"pro rege saepe, pro patria semper"

Le blog de descartes

Le blog de descartes

Blog de débat pour ceux qui sont fatigués du discours politiquement correct et de la bienpensance à gauche

Un blog pour parler politique, économie, société, poésie... bref, tout ce qui doit intéresser le citoyen d'une république.

Vos commentaires sont les bienvenus! Ouvrons le débat...

.

Tous les papiers de ce blog sont de reproduction libre à condition de mentionner l'auteur et la source

Publié le par Descartes

Les économistes sont des drôles de bêtes. Lorsque la crise a commencé en 2008, le croquemitaine qui faisait peur à tout le monde était la déflation. Les chroniqueurs veillaient sur l'indicateur des prix, et nous décrivaient les multiples malheurs qui nous menaçaient si par malchance celui-ci venait à tomber sur la pente savonneuse. Les hommes politiques, des deux côtés de l'Atlantique, défendaient à qui mieux mieux des politiques de relance, massives aux Etats-Unis, plus faibles ailleurs, pour nous empêcher de tomber dans le trou. Quatre ans plus tard, les mêmes politiques appliquent en Grèce et ailleurs des politiques qui recherchent explicitement la déflation. C'est à plus rien comprendre.

 

C'est pourquoi il me semble intéressant de revenir sur la question de l'inflation et la déflation. Deux phénomènes qui déroute les économistes néo-libéraux, précisément parce qu'ils échappent à l'idée d'un agent économique pleinement rationnel. Commençons par poser un problème: nous savons que, dans une économie de marché, les prix sont déterminés par les lois de l'offre et la demande. Si la demande s'accroît ou l'offre diminue, alors les prix augmenteront, et diminueront dans le cas contraire. Et pourtant, cela semble contredire notre expérience quotidienne. Alors que nous sommes depuis quatre ans en crise, que les gens n'ont pas de sous, que notre appareil productif travaille en sous capacité, que nous importons de plus en plus de pays à faibles coûts... et pourtant les prix - et les salaires - continuent à augmenter. Comment expliquer cette contradiction ?

 

La réponse est que, contrairement à ce que croient les libéraux pur jus, les prix ne sont pas déterminés uniquement par les marchés. Ils sont aussi déterminés par des comportements des agents économiques qui tiennent à l'histoire, à l'expérience, à la psychologie, aux décisions politiques. Et qui sont totalement indépendants de l'équilibre du marché. Prenons un exemple si vous le voulez bien. Imaginons un pays ou un dictateur bienveillant a décrété que les travailleurs auraient chaque premier du mois une augmentation de 10%. Bien entendu, les entreprises répercutent le coût de ces augmentations dans les prix, qui augmentent eux aussi tous les premiers du mois de 10%. Dans ce pays merveilleux, le pouvoir d'achat reste stable (puisque salaires et prix augmentent à la même vitesse), mais le niveau des prix, comptabilisé par l'organisme statistique, montrera une augmentation de l'indice de prix - "inflation"(1) - supérieure à 120% par mois. Pourtant, l'offre et la demande continuent à être la même. L'équilibre du marché n'est pas modifié, et pourtant les prix augmentent...

 

Un autre exemple d'inflation sont les "bulles" immobilières. Là, la cause de l'inflation est une mauvaise anticipation: les acteurs économiques, en se fondant sur une expérience passée, constatent que le prix de l'immobilier monte. Ils sont tentés d'acheter le plus vite possible - pour devancer l'augmentation - et cet excès de demande fait encore monter les prix, ce qui confirme et renforce l'anticipation à la hausse des prix de l'immobilier. Cette demande supplémentaire provoque aussi un "boom" de la construction, et aussi une augmentation de la dépense des ménages persuadés de posséder un bien qui vaut beaucoup d'argent et donc dispensés d'épargner - c'est ce qu'on appelle "l'effet de richesse" - donc une augmentation générale de la demande, des salaires et des prix. C'est ce qui s'est passé en Espagne. Dans cet exemple, l'équilibre du marché se trouve bien déplacé, mais non par des circonstances "objectives". C'est la "croyance", l'anticipation d'une hausse de prix qui in fine provoque la hausse en question. C'est ce qu'on appelle une anticipation auto-réalisatrice.

 

La déflation, c'est le phénomène inverse. Pour reprendre l'exemple précédent, imaginons que dans un pays les acteurs économiques prévoient une baisse des prix de l'immobilier. Ils auront alors tendance à vendre le plus vite possible pour dévancer la baisse. A l'opposé, les éventuels acheteurs seront tentés de différer leur achat pour profiter de la baisse. Cela se traduit par une augmentation de l'offre et une réduction de la demande... donc par la baisse des prix, ce qui justifie les uns et les autres dans leurs prévisions et tend à pousser la baisse encore plus.

 

Inflation et déflation semblent symétriques. Pourtant, elles ne le sont pas. Il existe beaucoup d'instruments qui permettent de contrôler une spirale inflationniste, il est beaucoup plus difficile de sortir d'une spirale déflationniste. La raison est que l'inflation est une expansion des prix et des salaires: il suffit donc de bloquer l'un et l'autre à la hausse pour arrêter la spirale. L'Etat a toujours par exemple la possibilité d'augmenter les taux d'intérêt et donc de "refroidir" l'économie. Par contre, l'Etat ne peut pas toujours réduire les taux d'intérêt, tout simplement parce que les taux d'intérêt ne peuvent être négatifs: une fois qu'on arrive au plancher, c'est fini. C'est ce qui est arrivé au Japon après l'implosion de la bulle immobilière. La Banque du Japon a essayé de relancer l'économie en réduisant les taux d'intérêt à zéro, sans effet. Il s'est suivi une stagnation qui dure depuis.

 

Pourquoi je vous parle de tout cela ? Parce que cela vous permet de comprendre que même dans une union monétaire comme l'Union européenne, avec des frontières ouvertes et un "marché unique", il est parfaitement possible d'avoir des taux d'inflation différents selon les pays, en fonction des anticipations, des politiques sociales et  des mécanismes qui répercutent les prix sur les salaires et vice-versa. L'idée que le marché unique et la libre circulation allaient "uniformiser" le niveau des prix et des salaires a fait long feu: en pratique, parce que les histoires ne sont pas les mêmes, les niveaux d'inflation peuvent être différentes. Dans les pays "latins", les gens sont plus sensibles au salaire facial qu'au salaire réel. La paix sociale exige donc qu'on augmente chaque année les salaires d'un taux supérieur, quitte à augmenter aussi les prix. Dans les pays "nordiques", les gens sont plus sensibles au salaire réel, et on peut alors se permettre des augmentations de salaire qui correspondent aux augmentations du pouvoir d'achat. Du point de vue économique local, ces comportements sont neutres (2). Mais que se passe-t-il lorsque ces pays sont placés au sein d'une union économique ? Les pays qui ont les plus fortes inflations verront les prix et les salaires augmenter: leurs produits seront donc de moins en moins compétitifs et leurs déficits commerciaux se creuser. Ceux qui auront les plus faibles inflations verront au contraire leurs produits devenir plus compétitifs et feront des excédents. Avant l'union monétaire, on compensait cet effet en dévaluant la monnaie. Cela revient à baisser simultanément les prix et les salaires exprimés dans la monnaie des autres pays. Mais avec l'union monétaire, c'est aujourd'hui impossible. La seule manière de récupérer la compétitivité perdue... c'est de baisser effectivement les prix et les salaires par rapport aux autres. Et étant donné le faible taux d'inflation des "meilleurs élèves" de l'Union, cela implique de rentrer dans une spirale déflationniste. A moins de réussir à convaincre l'Allemagne, la Finlande et les Pays-Bas de faire un coup d'inflation.

 

Dans une union monétaire sans transferts permanents, tout écart sur les taux d'inflation se traduit immédiatement par un écart de compétitivité et donc par un creusement des déficits. N'ayant plus le "stabilisateur automatique" qu'est la valeur de la monnaie, l'équilibre du système repose sur une procédure disciplinaire permanente pour s'assurer que tout le monde en Europe fait la même politique économique. Si l'on observe la situation grecque, on voit mal comment une telle contrainte pourrait être politiquement acceptable.

 

 

Descartes

 

 

 

 

(1) Si j'ai mis le mot "inflation" entre guillemets, c'est parce qu'il y a une certaine confusion quand à ce qu'on appelle inflation. On a tendance à parler d'inflation dès que les prix augmentent, ce qui tend à faire penser que toute augmentation des prix a les mêmes causes et peut donc être traité avec les mêmes remèdes. Or, ce n'est pas le cas: l'augmentation générale des prix liée aux chocs pétroliers de 1974 et 1977, par exemple, n'appellent certainement pas les mêmes remèdes que la "stagflation" des années 1980. Sans entrer dans la grande querelle des définitions, disons qu'on appelle inflation une augmentation générale, continue et auto-entretenue - c'est à dire, non provoquée par un choc externe - des prix.

 

(2) Enfin, pas tout à fait. Le fait d'augmenter prix et salaires du même taux est neutre pour les travailleurs, mais pas pour les rentiers, puisque la valeur relative de l'épargne tend à diminuer à chaque augmentation. L'inflation, comme disait Keynes, provoque "l'euthanasie des rentiers", et par ce biais provoque une redistribution des générations passées vers les générations futures. C'est pourquoi plus un pays vieillit, plus il a peur de l'inflation.

Commenter cet article

Trubli 09/07/2012 23:07


Bonjour Descartes,


que pensez-vous de l'article suivant qui présente une carte de la théorie économique standard contemporaine ? 


http://www.mafeco.fr/?q=node/265


Je n'ai pas pu m'empêcher d'interroger l'auteur sur l'absence de la théorie marxiste.

Descartes 11/07/2012 13:15



L'hypothèse de l'article est intéressante, mais à mon avis fausse. La méthodologie proposée (proposer un modèle puis faire varier une a une les contraintes du modèle) construit un nuage de
modèles différents, mais qui ont tous une filiation avec le modèle initial. On ne peut donc pas à mon avis "reconstruire tout le champ de l'économie" de cette manière. Admettre le contraire
impliquerait admettre que deux modèles économiques quelconques ne différent que par une seule contrainte. Et d'une certaine manière, l'auteur de l'article l'admet lorsqu'il écrit que l'on peut
avec sa méthode retrouver les théories "mainstream"... ce qui laisse penser qu'on ne peut retrouver les autres.



le chevalier noir 04/06/2012 22:21


Salut. Tu écris : "tout écart sur les taux d'inflation se traduit
immédiatement par un écart de compétitivité et donc par un creusement des déficits." 


Mais cela n'est valable que pour l'un des 2 pays que tu compares, et l'effet
sera opposé pour l'autre. Donc au sein d'un groupe de pays comme l'europe, si la dette était communalisé, le probleme n'existerait plus, non?



Descartes 04/06/2012 22:29



Tout à fait. Mais si le payement de la dette est "communalisé", cela implique que les pays excédentaires payent une partie de la dette des pays déficitaires. Dit d'une autre manière, cette
"comunalisation" de la dette cache en fait un transfert permanent et inconditionnel qui va des pays excédentaires vers les pays déficitaires. Ce qu'en Europe aucun pays excédentaire n'est prêt à
accepter.


C'est là que tu touches du doigt pourquoi l'Europe n'est pas une Nation: dans une Nation, les citoyens voyent leurs concitoyens comme un autre soi-même. Et ils sont donc prêts à consentir ce type
de transfert. Ainsi, en France, les régions riches payent un peu pour que les régions pauvres (Corse, DOM, Bretagne...) aient un niveau de vie supérieur à celui que leur propre économie pourrait
leur assurer. Et les citoyens des régions riches admettent ces transferts comme naturels. Au sein de l'Europe, au contraire, les Allemands ne voient pas les Grecs comme leurs concitoyens. Et
n'ont pas envie de payer pour eux.



marc.malesherbes 22/05/2012 22:54


à propos de l'inflation en zone euro

Il est très intéressant de noter l'évolution récente de la BCE sur le sujet. Elle a déclaré qu'un peu plus d'inflation (sous-entendu plus que le fameux "plafond" de 2%) ne serait pas un problème.
Et cette déclaration, à mon sens, n'a pu être faite sans l'aval des autorités allemandes (et n'a d'ailleurs pas suscité de protestation de leur part). On va donc faire de l'inflation pour faire
diminuer les dettes. Très bien. Cela est cohérent avec les montagnes de liquidités données aux banques (les fameux 1000 milliards au taux de 1%).

De plus il y a enfin une perspective d'augmentation de salaires allemands (donc à nouveau pressions inflationistes, et surtout accroissement de la demande allemande accompagnée d'une baisse de
leur "super compétitivité" en zone euro)

Tout cela mis bout à bout montre que les autorités allemandes sont en train d'oeuvrer au fond à une solution de la crise, malgré leur population viellissante. Ils appliquent quasiment les
propositions du Front de Gauche (d'accord, j'exagère un peu, mais le Front de Gauche aussi, dans l'autre sens)

Bref, je suis devenu plus optimiste sur le réglement de la crise en zone euro.
A suivre ...

Descartes 22/05/2012 23:20



On va donc faire de l'inflation pour faire diminuer les dettes. Très bien. Cela est cohérent avec les montagnes de liquidités données aux banques (les fameux 1000 milliards au taux de
1%).


Je suis bien moins optimiste que toi. D'abord parce que faire de l'inflation n'est pas aussi simple qu'il paraît dans un contexte de récession. L'exemple que tu donnes est révélateur: la BCE a
balancé pour 1000 milliards dans le circuit monétaire et cela n'a pas fait bouger l'inflation d'un pouce, les banques s'empressant de rédéposer l'argent auprès de la BCE. Mais surtout,
l'inflation ne résout pas le problème fondamental, qui est celui du déficit des balances des opérations courantes. C'est ce déficit qui creuse la dette. Je te propose un petit exercice: sachant
que le déficit commercial de la France est de 70 Md€ et que la dette publique est de 1600 Md€, et que l'ensemble du déficit commercial finit par retomber sur l'Etat, quel devrait être le
taux d'inflation pour que la dette reste constante ? Tu trouveras un taux de 4,3%. En deça, la dette continuera à augmenter... Or je doute qu'une inflation supérieure à 5% soit jugée "acceptable"
par l'Allemagne et donc par la BCE.


Tout cela mis bout à bout montre que les autorités allemandes sont en train d'oeuvrer au fond à une solution de la crise, malgré leur population viellissante. Ils appliquent quasiment les
propositions du Front de Gauche (d'accord, j'exagère un peu, mais le Front de Gauche aussi, dans l'autre sens)


T'exagères beaucoup, et non "un peu". Il est évident que les autorités allemandes ont compris que la pression va devenir irrésistible pour faire quelque chose. Mais je doute que dans l'état
actuel des économies européennes cela suffise.


 



dudu87 21/05/2012 18:40


Bonjour Descartes,


 


Sur l'inflation quelques mots, bien que pas un spécialiste.


L'inflation a et est toujours une « plaie » pour les syndicalistes, les salariés et
particulièrement les ouvriers.


Souvenons-nous des années 70 avec son inflation à 2 chiffres et malgré l'échelle mobile des salaires,
nous perdions entre 2 ou 3 % de pouvoir d'achat par an.


La période 84-86 (déflation) a été pire puisque je me souviens avoir fait le calcul -6 %/an.
N'oublions pas que ce qui intéresse l'ouvrier, c'est « la case en bas à droite », c'est-à-dire le salaire nette ou la rémunération nette/an divisée par 12.


Lorsque Mélenchon annonçait qu'un peu d'inflation, ce n'était pas grave (et même souhaitable) sous
prétexte de faire « tomber le pouvoir d'achat des dividendes », je pense que les organisations syndicales de base ont du frémir.


Bien que hors sujet, je te fais part de ce texte trouvé chez A. Gérin, tu es cité mais peut-être es-tu
informé ?


"La stratégie du gauchisme (au PCF) ne mènera à rien laissant la place au pire"


http://www.blogandregerin.fr/2012_05/120507_2.html


Tu parles souvent d'économie mais rarement de la bourse. Par exemple
que veut dire ce chiffre : 2.869 mds$ de capitalisation boursière pour la bourse de Paris en 2009.


https://fr.wikipedia.org/wiki/Bourse_de_valeurs.


Y a-t-il corrélation entre la spéculation financière et l'inflation ?


Merci de m'éclairer.





Descartes 21/05/2012 19:56



L'inflation a et est toujours une « plaie » pour les syndicalistes, les salariés et particulièrement les ouvriers. Souvenons-nous des années 70 avec son inflation à 2 chiffres et malgré
l'échelle mobile des salaires, nous perdions entre 2 ou 3 % de pouvoir d'achat par an.


Oui... mais souviens toi aussi des années 1960, avec son inflation proche des deux chiffres et pendant lesquels le pouvoir d'achat a progressé comme jamais. En elle même, l'inflation n'est une
"plaie" que pour les rentiers, pour les raisons que j'ai expliqué dans mon papier. Lorsque l'inflation est "nominale", c'est à dire, lorsque prix et salaires montent à la même vitesse,
l'inflation est parfaitement neutre pour les salariés. Par contre, elle est une "plaie" pour ceux qui ont un capital monétaire, parce que ce capital, lui, n'est pas revalorisé.


Dans les années 1970, ce n'est pas l'inflation qui faisait perdre du pouvoir d'achat, c'est le ralentissement de la croissance. Il ne faut pas confondre.


La période 84-86 (déflation) a été pire puisque je me souviens avoir fait le calcul -6 %/an. N'oublions pas que ce qui intéresse l'ouvrier, c'est « la case en bas à droite », c'est-à-dire le
salaire nette ou la rémunération nette/an divisée par 12.


Il y a une incohérence dans ce que tu dis: d'un côté, du parles de l'inflation comme une "plaie" pour l'ouvrier. Mais ensuite tu dis que "c'était pire" dans la période 84-86, alors que
l'inflation était en train de diminuer. Faudrait savoir... c'est l'inflation ou la déflation qui est la "plaie" ?


Ce n'est pas la "case en bas à droite" n'a aucune importance. Ce qui est important, c'est ce que le chiffre qui est dans la case en question permet d'acheter. A quoi ça sert que le chiffre
augmente si les prix augmentent à la même vitesse ?


Lorsque Mélenchon annonçait qu'un peu d'inflation, ce n'était pas grave (et même souhaitable) sous prétexte de faire « tomber le pouvoir d'achat des dividendes », je pense que les
organisations syndicales de base ont du frémir.


Si c'est le cas, elles ont tort. Les périodes pendant lesquelles les salariés ont vu leur situation s'améliorer sont toutes des périodes de forte inflation (comme les "trente glorieuses"). Les
périodes de faible inflation (déflation Laval dans les années 1930, "désinflation compétitive" dans les années 1980-90) sont au contraire des périodes noires pour les salariés.

Bien que hors sujet, je te fais part de ce texte trouvé chez A. Gérin, tu es cité mais peut-être es-tu informé ?

"La stratégie du gauchisme (au PCF) ne mènera à rien laissant la place au pire"
http://www.blogandregerin.fr/2012_05/120507_2.html


C'est un texte très intéressant. Je ne partage pas toutes les idées de l'auteur (notamment son analyse du phénomène Sarkozy et sa position sur les accords avec le PS) mais je suis d'accord avec
lui sur l'essentiel: la nécessité absolue d'analyser correctement le réel, et l'incapacité de la direction du PCF à le faire. Sa caractérisation de la direction du PCF: "Le caractère indigent
de leurs affirmations précédentes, que je juge avec sévérité, me suggère que le Parti communiste français pourrait devenir (que dis-je, est peut-être devenu) une organisation dirigée par des
représentants incultes de classes moyennes incultes. Quant à l’Humanité, n’en parlons pas" me paraît très juste.

Tu parles souvent d'économie mais rarement de la bourse. Par exemple que veut dire ce chiffre : 2.869 mds$ de capitalisation boursière pour la bourse de Paris en 2009.


J'ai fait un papier sur la question il y a dejà pas mal de temps. J'avais en particulier montré que les "capitalisation" boursières n'ont pas de réalité. C'est de l'argent "virtuel" qui n'existe
que pour autant qu'il ne soit pas converti en biens réels.


Y a-t-il corrélation entre la spéculation financière et l'inflation ?


Oui. Mais le lien est indirect: la spéculation financière fabrique de la monnaie "virtuelle". Cette monnaie virtuelle peut se déverser sur l'économie réelle (par exemple, par "effet de richesse")
et provoquer une augmentation générale des prix.



edgar 21/05/2012 13:03


je n'ai pas retrouvé l'article de Layard etc. les tests éconoétqirues sont dans leur ouvrage "Unemployment: Macroeconomic Performance and the Labour Market."


Ils sont concluants par rapport à leurs hypothèses, après, on trouve toujours un jeu de données qui permet de confirmer une hypothèse...


 

Descartes 21/05/2012 13:56



Dans cette affaire, l'hypothèse est assez intuitive. Cela ne me surprend donc pas qu'il y ait une confirmation empirique, mais j'aurais bien aimé l'incorporer à mon archive au cas ù quelqu'un la
contesterait...



gilles 21/05/2012 09:43


Bonjour un ami néo-communiste ( je réutilise le concept de néo-gauche ) me communique le texte suivant :


Syriza ou le moment de changer l’Europe


DURAND Cédric, KEUCHEYAN Razmig
14 mai 2012
Le succès remporté par Syriza lors des législatives grecques du 6 mai est un événement pour toute l’Europe. Arrivée en deuxième position, cette formation de la gauche radicale est désormais
la principale force d’opposition aux politiques de la « troïka » (Commission européenne, Banque centrale européenne, Fonds monétaire international) relayées par les partis du centre,
gauche et droite réunies. Dans un pays en décomposition accélérée, où s’étend l’ombre délirante des néonazis, elle incarne la seule lueur d’espoir. Face à la dégénérescence de l’Europe
néolibérale, c’est par Athènes que passe aujourd’hui l’alternative.
Sociale, antiraciste, écologiste, Syriza et son jeune leader, Alexis Tsipras, représentent une nouvelle gauche radicale dont l’identité s’est forgée dans le creuset altermondialiste. Fille du
mouvement ouvrier né au XIXe siècle et des mouvements sociaux apparus au lendemain de 1968, elle constitue une synthèse politique inédite.
Cette nouvelle gauche radicale est celle des travailleurs mais aussi des dépossédés. L’anticapitalisme qu’elle promeut ne se limite pas à l’antagonisme capital-travail. Comme l’a montré David
Harvey dans son ouvrage récemment publié en français, le Nouvel Impérialisme, le capitalisme ne repose pas seulement sur l’exploitation des salariés. Il procède aussi par la dépossession des
populations. Privatisations, réduction des droits sociaux, marchandisation de la nature, fiscalité antiredistributive, prolétarisation de gigantesques masses rurales sont autant de modalités
extra-économiques permettant de générer du profit lorsque la machine productive s’enraye. La dépossession est ainsi reconnue pour ce qu’elle est : un pivot de la lutte des classes tout aussi
essentiel que l’exploitation salariale.
Cette nouvelle sensibilité politique a appris à articuler la diversité lors des forums sociaux et contre-sommets altermondialistes. La dépossession capitaliste affecte des populations
hétérogènes. Si la déforestation et le crédit impôt recherche ont tous deux pour fonction de soutenir la rentabilité du capital, l’alliance politique des paysans expropriés et des universitaires
ne va pas de soi. La lutte contre la dépossession, son articulation avec les mouvements ouvriers, féministe et antiraciste implique en ce sens de fédérer des incommensurables : nul axe ne
peut être subordonné à un autre et tous participent de la résistance à la logique du système. La construction d’un projet politique commun suppose de penser l’articulation de ces
combats.
Pour autant, cette nouvelle gauche radicale n’est pas une simple addition de mouvements, elle propose une stratégie pour l’émancipation. Résolument politique, elle sait que la conquête de
l’Etat est un élément décisif pour engager un processus de transformation social. Mais elle sait aussi que cette conquête sera impuissante si elle n’est pas portée par des mobilisations
populaires de grande ampleur. Les idées ne font leur chemin que lorsque des forces sociales les poussent.
A tous égards, Syriza vient de nous donner une leçon. Intransigeante sur l’essentiel - le refus de l’austérité - mais ne récusant pas la discussion, elle vient de renvoyer la
social-démocratie grecque, le Pasok, à sa préférence pour une alliance avec la droite, tout en engageant un dialogue avec les syndicats et les mouvements sociaux pour expliquer sa démarche. Sa
montée en puissance lors d’un éventuel nouveau scrutin le mois prochain est inéluctable.
Face à l’extrême droite, à la tentation du recours militaire ou à une intervention antidémocratique supplémentaire de l’Union européenne, la solidarité avec le peuple grec est une nécessité
impérieuse. En France, l’appui du Front de gauche est acquis, mais qu’en est-il de l’attitude du nouveau pouvoir socialiste ? Les décisions de François Hollande dans les semaines à venir
vont non seulement marquer sa présidence, mais sceller le sort de la social-démocratie à l’échelle du continent.
François Hollande va-t-il considérer, comme l’ont réaffirmé Angela Merkel et Jörg Asmussen de la BCE qu’« il n’y a pas d’alternative » aux réformes exigées par la troïka ? Il
n’y aurait dès lors que deux solutions : soit donner un blanc-seing à une solution autoritaire qui officialiserait le rabaissement de la souveraineté de la Grèce à celle d’un protectorat,
soit expulser le pays de l’euro, donnant le coup d’envoi de la dislocation géopolitique du continent.
Va-t-il au contraire entamer, comme Syriza l’y invite, un processus de relégitimation de l’Europe en subordonnant les formes de l’intégration économique à la réalisation d’objectifs de
convergence sociale et de transformation écologique ? Un tel engagement impose de rompre le consensus avec la droite européenne et d’assumer une crise politique au sommet. Se pourrait-il que
le soutien à la gauche radicale grecque devienne, pour les nouvelles générations, ce que le soutien au Vietnam fut pour la génération 68, à savoir un puissant levier de mobilisation à l’échelle
globale ?
CÉDRIC DURAND Maître de conférences en économie à Paris-XIII, RAZMIG KEUCHEYAN Maître de conférences en sociologie à Paris-4

________________________________

DURAND Cédric, KEUCHEYAN Razmig
http://www.liberation.fr/

Ce à quoi je lui réponds :

Déjà un vocabulaire maladroit :
C'est la « construction » européenne UE qui n'est pas légitime politiquement. L'Europe est une notion géographique à peu près légitime comme peuvent l'être par exemple, l'île de Pâques,
l'Algérie, la Chine…

Je poursuis :
L'intégration économique et monétaire de type UE suppose la convergence des taux d'intérêts qui suppose la convergence des balances budgétaires des États-membres, ce qui implique le renoncement à
la souveraineté budgétaire et donc un renoncement à un niveau de démocratie correct, sans niveau de démocratie correct, impossible que la majorité du peuple imprime une forte marque sociale sur
les politiques. À partir de là, tout est dit, c'est donc bien l'intégration économique qui est la cause de tout ceci, sa relégitimation serait une erreur monumentale. A contrario, les pays
d'Europe qui ont choisi la co-opération économique et non l'intégration économique, c'est à dire l'AELE = Association Européenne de Libre-Échange s'en sortent mieux simultanément au point de vue
économique et point de vue politique par un meilleure prise en compte des choix citoyens. Il n'y a qu'a remarquer la prise en compte des référendums suisses et islandais pour s'en convaincre,
ceci à comparer avec l'absence de toute consultation populaire dans la quasi-totalité de l'UE sur le Traité Constitutionnel Européen et le non-respect du résultat des référendums dans le peu de
pays où ils étaient organisés.

Avec la restructuration de la dette grecque et les fonds FESF et MES, la dette grecque a été transférée des banques privées vers les contribuables de la zone euro. A contrario du moins-disant
fiscal pour les actionnaires et les sociétés dans l'UE, le maintien de la Grèce dans l'euro va coûter à chaque contribuable de l'eurozone environ un millier d'euros en 2012 d'où le choix de
l'augmentation des TVA dans les pays de l'eurozone, la suppression de multiples avantages fiscaux pour les simples citoyens.

http://www.humanite.fr/social-eco/la-hausse-cachee-de-limpot-sur-le-revenu-pour-2012-489439

Descartes 21/05/2012 10:46



D'une manière générale, je prefère qu'on ne cite pas des textes in-extenso dans les commentaires. Surtout si c'est des textes qui sont disponibles sur le réséau et pour lesquels il suffit de
donner un lien... je laisse passer pour cette fois, mais qu'on ne vus y reprenne pas!


Sur le fonds, je ne vois pas trop l'intérêt de ce texte. C'est la n-ième version du texte habituel pour regonfler les troupes, qu'on voit publier à chaque fois qu'il se passe quelque chose dans
la planète "alter". Vous retrouverez le même après les grèves de 1995 (qui devaint "marquer une rupture" dans le capitalisme, et dont tout le monde a aujourd'hui oublié l'existence), après chaque
crise, après les sommets "alter", après le "mouvement des indignés"... A chaque fois, la révolution est pour demain... jusqu'à la prochaine fois.


Ce discours contient à chaque fois les mêmes éléments: "l’alliance politique des paysans expropriés et des universitaires" (qui est en fait un bon alibi pour que les universitaires se
donnent bonne conscience en pensant que la défense de leurs intérêts fait du bien aux paysans expropriés), "la lutte contre la dépossession, son articulation avec les mouvements ouvriers,
féministe et antiraciste" (on remarquera comment les "mouvements ouvriers" sont ramenés au même niveau que les "mouvements antiracistes"...) et la conclusion inévitable que "nul axe ne
peut être subordonné à un autre" (en d'autres termes, que le combat du petit bourgeois pour sauvegarder son niveau de vie ne devrait pas être "subordonné" à celui de l'ouvrier pour garder
son travail). Franchement, on se croirait revenu aux années 1970.


Quant à Syriza, c'est l'illustration même des contradictions de cette classe. Comment peut-on penser qu'une transformation peut venir d'une organisation qui veut rester dans l'euro mais refuse en
même temps les conséquences inévitables de la monnaie unique ? La montée en puissance de Syriza ("inéluctable", forcément "inéluctable") n'est pas un signe de progrès, mais un signe d'immaturité.


Concernant vos commentaires, je ne partage pas votre analyse économique: l'intégration économique ne suppose nullement la convergence des "balances budgétaires". Après tout, les différentes
régions de France sont intégrées économiquement, et elles n'ont pas toutes des balances budgétaires convergentes (pensez aux DOM...). Tout dépend de quelle "intégration économique" on parle. Le
problème, au risque de me répéter, n'est pas la balance budgétaire, mais la balance des échanges courants (c'est à dire, ce que le pays vend à l'étranger diminué de ce qu'il achète). Si la
balance est déséquilibrée, alors il faut un flux d'argent en sens inverse pour compenser le déséquilibre. Les déséquilibres budgétaires ne sont qu'un symptome de ce déséquilibre bien plus
fondamental.


Les pays qui ne sont pas dans la monnaie unique s'en sortent nettement mieux, avec des déficits budgétaires et des endettements aussi importants que ceux qui y ont souscrit. Pourquoi ? Parce
qu'ils ont toujours la possibilité de faire tourner la planche à billets pour compenser les déséquilibres de leurs échanges.


 


 



Trubli 20/05/2012 23:32


Je ne sais pas si les "économistes" veulent la déflation. 


J'ai l'impression que les principaux acteurs politiques sont pris dans un piège, une sorte de noeud gordien.


L'Allemagne et un partie des Français ont voulu imposer l'austérité à la Grèce en espérant ainsi récupérer leur mise. Mais ils ne maitrisent pas les effets déflationnistes de cette politique.


Certains veulent faire sortir la Grèce de l'Euro et mettre un cordon sanitaire qui empêcherait un effet domino. Mais les Grecs ne veulent pas sortir et peinent à imaginer comment reconstruire un
modèle de société hors de l'Euro. Quant au risque de contagion, comment imaginer que la sortie d'un premier maillon ne donnerait pas des idées à d'autres et surtout quelle serait la réaction des
marchés obligataires ? 


On pourrait recourir de manière concertée à l'intérieure de la zone à une politique de relance concertée, non pas en empruntant en commun (eurobonds) solution qui ne ferait qu'ajouter de la dette
aux dettes anciennes, mais en augmentant les salaires réels dans les pays de l'euroland qui se portent bien et en dévaluant l'euro. Sauf que cette solution va à l'encontre de l'objectif principal
de la construction européenne depuis 1985, à savoir mater les salariés et faire plaisir à la rente. L'inflation a été si vigoureusement combattue depuis les années 80 !


On pourrait utiliser votre taxe sur les excédents commerciaux mais je crains que cela ne plaise pas aux Allemands adeptes de la stratégie du passager clandestin. 

Descartes 21/05/2012 12:15



Je ne sais pas si les "économistes" veulent la déflation. 


En tout cas, tout le projet de redressement de l'économie grecque imposé par les institutions européennes était clairement déflationniste. L'idée même était de rétablir la compétitivité de la
Grèce par une réduction des salaires et des prix. A l'époque applaudi par les économistes libéraux. Le fait qu'aujourd'hui un nombre croissant d'entre eux commence à écrire que ce fut une erreur
(voir l'article de Wyplosz dans Le Monde de vendredi...) ne doit pas faire illusion.


L'Allemagne et un partie des Français ont voulu imposer l'austérité à la Grèce en espérant ainsi récupérer leur mise. Mais ils ne maitrisent pas les effets déflationnistes de cette
politique.


C'est toujours difficile d'estimer jusqu'à quel point les politiques croient ce qu'ils disent, et quelle est la part de simulation. Je pense qu'à partir d'une contrainte de base (sauver l'Euro à
un coût minimal) l'Allemagne s'est convaincue que la déflation pouvait redresser les finances grecques. Je ne crois pas que les élites français n'y aient jamais vraiment cru, mais trente ans de
discours eurobéat les a laissées sans alternative à l'axe franco-allemand. On a donc suivi Merkel sans enthousiasme, en se disant que tôt ou tard l'Allemagne serait obligée de payer...


Certains veulent faire sortir la Grèce de l'Euro et mettre un cordon sanitaire qui empêcherait un effet domino. Mais les Grecs ne veulent pas sortir et peinent à imaginer comment reconstruire
un modèle de société hors de l'Euro.


C'est qu'à force de répéter le discours eurobéat de "l'Euro réalité irréversible" et de menacer les gens avec les pires catastrophes en cas de sortie, la peur fait son travail. Aucun peuple
n'accepte le saut dans l'inconnu: en 1940, Pétain et son Etat Français fondé sur une administration, des préfets, des maires que les gens connaissaient était infiniment plus rassurant que de
continuer la guerre en suivant un général "à titre temporaire" installé à Londres et entouré par une bande d'hurluberlus et d'aventuriers. On préfère, et c'est naturel, le mal qu'on connait à
l'incertitude de ce qu'on ne connaît pas.


Le rôle du politique en ces moments particuliers est justement de vaincre cette peur du nouveau. C'est pourquoi je ne partage pas l'engouement d'une certaine gauche pour Syriza, précisement parce
que Syriza joue du côté du conformisme: on n'accepte pas le mémorandum, mais on reste dans l'Euro.


On pourrait utiliser votre taxe sur les excédents commerciaux mais je crains que cela ne plaise pas aux Allemands adeptes de la stratégie du passager clandestin. 


C'est bien le problème.



LCH 20/05/2012 14:52


Petite précision qu'il me semble important de rappeler par rapport à l'inflation et l'épargne car elle n'est pas toujours perçue clairement. Le taux réel de rémunération d'un compte épargne
dépend du calcul suivant : taux d'intéret nominal - taux d'inflation. Si l'on place 100 euros à un taux fixe (nominal donc) de 5% par an mais que l'inflation s'élève à 2% alors le le revenu réel
sera de 5-2, soit 3%. Alors ne parlons pas du cas ou le taux fixe serait à 5% et l'inflation à 6,7 voire 10%. Perte du pouvoir d'achat car rémunération réelle négative (5-6 ; 5-7 ; 5-10). D'où
l'expression d'euthansaie des rentiers employée par Keynes....et l'impossibilité pour l'Allemagne de lâcher du lest sur le contrôle de l'inflation par la BCE : sa population vieillissante de plus
en plus importante et épargnante ne pourrait le tolérer. Du moins ça serait douloureux à faire passer. Facteur de plus qui se combine à d'autres, esquissant mois après moi à l'impasse actuelle.

Descartes 21/05/2012 11:32



Tout à fait. L'inflation permet de faire des taux d'intérêt négatifs, ce qui devient impossible lorsque l'inflation est très faible. C'est pourquoi les politiques de croissance sont plus
efficaces lorsque l'inflation est de l'ordre de 5% que lorsqu'elle est de 1%.



edgar 20/05/2012 13:27


ça doit être plus de 120 % par an. à part ce détail, je pense que la structure des noégications salariales joue beaucoup pour permettree de faire la différence entre salaire nominal et salaire
réel. avec des négociations salariales centralisées au niveau national, il est plus facile d'intégrer la prise en compte du salaire réel. avec des négociations décentralisées par entreprise,
c'est plus dur. c'était testé par layard nickell et jackman pour les pays européens (http://www.tresor.economie.gouv.fr/file/326671)


 

Descartes 21/05/2012 11:30



ça doit être plus de 120 % par an.


C'est une faute de dactylographie de ma part: il fallait lire 201% et non 120%.


avec des négociations salariales centralisées au niveau national, il est plus facile d'intégrer la prise en compte du salaire réel. avec des négociations décentralisées par entreprise, c'est
plus dur


Tout à fait. Mais la sensibilité au salaire réel lors des négociations est aussi variable selon les cultures. Tu remarqueras par exemple que dans les campagnes électorales les engagements des
candidats font référence au niveau du SMIC (c'est à dire, au salaire nominal) mais jamais au pouvoir d'achat du SMIC (c'est  dire, au salaire réel). Mon point est que plus la sensibilité au
salaire nominal est grande, plus l'inflation "structurelle" d'un pays est importante, puisque les employeurs peuvent acheter la paix sociale en augmentant les salaires nominaux et reprenant ce
qu'ils ont donné en augmentant les prix. Dans les pays ou les travailleurs sont sensibles aux salaires réels, ce type de manipulation est impossible.


c'était testé par layard nickell et jackman pour les pays européens (http://www.tresor.economie.gouv.fr/file/326671)


L'article est très technique, et je n'ai pas eu le temps de le lire en détail. Mais je n'ai pas trouvé de référence à un test empirique de cette hypothèse.



heliumPom 20/05/2012 13:25


 "La réponse est que, contrairement à ce que croient les libéraux pur jus, les prix ne sont pas déterminés uniquement par les marchés. Ils sont aussi déterminés par des comportements des
agents économiques qui tiennent à l'histoire, à l'expérience, à la psychologie, aux décisions politiques. Et qui sont totalement indépendants de l'équilibre du marché. "


Bonjour,


Je ne suis pas d'accord avec ce paragraphe, vous faites un raccourci sur les économistes libéraux. Ce n'est pas parce qu'ils sont libéraux qu'ils croient que tout émane du marché.


L'inflation a plusieurs sources selon ces mêmes économistes : une tension entre l'offre et la demande, une hausse des coûts, des élements structurels. Bien évidement les anticipations vont jouer
un rôle et elles sont prises en compte pour la conduite des politiques monétaires (voir la critique de Lucas).


L'autre erreur que vous faites lorsque vous parlez du marché c'est que vous raisonnez en équilibre partiel (équilibre sur un seul marché, ici celui des biens et services) et non en équilibre
général. Les comportements des agents économiques sont, contrairement à ce que vous dites, pris en compte dans la formation de cet l'équilibre (sur le marché du travail).


Enfin, il faut distinguer inflation réelle et inflation nominale. Dans votre exemple, il y a une inflation nominale, mais pas d'inflation réelle. Ce résultat est issu de la théorie quantitative
de la monnaie qui tend à montrer la neutralité de la monnaie sur l'économie. Cependant, le mécanisme n'est pas immédiat et pendant un certain temps (quelques mois à quelques années) l'inflation
réelle peut exister.


Je suis par contre tout à fait d'accord quant à la faiblesse des mesures d'inflation souvent utilisées car elles cachent des informations en réduisant tout à l'évolution d'un indice. Mais il ne
faut pas dire que les économistes ne prennent en compte que les déséquilibres offre/demande pour expliquer l'inflation.


Guillaume.


 


 

Descartes 21/05/2012 11:09



Je ne suis pas d'accord avec ce paragraphe, vous faites un raccourci sur les économistes libéraux. Ce n'est pas parce qu'ils sont libéraux qu'ils croient que tout émane du marché.


"Tout", peut-être pas. Mais si quelque chose caractérise les libéraux, c'est la croyance en un marché efficient (c'est à dire dans la capacité du marché de dégager un prix qui optimise les
quantités échangées). Et cette conclusion repose sur une hypothèse forte, celle de la rationnalité des acteurs. Si l'on admet que les acteurs agissent irrationnellement, alors le prix établi par
le marché n'a aucune raison d'optimiser les échanges.


L'inflation a plusieurs sources selon ces mêmes économistes : une tension entre l'offre et la demande, une hausse des coûts, des élements structurels.


Là encore, vous avez un problème de définition. La "tension entre l'offre et la demande" produit une augmentation des prix. Mais cette augmentation devrait s'arrêter dès qu'on atteint le prix
d'équilibre, pour lequel l'offre égale la demande. Il ne devrait donc pas provoquer "l'inflation", qui est une augmentation continue, générale et auto-entretenue des prix. Si les
prix continuent à augmenter au delà du prix d'équilibre, c'est parce qu'il y a d'autres phénomènes qui n'ont rien à voir avec l'équilibre offre-demande. Je vous accorde que la manière dont on
confond allègrement l'indice des prix et l'inflation n'aide pas au débat, mais il faut éviter de confondre: toutes les hausses de prix n'ont pas la même origine. C'est d'ailleurs la critique
essentielle aux politiques libérales qui prétendent réduire l'inflation en jouant sur l'offre. La "stagflation" fut le résultat de ce mauvais diagnostic.


L'autre erreur que vous faites lorsque vous parlez du marché c'est que vous raisonnez en équilibre partiel (équilibre sur un seul marché, ici celui des biens et services) et non en équilibre
général.


Je ne vois pas en quoi mon raisonnement serait fait en "équilibre partiel". Lorsque je propose l'exemple d'une augmentation simultanée tous les mois des prix (tous les prix) et des salaires, je
raisonne au contraire en termes d'équilibre général. En fait, je ne fais que signaler le fait qu'il n'y a pas "d'origine" à l'axe monétaire. Si je decrête la multiplication par deux de tous les
billets, les dettes, les créances, les prix, et les salaires, cette multiplication ne changera rien au fonctionnement de l'économie.


Les comportements des agents économiques sont, contrairement à ce que vous dites, pris en compte dans la formation de cet l'équilibre (sur le marché du travail).


Je ne me souviens pas d'avoir dit le contraire. Pourriez-vous être plus précis ?


Enfin, il faut distinguer inflation réelle et inflation nominale. Dans votre exemple, il y a une inflation nominale, mais pas d'inflation réelle.


Tout à fait. Dans mon papier, j'essaye de vulgariser la notion d'inflation nominale. J'ai remarqué en effet que dans le débat politique tout se passe comme si l'inflation se réduisait à une
inflation réelle. J'avoue par ailleurs que je ne suis pas totalment convaincu que l'on puisse parler d'inflation réelle autrement que de manière marginale.


Mais il ne faut pas dire que les économistes ne prennent en compte que les déséquilibres offre/demande pour expliquer l'inflation.


Je n'ai pas dit ça. J'ai dit que les économistes libéraux le font. Et il suffit de les écouter pérorer dans les médias pour s'en convaincre. Il n'y a qu'à voir les arguments
utilisés pour défendre les politiques d'offre...