"pro rege saepe, pro patria semper"

Le blog de descartes

Le blog de descartes

Blog de débat pour ceux qui sont fatigués du discours politiquement correct et de la bienpensance à gauche

Un blog pour parler politique, économie, société, poésie... bref, tout ce qui doit intéresser le citoyen d'une république.

Vos commentaires sont les bienvenus! Ouvrons le débat...

.

Tous les papiers de ce blog sont de reproduction libre à condition de mentionner l'auteur et la source

Publié le par Descartes

On ne change pas ce qu'on ne comprend pas. Où alors, on le change sans cohérence et à ses risques et périls. En lisant les diverses réactions à la crise de l'Euro et à l'accord de jeudi dernier (accord qui ne résout rien, mais j'y reviendrai) je m'aperçois que beaucoup de commentateurs ou d'hommes politiques traitent la question des taux d'intérêt un peu comme les catholiques traitent le dogme de la trinité: on y comprend rien, mais on est prié de croire. Pour une fois, pas de différence entre supposés libéraux et soi-disant anti-libéraux. Tout le monde communie dans l'idée que les taux d'intérêt sont magiques: les uns nous expliquent qu'avec des "fonds monétaires" on peut réduire les taux d'intérêt payés par la Grèce sans que cela coûte un sou à personne - puisque les autres pays européens ne font que donner des garanties, pas de l'argent sonnant et trébuchant - alors que les autres proposent que la BCE prête à des taux "bas" voire "nuls" aux pays qui en ont besoin. Tout ça n'est pas sérieux.

 

Alors, faisons un peu de pédagogie. Qu'est-ce que c'est exactement un taux d'intérêt ? Comment se forme-t-il ? Prenons un exemple précis: vous voulez vous acheter un bien qui coûte 10.000 €, et vous le voulez aujourd'hui, pas dans dix ans. Or, avec ce que vous pouvez épargner sur vos revenus, vous pourrez vous offrir ce bien dans dix ans, pas aujourd'hui. Comment faire ? Et bien, vous vous adressez à quelqu'un qui a de l'argent, et vous lui proposez de vous le remettre. Ainsi, vous pourrez acheter votre bien. Chaque mois, vous lui rendrez une partie de ce qu'il vous a prêté, et dans dix ans l'ensemble de la somme aura été remboursé. Dans ce montage, vous pouvez jouir du bien désiré sans avoir à attendre dix ans, et le prêteur ne perd rien, puisqu'il récupéré en fin de compte son argent. Voilà en quelques mots la logique du crédit: elle permet d'avancer la jouissance d'un bien.

 

Seulement, lorsque je dis que "le prêteur ne perd rien, puisqu'il récupère en fin de compte son argent", je ne suis pas tout à fait juste: le prêteur perd en fait la jouissance de son argent pendant le temps du remboursement. Imaginons qu'il ait lui même des projets qu'il entendait financer avec ces 10.000 €. Pour vous permettre de réaliser le votre, il faut que lui renonce, pendant dix ans, au sien. Pour ce "renoncement", il demandera certainement une compensation. Cette compensation est la première composante du "taux d'intérêt", c'est ce qu'on appelle le "cout de renoncement". Elle répond à la question "combien faut-il me payer pour que je renonce à quelque chose pendant un temps donné" ?

 

De quoi dépend le coût du renoncement ? On voit bien que cela dépend seulement des caractéristiques du prêteur. A-t-il beaucoup de projets ou au contraire garde-t-il son argent pour un "coup dur" ? Est-ce que certains d'entre eux lui tiennent à coeur ou s'agit-il au contraire de projets secondaires dans son mode de vie ? En tout cas, le coût du renoncement n'a aucun rapport avec l'identité de l'emprunteur: que ce soit l'Etat grec ou l'Etat allemand, ENRON ou EDF, cela ne fait aucune différence.

 

Comment expliquer alors la différence des taux d'intérêt pratiqués selon la "qualité" de l'emprunteur ? C'est qu'il y a une deuxième partie dans le taux d'intérêt, et c'est ce qu'on appelle la prime de risque. Revenons à notre premier exemple: Imaginons que votre prêteur demande 300 € pour retarder ses projets, il se posera ensuite une deuxième question: est-ce que vous serez en mesure de rembourser le prêt ? Car il peut vous arriver beaucoup de choses en dix ans: vous pouvez perdre votre emploi, vous pouvez partir sans laisser d'adresse... Le prêteur doit prendre en compte ce risque. Si l'on considère un prêt unique, c'est difficile à faire: soit vous remboursez, soit vous ne remboursez pas, et on ne peut pas compenser la défaillance des uns par un surcoût pour les autres. C'est pourquoi dans les sociétés primitives où le crédit est rare, on ne prête qu'à des débiteurs dont on est sur et certain qu'ils pourront rembourser. Mais à mesure que les prêts se multiplient, on peut utiliser une approche statistique: ainsi, votre prêteur examinera vos comptes, votre situation familiale, professionnelle, financière... et déduira une probabilité de non-remboursement. Disons par exemple qu'il estime que vous avez une chance sur 100 de ne pas rembourser. Alors, s'il a prêté 10.000 € chacune à 100 personnes comme vous, il demandera à chacune de lui verser non seulement les 300 € du coût de renoncement, mais 100 € supplémentaires. S'il a bien fait ses calculs, alors 99 emprunteurs le rembourseront comme prévu, et les 100 € de prime que chaque emprunteur aura payé multiplié par 100 permettront de couvrir la somme due par l'emprunteur défaillant.

 

De quoi dépend la prime de risque ? Alors que le coût de renoncement ne dépend que des caractéristiques du prêteur, la prime de risque, elle, ne dépend que des caractéristiques de l'emprunteur. Si l'emprunteur est solvable, s'il a une réputation à maintenir, s'il est connu pour être honnête, s'il peut apporter des garanties, alors la prime de risque sera négligeable puisque le prêteur estimera un risque de défaillance minime. Par contre, si l'emprunteur a aligné par le passé les promesses non tenues et les incidents de payement, s'il n'a pas un sou vaillant, alors le risque sera estimé à un niveau tel que la prime de risque peut devenir prohibitive.

 

Combien coûtera donc votre emprunt ? Et bien, 300 € de coût de renoncement plus 100 € de prime de risque, cela fait 400 €. Soit 4% des 10.000 €. Ces 4%, c'est ce qu'on appelle vulgairement le "taux d'intérêt". Mais il faut garder en tête que ce taux est le résultat de deux composantes qui sont déterminées séparément. Une variation du taux d'intérêt peut donc être le résultat d'un changement du coût de renoncement ou d'une variation de la prime de risque. Il est important de distinguer les uns des autres...

 

 

Première conséquence: du besoin des agences de notation

 

Dans notre société victimiste, toute difficulté donne lieu à la recherche d'un coupable. Aujourd'hui, il est facile de rejeter la faute des difficultés sur les agences de notation - dernier avatar de la technique qui consiste à casser le thermomètre pour faire baisser la fièvre. Mais avant de les critiquer, il faut comprendre à quoi elles servent et comment elles fonctionnent.

 

Revenons à la prime de risque. Pour fixer son taux d'intérêt, le banquier a besoin d'évaluer le risque que son emprunteur ne rembourse pas. Mais comment faire pour évaluer ce risque ? Lorsqu'il s'agit de petits crédits accordés en grand nombre (comme par exemple le crédit à la consommation ou le crédit immobilier) il serait trop coûteux de faire une enquête approfondie sur la situation de chaque emprunteur. On fait alors appel à des profils statistiques. Ainsi, par exemple, on peut calculer la probabilité de défaillance selon que la personne est fonctionnaire, salariée d'une grande entreprise, salarié d'une PME, etc. On peut aussi calculer la probabilité de défaillance en fonction de l'Etat civil (marié, célibataire, pacsé, etc.), selon l'âge, selon l'origine... et à partir de ces calculs on peut construire des "profils" et calculer pour chacun d'entre eux une probabilité moyenne. Lorsque vous poussez la porte de votre banque, le banquier vous posera des questions qui lui permettent de déterminer votre "profil" et donc de vous appliquer la prime de risque correspondante. En d'autres termes, on ne vous applique pas votre véritable risque, mais le risque moyen des gens qui vous ressemblent.

 

Mais lorsque les sommes en jeu sont très importantes et les emprunteurs peu nombreux, cette méthode des "profils" n'est pas suffisante. D'une part, parce que les emprunteurs sont moins nombreux et plus différents les uns des autres, il est difficile de faire des statistiques significatives pour chaque profil. Et d'autre part, l'importance des sommes en jeu justifie qu'on colle au plus près au risque réel. On ne peut donc se contenter de statistiques globales, il faut faire des véritables enquêtes pour vérifier la solvabilité de l'emprunteur, ses garanties, ses perspectives à court, moyen et long terme, etc.

 

Qui dit enquête dit détective... et c'est précisément ce que sont les agences de notation. Le but de ces agences est d'enquêter sur les entreprises et les états qui sollicitent une cotation, et de calculer le risque de défaillance que supporteront ceux qui leur prêteront de l'argent. Ce risque pourrait - et devrait, à mon avis - être exprimé en termes de probabilité, mais pour d'obscures raisons historiques on l'exprime plutôt en termes de "note" sur une échelle inventée par chaque agence. C'est de là que sortent les notes qui vont de AAA (la meilleure, probabilité de défaillance quasi nulle) à D (défaillance certaine).

 

Les agences de notation sont donc le thermomètre du risque. Comme tout thermomètre, elles sont faillibles et on se souvient de quelques erreurs insignes (par exemple, l'excellente note accordée aux titres d'ENRON quelques jours avant sa faillite). Mais il ne faut pas prendre l'exception pour la généralité: dans la plupart des cas, les notes fournies par les agences reflètent la réalité des difficultés ou des atouts d'un emprunteur, et permettent de fixer des primes de risque qui reflètent la réalité économique. Vouloir brûler les agences de notation est une réaction puérile: quelles sont les alternatives ? Que chaque prêteur fasse sa propre enquête ? Cela amènerait à dupliquer les recherches coûteuses sans aucun bénéfice palpable pour la collectivité. Il est puérile aussi de leur reprocher la banqueroute de la Grèce. Dès lors qu'il existe un risque de défaillance, il est juste et normal que les prêteurs en soient informés, pour qu'ils puissent demander des primes de risque qui couvrent effectivement le risque encouru. Mettez-vous à leur place: accepteriez-vous de prêter de l'argent à un inconnu dans la rue, sans savoir quelles sont vos chances de récupérer votre argent ? Que penseriez-vous d'un conseiller qui ne vous préviendrait pas du risque ?

 

Bien entendu, tout n'est pas rose dans le système. La manière dont les agences sont rémunérées (en général, par les entreprises et les états qui sollicitent une notation de leur dette) pousse les agences à minimiser les risques. Et d'un autre côté, certaines notations négatives tiennent de la prophétie autoréalistatrice, puisqu'en dégradant la note d'un pays on augmente mécaniquement ses chances de défaillance et qu'à l'inverse en améliorant la notation d'un pays on l'aide a se financer. Mais ces défauts sont inévitables toute logique de notation - n'importe quel professeur vous le dira.

 

 

Deuxième conséquence: baisse des taux et transfert des risques

 

L'une des propositions pour faire face à la crise de la dette grecque a été de lui offrir des prêts à des taux inférieurs à celui du marché. C'est celle qui a été choisie lors du premier plan de secours à la Grèce. L'hypothèse derrière cette politique est que les marchés ont au départ sur-évalué le risque de défaillance grec, et fixent des taux d'intérêt sans rapport avec le risque réel. Dans ces conditions, prêter à la Grèce à travers d'un fonds de secours européen à des taux faibles avait pour objectif de montrer aux prêteurs que le risque n'est pas aussi grand qu'ils le craignent, et donc les encourager à revenir à la réalité en baissant leurs prime de risque.

 

Il peut paraître curieux qu'une telle hypothèse, qui revient à supposer que ce sont les Etats qui estiment correctement les risques alors que les marchés se trompent, ait été soutenue par des gouvernements qui adhèrent habituellement à une doxa libérale qui soutient exactement le contraire. Mais il faut les comprendre: admettre que les marchés ont raison impliquait accepter que la Grèce ne pouvait pas payer sa dette, et donc mettre la Grèce en défaut de paiement. C'était politiquement inacceptable, et les dirigeants européens sont suffisamment pragmatiques pour sacrifier les idées libérales sur l'autel de la réalité. On a donc décidé que le risque grec n'est pas de plus de 7%, comme les prêteurs le pensent, mais de 2%.

 

Ce faisant, on a fait un pari. S'il s'avère que les Etats ont raison, ils récupéreront leurs billes et on n'en parle plus. Mais que se passe-t-il si par malheur ce sont les prêteurs qui ont raison ? Dans ce cas, ce sera aux contribuables des pays prêteurs de payer la facture. Or, le fait qu'il ait fallu remettre l'affaire sur la table et s'accorder jeudi dernier sur un deuxième plan de secours encore plus important que le premier montre que selon toute vraisemblance, ce sont les prêteurs qui ont raison: la Grece ne pourra pas payer ses dettes, et réduire les primes de risque n'y changera rien.

 

 

Troisième conséquence: quelle est la nature des taux fixés par la banque centrale ?

 

Il faut se méfier des mots. Lorsqu'on parle de "taux d'intérêt" à propos d'un prêt, on parle de l'agrégation de deux facteurs, la prime de risque et le coût du renoncement. Mais ces catégories sont elles applicables aux taux d'intérêt fixés par la banque centrale ?

 

La réponse est non. La banque centrale n'a pas de problème de "coût de renoncement", puisqu'elle n'a rien à "renoncer" (elle ne peut utiliser l'argent à rien d'autre qu'au prêt) et que maîtresse de la planche à billets elle peut prêter autant qu'elle veut. En fait, les taux de la banque centrale obéissent à une logique complètement différente, qui est celle du contrôle de la masse monétaire.

 

Lorsqu'on parle du "taux de la banque centrale", on oublie qu'en fait il y en a deux taux principaux (en général, très proches l'un de l'autre): il y a le taux auquel la banque centrale prête de l'argent aux banques (taux de refinancement), et il y a le taux que la banque centrale elle même paye sur l'argent que les banques déposent chez elle (taux de rémunération des dépôts). La banque centrale fixe ces taux non pas en considération du coût de renoncement ou de la prime de risque, mais en fonction de la masse monétaire. Lorsqu'elle veut réduire l'offre de monnaie (pour pousser l'inflation vers le bas, par exemple), elle augmente le taux de rémunération des dépôts et celui de refinancement: cela encourage les banques à emprunter moins auprès de la banque centrale et à déposer leurs liquidités chez elle, ce qui réduit la quantité de monnaie qui circule dans l'économie. Lorsque la banque centrale veut augmenter l'offre de monnaie, elle fait l'inverse.

 

Contrairement aux banques ordinaires, qui ne peuvent en définitive prêter que l'argent qui leur est confié par d'autres, la banque centrale prête de l'argent qu'elle peut fabriquer sans limite. Ce qui fait que ses interventions modifient l'équilibre monétaire. Ceux qui proposent que la banque centrale achète les titres de la dette grecque à faible taux d'intérêt doivent se poser la question suivante: dans quelles conditions ces titres seront remboursés ? Si l'on est d'accord que la Grèce ne peut payer sa dette, alors les titres qu'on demande à la BCE d'acheter n'ont aucune valeur, et leur achat équivaut à faire payer la dette de la Grèce par le contribuable européen à travers l'inflation.Ce n'est pas forcément négatif de le faire, mais il faut le dire clairement.

 

 

 

J'espère que cette petite note apportera à mes lecteurs quelques éclaircissements sur ce que sont les taux d'intérêt et comment ils sont fixés. La conclusion la plus importante de ce tour d'horizon est que le taux d'intérêt reflète deux paramètres: d'un côté la disponibilité du prêteur à se défaire de son argent, de l'autre le risque que présente l'emprunteur. Il n'y a donc pas de taux d'intérêt "juste" et de taux "injuste". La question est de savoir si un taux donné reflête l'état réel du risque ou pas. Et on ne peut pas en même temps soutenir que la Grèce ne pourra pas payer sa dette et ensuite se plaindre que les taux sont trop élévés...

 

En tout cas, le débat est ouvert...

 

Descartes

Commenter cet article

Remonnay 15/04/2016 00:16

Merci Descartes pour vos informations: simplicité; clarté. Quelle générosité! Bonne nuit

Descartes 15/04/2016 16:03

@ Remonnay

Merci beaucoup de vos encouragements!

Odrion 28/03/2013 20:12


Merci beaucoup pour ces informations. C'est grace aux personnes comme vous que l'on peut se cultiver de maniere claire et precise. Je n'y comprenais rien et j'ai tout appris en 5 minutes. Merci
et bonne chance pour la suite!

Descartes 29/03/2013 11:55



Merci de vos encouragements... et n'hésitez pas à revenir!



jo_belek 29/01/2012 09:03


Vous dites : Contrairement aux banques ordinaires, qui ne peuvent en définitive prêter que l'argent qui leur est confié par d'autres, la banque centrale prête de l'argent qu'elle peut fabriquer
sans limite.


Que faites vous des affirmations contraires suggérant qu'une demande de prêt dans une banque ordinaire revient en fait à une simple inscription sur un compte courant, une nouvelle création
monétaire ex nihilo, qui sera annulé lors du remboursement du prêt par une destruction monétaire équivalente ? Comment dans ce cas justifier le taux d'intérêt demandé qui lui ne sera pas détruit
lors du remboursement du prêt ? La notion de renoncement me parait alors totalement hors-sujet, tandis que la prime de risque ne pourrait s'expliquer que dans la mesure ou elle servirait à
détruire la somme non remboursée afin de maitriser la création monétaire. Reste également le coût de rémunération du banquier, le travail d'octroit du prêt, de profilage, le temps d'entretien,
les coûts administratifs etc.

Descartes 30/01/2012 12:25



Que faites vous des affirmations contraires suggérant qu'une demande de prêt dans une banque ordinaire revient en fait à une simple inscription sur un compte courant, une nouvelle création
monétaire ex nihilo, qui sera annulé lors du remboursement du prêt par une destruction monétaire équivalente ?


J'ai essayé de répondre à cette question dans un papier précédent ("Le multiplicateur de bicyclettes"). Une banque ne peut "inscrire" de l'argent
dans un compte courant sans avoir une contrepartie. D'une part, une banque ne peut prêter plus que les dépôts qu'elle détient moins une réserve imposée par la loi. Et d'autre part, elle doit
déposer cette réserve en monnaie banque centrale.


Dans le papier ci-dessus, j'ai essayé de montrer comment fonctionne le mécanisme de "multiplicateur de crédit" qui permet à une banque de prêter une somme supérieure aux dépôts qu'elle détient en
monnaie banque centrale, et comment cette possibilité tient non pas à la fabrication de monnaie, mais à une optimisation de l'utilisation de la monnaie existante. En tout cas, une banque ne crée
jamais de la monnaie "ex-nihilo".


Comment dans ce cas justifier le taux d'intérêt demandé qui lui ne sera pas détruit lors du remboursement du prêt ?


Je ne comprend pas la question. L'intérêt payé pour un prêt est la rémunération d'un service (la rénonciation par le propriétaire à utiliser le bien prêté). Pourquoi devrait-ils être "détruit" ?


La notion de renoncement me parait alors totalement hors-sujet, tandis que la prime de risque ne pourrait s'expliquer que dans la mesure ou elle servirait à détruire la somme non remboursée
afin de maitriser la création monétaire.


Je crois que vous ne comprenez pas très bien ce qu'est la "création" de monnaie et son rapport avec des biens réels. La monnaie scripturale, "créée" par la banque qui vous accorde un prêt par la
simple inscription dans votre compte, n'est qu'un "droit d'usage" temporaire de la monnaie émise par la banque centrale. Reprenez l'exemple du prêt de bicyclette dans mon papier, et vous
comprendrez la subtilité de la chose.


 



Alain Briens 26/07/2011 16:31


2 petites remarques : il existe un 3ème paramètre qui détermine les taux d'intérêts bancaires : la recherche du profit. La recherche du profit exige de prêter à un taux plus élevé que celui de
l'inflation, et ce selon différents mécanismes selon qu'il s'agit d'un taux fixe ou d'un taux variable. Ce paramètre est différent du coût du renoncement car si l'inflation est nulle, le coût de
renoncement existe néanmoins et si il n'y a pas de coût de renoncement (hypothèse absurde pour un privé), la nécessité de faire un profit subsiste néanmoins. Le taux d'inflation instantané et
prévisionnel est donc bien un 3ème facteur;
2ème remarque : le système de la fixation des taux d'intérêts par les agences de notation n'est ni injuste ni incompréhensible, mais a l'inconvénient d'engendrer une situation de cercle vicieux
puisque plus le pays est en difficulté, plus il doit emprunter à coût élevé.


Descartes 27/07/2011 09:58



2 petites remarques : il existe un 3ème paramètre qui détermine les taux d'intérêts bancaires : la recherche du profit.


Eh non... je crois que vous n'avez pas bien compris ce qu'est exactement le "coût de renoncement". Imaginons la situation suivante: vous comptiez prendre des vacances à Venise cette année en
dépensant 2000 €. Je vous propose de retarder vos vacances et de me confier ces 2000 € pendant un an. Passé ce délai, je vous rendrai vos 2000 € plus X € pour rémunérer le fait que vous avez
renoncé à vos vacances dette année et vous pourrez partir en vacances à Venise l'année prochaine.


Combien vaut X ? Et bien, si on suppose que l'inflation est de 5%, il serait idiot de votre part de me demander moins que l'inflation... autrement, vous auriez retardé vos vacances pour rien et
en plus vous ne pourriez plus vous payer les mêmes l'année suivante ! De toute évidence, vous incluerez dans le "coût de renoncement" l'inflation. Quant à la "recherche du profit", elle est
intrinsèquement contenue dans le coût de renoncement, puisque c'est bien elle qui vous pousse à "renoncer"...


2ème remarque : le système de la fixation des taux d'intérêts par les agences de notation n'est ni injuste ni incompréhensible, mais a l'inconvénient d'engendrer une situation de cercle
vicieux puisque plus le pays est en difficulté, plus il doit emprunter à coût élevé.


Mais quelle est l'alternative ? Si je dis aux prêteurs qu'ils courent un gros risque, ils vont chercher à se couvrir au moyen d'une prime de risque, et donc augmenter le taux. Si je ne leur dis
pas, je leur demande de prendre un risque les yeux fermés...


Il faut sortir de l'angélisme: si un pays dépense plus qu'il ne peut payer, il est juste et normal que les taux d'intérêt demandés par ses créanciers augmentent. D'ailleurs, c'est un "signal" qui
attire l'attention du pays en question sur les problèmes à venir et l'oblige à trouver des solutions. Autrement, les parités monétaires jouaient le même rôle. Le problème de l'Euro est justement
qu'en permettant à des pays aux finances déséquilibrées d'emprunter à bas prix pendant de longues années, il a masqué les problèmes en permettant le creusement de trous béants dans lesquels nous
risquons de tomber aujourd'hui.


L'analyse selon laquelle tous les problèmes viennent de la spéculation ignorent allègrement le fait que les spéculateurs ne font qu'exploiter une faille, mais ne la créent pas. La remontée des
taux d'intérêt sur les obligations grecques sont la conséquence d'un déséquilibre des finances publiques de la Grèce, pas sa cause.



argeles39 26/07/2011 13:25


Au sujet de l'or, si tu as le temps et si tu veux t'amuser, jettes un coup d'œil à ce débat :
http://www.pauljorion.com/blog/?p=26556


Descartes 26/07/2011 13:47



Je ne vois pas où est ce "débat"... ;-)


 



argeles39 26/07/2011 10:22


Faire fonctionner la planche à billets, c'est aussi une forme d'impôt pour ceux qui ont de l'épargne (le poids de la monnaie baisse avec l'inflation).
Actuellement on observe une forte augmentation de la demande d'or, et de facto des cours de l'or, c'est sans doute un indicateur de l'angoisse qui commence à saisir les épargnants.
Mais j'ai le sentiment que c'est inévitable à court ou moyen terme. Ce ne sera pas forcément un drame, pendant les 30 glorieuses l'inflation était très forte, et même proche de 50 % après la
guerre, ça n'a pas empêché une période de prospérité (ça a même été un facteur d’enrichissement pour les classes populaires qui se sont endettées pour acheter un logement).


Descartes 26/07/2011 11:29



Faire fonctionner la planche à billets, c'est aussi une forme d'impôt pour ceux qui ont de l'épargne (le poids de la monnaie baisse avec l'inflation).


Exactement. Mais c'est un impôt doux, difficile à évader et facile de collecter. C'est pourquoi Keynes l'appelait "l'euthanasie des rentiers". 


Actuellement on observe une forte augmentation de la demande d'or, et de facto des cours de l'or, c'est sans doute un indicateur de l'angoisse qui commence à saisir les épargnants.


Effectivement: la ruée sur l'or et sur la pierre sont les indicateurs classiques du fait que les épargnants anticipent une période d'inflation forte. Mais attention, les épargnants peuvent se
tromper, et les "bulles" de l'or et de l'immobilier éclater. En fait, le choix cornélien se pose entre les intérêts de l'économie productive et ceux de l'économie de rente. Comme tu le pointes
plus bas, l'inflation n'est pas nécessairement une catastrophe pour tout le monde. Comme la péride des trente glorieuses l'a montré, une inflation forte - mais maîtrisée - est parfaitement
compatible avec le développement des forces productives. Mais cette même période a vu les rentes laminées, avec des taux d'intérêt réels négatifs...


Mais j'ai le sentiment que c'est inévitable à court ou moyen terme.


Tu n'est pas le seul. Beaucoup d'analystes économiques montrent que dans l'histoire récente on n'a jamais réussi à sortir d'un haut niveau d'endettement sans faire de l'inflation.


 



Marcailloux 25/07/2011 16:06


Un troisième élément que vous n'avez pas inclus dans le taux proposé par les prêteurs aux emprunteurs, et qui ne dépend ni de l'un ni de l'autre, c'est l'estimation prévisionnelle de l'inflation de
la monnaie du prêt.
Si son incidence n'est pas considérable actuellement, dans les années 80, les taux à long terme se situaient souvent au dessus de 10% dont probablement près des 2/3 liés au taux d'inflation de
l'époque.
Dans la situation actuelle il me semblerait pertinent d'inclure dans les taux de base bancaires la probabilité d'un mouvement inflationniste lié à la situation des pays de la zone
méditerranéenne.
Maintenant, quid de l'expansion indispensable pour juguler le chomage?
D'autre part, les prêteurs comme les agences de notation ont tout de même commis des erreurs d'appréçiation dans leur mission d'enquète sur la rigueur avec laquelle la Grèce -comme d'ailleurs
certains autres pays- était gérée. Il serait assez équitable de leur demander maintenant d'assumer au moins partiellement cette légèreté coupable.
Enfin, à moins de prévoir un cataclysme monétaire européen, on peut imaginer que la solution qui permettra de faire porter le poids de l'argent perdu se traduira par une inflation plus forte de
l'euro car lorsque l'on va demander aux contribuables européens de mettre la main au portefeuille, il est bien possible que des remous politiques lourds de conséquences dissuadent nos grands
argentiers.


Descartes 25/07/2011 17:26



Un troisième élément que vous n'avez pas inclus dans le taux proposé par les prêteurs aux emprunteurs, et qui ne dépend ni de l'un ni de l'autre, c'est l'estimation prévisionnelle de
l'inflation de la monnaie du prêt.


Oui et non. Certains auteurs considèrent qu'il faut l'inclure dans le "coût de renoncement" (dans le sens où le prêteur anticipe le fait que lorsqu'il récupérera son argent, celui-ci n'aura plus
tout à fait la même valeur). D'autres auteurs le séparent et font un troisième élément déterminant le taux d'intérêt.


D'autre part, les prêteurs comme les agences de notation ont tout de même commis des erreurs d'appréçiation dans leur mission d'enquète sur la rigueur avec laquelle la Grèce -comme d'ailleurs
certains autres pays- était gérée.


C'est exact. Les agences de notation sont victimes, comme tout "notateur", d'un effet d'entrainement. Car il est difficile d'aller contre le courant et de crier que le roi est nu alors que tout
le monde loue ses magnifiques vêtements. On l'a vu dans l'affaire ENRON: après des mois de papiers dithyrambiques dans les revues d'affaires sur "l'entreprise d'un nouveau type", il était
difficile intellectuellement d'accepter que tout ça n'était qu'un imposture et que les meilleurs experts financiers s'étaient trompés. Et cela existe dans tous les domaines: qui oserait dire
publiquement que tel ou tel livre d'un gourou (au hasard: Edgar Morin ou Michel Serres) est un tissu de banalités et d'approximations ? Souvenez-vous de l'affaire Sokal...


Cela étant dit, s'il arrive aux agences de notation de se tromper, elles se trompent quand même relativement rarement, et dans la plupart des cas leurs diagnostics reflètent la réalité.


ll serait assez équitable de leur demander maintenant d'assumer au moins partiellement cette légèreté coupable.


Sous quelle forme ? Une abjuration solemnelle de leurs économistes en place de grève, en robe de bure et la corde au cou ? Je n'en vois pas franchement l'utilité. Par contre, je trouve
intéressant de profiter de l'opportunité pour attirer l'attention du public sur le fait que les agences sont des instruments de mesure, et que comme tout instrument de mesure elles sont
imparfaites et peuvent introduire des biais systématiques et des erreurs. Et qu'il faut donc prendre leurs notations avec prudence.


Enfin, à moins de prévoir un cataclysme monétaire européen, on peut imaginer que la solution qui permettra de faire porter le poids de l'argent perdu se traduira par une inflation plus forte
de l'euro car lorsque l'on va demander aux contribuables européens de mettre la main au portefeuille, il est bien possible que des remous politiques lourds de conséquences dissuadent nos grands
argentiers.


Quelque soit le sort du système monétaire européen, je pense qu'on sera forcés d'effacer une partie de la dette au moyen de l'inflation. Les autres solutions (austérité prolongée, augmentation de
la pression fiscale) sont fondamentalement récessives, et tout le monde est conscient de la nécessité de maintenir la croissance. Il faut d'ailleurs regarder les expériences historiques: à chaque
fois que la dette est devenue écrasante, on a fait la même chose: on a eu recours à la relance inflationnaire. Ce fut le cas après 14-18, ce fut le cas après 39-45. Et ce fut encore le cas après
58. Et lorsqu'on a essayé la méthode inverse (déflation Laval) on s'est payés une récession.


La question intéressante est de savoir comment cette inflation va-t-elle être déclenchée. Pour cela, il faudra soit violer la BCE (et les allemands avec) pour faire marcher la planche à billets
et financer avec la monnaie ainsi créé les budgets de chaque état, soit une sortie de l'Euro qui fera marcher les planches à billets nationales.