une de mes réponses à un
commentaire fait au sujet de ma dernière note.

Je complèterais mon propos en fin de soirée ou demain en postant un nouveau commentaire.

Merci pour l'excellent sujet de tes notes.

Salut et Fraternité.

D-P.


Descartes 27/10/2010 09:59



Je te remercie de tes commentaires. Je ne partage pas un certain nombre de tes options, notamment sur la question constitutionnelle: je pense qu'on ne fait de la politique qu'avec des réalités,
notamment historiques. Et notre histoire fait que les français sont sincèrement attachés à une "incarnation" de la nation en une seule personne. C'est d'ailleurs le cas dans beaucoup de pays,
seulement dans certains pays l'histoire a fait que cette "personne" est une sorte de monument public, séparé du pouvoir politique (c'est le cas en Grande Bretagne). Dans un pays comme le notre,
où l'Etat joue un rôle essentiel dans l'identité nationale, une telle séparation est impossible. L'expérience des présidents-potiche de la IIIème et IVème l'a montré amplement. Même si je pensais
que le régime parlementaire est l'idéal (ce que je ne pense pas), je crois qu'il faut une bonne dose d'irréalisme (et d'ignorance de l'histoire) pour le soutenir aujourd'hui.


Ce commentaire me permet d'illustrer le message que je voulais faire passer: il faut, si l'on veut pouvoir agir sur le réel, arrêter de se raconter des histoires et revenir aux faits. Plaquer nos
idées préconçues (ou plus banalement, les idées qui nous arrangent) sur la réalité est dangereux: c'est par ce biais que l'on se coupe des réalités de notre pays, et qu'on se réveille un matin
avec "l'impensable" à notre porte. Le meilleur symptome de ce problème, c'est quand le monde devient incompréhensible: lorsque les militants commencent à se demander "comment est-ce possible que
les gens ne réagissent pas" ou "pourquoi les gens ne comprennent pas telle ou telle idée", c'est qu'il y a danger. Parce que si les gens réagissent d'une manière "incompréhensible", cela veut
dire que nous plaquons sur eux une logique qui n'est pas la leur...


Revenir aux faits, c'est retourner à l'histoire, à l'économie, à la sociologie, à la statistique avec un esprit scientifique. Il ne s'agit pas de "tordre" les faits pour démontrer que notre monde
rêvé est possible, ou que le monde que nous détestons est méchant. Il s'agit de comprendre comment ça marche. Et c'est aux partis politiques de donner à leurs militants les
instruments de comprehension. Ce qui, bien entendu, est beaucoup plus difficile que d'en faire des petits soldats qui collent des affiches et distribuent des tracts parce qu'ils "ont la foi" en
leur leader.